718

Trois questions à... Simon Porte Jacquemus

 

À l'issue de son défilé automne-hiver 2016-2017, Numéro a rencontré le lauréat du Prix spécial LVMH 2015, Simon Porte Jacquemus. Le créateur se confie sur sa collection "La Reconstruction".

718

Lundi soir, premier jour de la Fashion Week parisienne, Simon Porte Jacquemus présentait un défilé automne-hiver plus construit, plus travaillé. Ses vêtements revisitaient le masculin-féminin en le transportant dans son univers fantasque. Formes exagérées, comme enflées, tirant vers la géométrie pure… Silhouettes aplaties tels des vêtements pour figurines en carton… Asymétries, hybridations, citation de la traditionnelle nappe à carreaux des brasseries à la façon de ready-made…  les thèmes jusqu’ici explorés par  Simon Porte Jacquemus se trouvaient concentrés et redéfinis en un langage personnel. Au premier rang, Demna Gvasalia et Lotta Volkova, du label Vetements, étaient venus soutenir leur ami et du même coup témoigner de la synergie créative qui agite aujourd’hui la jeune garde parisienne. Entretien en backstage du défilé.

Numéro : Cette collection semble montrer que vous avez franchi un cap : les vêtements sont plus élaborés et votre humour devient une forme d’ironie plus mature.

Simon Porte Jacquemus : Je voulais mixer dans cette collection des vêtements d’homme et de femme iconiques, et les transporter dans mon monde en exagérant leur forme et en jouant avec le rond ou le carré. Je mélange également plusieurs époques, le “space age” des sixties, les années 90…  Je propose aussi des chaussures à talons pour la première fois. C’était difficile au début de me détacher des chaussures plates que j’affectionne.

 

L’humour que vous démontrez dans chacun de vos défilés se fait lui aussi plus mature : c’est une ironie plus sombre, plus mélancolique.

Le titre de cette collection, “La Reconstruction”, évoque l’énergie qui naît parfois d’un accident, quand il faut réussir à s’affirmer, à trouver une nouvelle force. Il en est de même pour moi : je passe ici à une autre période de ma création. Les couleurs sont toujours présentes, mais la tonalité d’ensemble est plus sombre [au sens littéral : pour le début et la fin du défilé, la salle entière était plongée dans un noir total].

 

La bande-son constituée uniquement de débuts de chansons, appuie une dimension performative et conceptuelle plus élaborée.

Oui, il était important pour moi de trouver un équivalent aux vêtements découpés. Ce collage musical fait écho à l’inspiration “fripes” de la collection. Il y a des looks très Barbès, presque des looks de prostituées, avec cette femme qui porte des cuissardes désassorties, avec un talon d’un couleur et un d’une autre, une botte courte et une autre plus haute. J’aime jouer sur le mauvais goût. C’est aussi un mélange de références à l’histoire de la mode : je voulais réaliser une collection très couture, j’ai regardé beaucoup de détails, comme des manches des années 50.

 

Retrouvez les backstages du défilé Jacquemus automne-hiver 2016-2017.

 

Par Delphine Roche.

“Genius is born crazy” : découvrez le nouveau visage de Moncler
788

“Genius is born crazy” : découvrez le nouveau visage de Moncler

Mode Pour la collection “Genius is born crazy”, la marque Moncler s’associe avec Will Smith et le photographe Tim Walker. Ensemble, ils signent une collaboration qui flirte avec le génie. Pour la collection “Genius is born crazy”, la marque Moncler s’associe avec Will Smith et le photographe Tim Walker. Ensemble, ils signent une collaboration qui flirte avec le génie.

La série “Passion secrète” par Amanda Charchian
1

La série “Passion secrète” par Amanda Charchian

Mode Découvrez Julia Banas, Zoi Mantzakanis et Khadijha Red Thunder dans la série mode "Passion secrète" photographiée par Amanda Charchian. Découvrez Julia Banas, Zoi Mantzakanis et Khadijha Red Thunder dans la série mode "Passion secrète" photographiée par Amanda Charchian.

Que doit la mode au créateur Olivier Theyskens?
948

Que doit la mode au créateur Olivier Theyskens?

Mode Il est l'un des plus jeunes couturiers à être célébré, de son vivant, par deux rétrospectives. Seulement deux ans après une première exposition au MoMu d’Anvers, le créateur belge Olivier Theyskens est à nouveau mis à l'honneur, à la Cité de la dentelle et de la mode de Calais cette fois-ci, où l’on pourra découvrir son travail mis en regard avec les collections du musée. Retour en 5 points sur l’impact de ce maître néo-romantique de la coupe. Il est l'un des plus jeunes couturiers à être célébré, de son vivant, par deux rétrospectives. Seulement deux ans après une première exposition au MoMu d’Anvers, le créateur belge Olivier Theyskens est à nouveau mis à l'honneur, à la Cité de la dentelle et de la mode de Calais cette fois-ci, où l’on pourra découvrir son travail mis en regard avec les collections du musée. Retour en 5 points sur l’impact de ce maître néo-romantique de la coupe.

“Gucci Manifesto” : l’obsession d’Alessandro Michele pour le masque
852

“Gucci Manifesto” : l’obsession d’Alessandro Michele pour le masque

Mode Ornés de masques de psychopathes ou sadomasochistes, les tee-shirts et sweatshirts  “Gucci Manifesto” rendent hommage à un des acccesoires les plus inspirants et controversés de l'histoire de la mode, le masque. Ornés de masques de psychopathes ou sadomasochistes, les tee-shirts et sweatshirts  “Gucci Manifesto” rendent hommage à un des acccesoires les plus inspirants et controversés de l'histoire de la mode, le masque.

Stella McCartney rend hommage aux Beatles dans sa collection capsule
842

Stella McCartney rend hommage aux Beatles dans sa collection capsule

Mode Stella McCartney lance la collection capsule “All Together Now”, qui célèbre l’héritage des Beatles, le groupe de rock de son père créé en 1960 et toujours l'un des plus populaires du monde. Comptant au total 85 pièces pour femmes, hommes et enfants, elle nous invite à redécouvrir l’univers psychédélique du long-métrage animé “Yellow Submarine” de 1968, consacré au groupe. Stella McCartney lance la collection capsule “All Together Now”, qui célèbre l’héritage des Beatles, le groupe de rock de son père créé en 1960 et toujours l'un des plus populaires du monde. Comptant au total 85 pièces pour femmes, hommes et enfants, elle nous invite à redécouvrir l’univers psychédélique du long-métrage animé “Yellow Submarine” de 1968, consacré au groupe.