209

L’outrance baroque de Jeremy Scott pour Moschino

 

Jeremy Scott, directeur artistique de Moschino, revient avec Numéro sur le défilé baroque et truculent qu’il présentait dans le cadre du salon Pitti Uomo, à Florence, en juin dernier.

Numéro : Quelle était l’inspiration de votre défilé qui mêle des graphismes de formule 1 à des perruques poudrées baroques ?

Jeremy Scott : Eh bien, j’ai pensé tout à la fois au Casanova de Fellini, à John Travolta dans Staying Alive, à Louis XIV, à Prince, à des princes et à des reines. Tout un tas de petites nuances dans quelque chose de globalement très décadent. Je voulais surtout m’amuser avec tout cela. Changer la silhouette, ajouter un élément “cartoonesque”. Pour un résultat qui me ressemble, et qui serait parfaitement contemporain.

 

 

On vous a souvent qualifié de créateur “anti-mode”, cela signifie-t-il que la mode est devenue si sérieuse qu’elle ne saurait tolérer le moindre gramme d’autodérision ?

Jeremy Scott : Tout à fait ! Le fun est très rare dans la mode aujourd’hui, et je ne sais pas vraiment pourquoi. Est-ce parce que les marques cherchent désespérément à faire un maximum d’argent en vendant des sacs à main ? Ou peut-on imputer cela au calendrier qui s’est considérablement accéléré ? Je subis le même calendrier que tout le monde et j’apporte tout de même de la joie et du fun dans chacun de mes défilés, donc je ne peux pas vraiment leur trouver d’excuse valable. Vous voyez ce que je veux dire ? Je dois fournir chaque saison des collections pour mon propre label, pour Adidas et pour Moschino, et je trouve tout de même le moyen de m’amuser donc… quelle est leur excuse, vraiment ? (rires)

 

 

Vous considérez-vous comme un artiste pop ?

Jeremy Scott : Je pense vraiment que je suis un artiste, donc les défilés, les collections, constituent mon médium. J’utilise les vêtements et la mise en scène du show comme une façon d’exprimer mon art. Mais cela ne me dérange pas non plus qu’on me considère comme un designer. Je ne pense pas du tout que l’un est supérieur à l’autre. C’est juste que j'ai une approche de mon travail différente de celle de la plupart des créateurs de mode. Lorsque je dis que je suis un artiste, ce n’est pas pour satisfaire mon ego : lorsque j’était enfant, je suivais des cours de peinture et de céramique, ma vie entière se focalisait sur l’art. Donc tout ce que je fais aujourd’hui est simplement un prolongement de mon enfance.

 

 

Propos recueillis par Delphine Roche

Lucas Ossendrijver quitte la maison Lanvin
850

Lucas Ossendrijver quitte la maison Lanvin

Mode Le designer néerlandais Lucas Ossendrijver quitte la direction artistique des collections homme de Lanvin, après quatorze ans au sein de la maison parisienne. Retour sur un créateur discret au parcours sans faute.  Le designer néerlandais Lucas Ossendrijver quitte la direction artistique des collections homme de Lanvin, après quatorze ans au sein de la maison parisienne. Retour sur un créateur discret au parcours sans faute. 

Marc Jacobs réédite sa célèbre collection Grunge qui a fait scandale
123

Marc Jacobs réédite sa célèbre collection Grunge qui a fait scandale

Mode Vingt-cinq ans après avoir présenté la collection “Grunge” qui l'avait immédiatement fait renvoyer de Perry Ellis, Marc Jacobs propose à la vente vingt-six looks réédités à l’identique. Vingt-cinq ans après avoir présenté la collection “Grunge” qui l'avait immédiatement fait renvoyer de Perry Ellis, Marc Jacobs propose à la vente vingt-six looks réédités à l’identique.

Qui est l'artiste Juno Calypso, révélée par la dernière campagne Burberry de noël ?
850

Qui est l'artiste Juno Calypso, révélée par la dernière campagne Burberry de noël ?

Mode Pour la dernière campagne Burberry, la photographe londonienne Juno Calypso propose une version fantasmée de l’esprit de Noël avec Naomi Campbell, Kristin Scott Thomas et M.I.A entre autres. Pour la dernière campagne Burberry, la photographe londonienne Juno Calypso propose une version fantasmée de l’esprit de Noël avec Naomi Campbell, Kristin Scott Thomas et M.I.A entre autres.

Alexander Wang puise dans les archives d'Adidas pour sa quatrième collaboration
132

Alexander Wang puise dans les archives d'Adidas pour sa quatrième collaboration

Mode Pour sa quatrième collection avec Adidas, le designer américain Alexander Wang réutilise des anciennes créations du label sportswear  qu'il déconstruit et réassemble pour créer 18 nouvelles pièces et 5 paires de chaussures. Pour sa quatrième collection avec Adidas, le designer américain Alexander Wang réutilise des anciennes créations du label sportswear  qu'il déconstruit et réassemble pour créer 18 nouvelles pièces et 5 paires de chaussures.