Advertising
210

Rencontre avec Sarah Burton, directrice artistique d'Alexander McQueen

 

Alors que la maison Alexander McQueen, en pleine expansion, ouvre à Paris son plus grand flagship au monde, Numéro s’est entretenu avec sa directrice artistique qui a su pérenniser avec brio la vision de l’inoubliable fondateur de cette marque déjà culte.

Photos Liz Collins

Numéro : Vous avez fait vos premiers pas chez Alexander McQueen très tôt, lors d’un stage, alors que vous étiez encore étudiante au Central Saint Martins. Quelle image aviez-vous alors de la maison ?

Sarah Burton : La maison était encore très jeune, mais elle générait beaucoup de bruit et d’excitation, c’était le royaume de la créativité et de la passion authentiques. Le travail de Lee était très novateur, il ne ressemblait à aucun autre.

Un de mes professeurs était un de ses amis proches, il m’a proposé d’effectuer un stage. C’était avant la nomination de Lee (le vrai prénom d’Alexander McQueen) à la tête de Givenchy, la maison n’avait pas d’argent, les quartiers généraux étaient situés dans une cave. J’ai eu beaucoup de chance car je suis restée, et j’ai grandi avec lui.

 

Lorsque vous avez été nommée à la direction artistique de la maison, qu’aviez-vous en tête ?

C’était une décision très difficile à prendre, car je venais tout juste de perdre une personne à laquelle je tenais beaucoup. Au début, je me suis dit que j’allais conserver son  magnifique héritage intact. Je me savais capable d’apporter ma contribution aux histoires qu’il racontait à travers ses collections, mais je ne savais pas si j’étais en mesure de raconter des histoires par moi-même. Je n’étais pas sûre de pouvoir être cette force motrice dans la maison. Ses collections étaient si personnelles, si brillantes, elles parlaient vraiment de sa vision de la vie, de la société. Mon approche est différente car je parle plutôt de vêtements.

 

Parmi vos thèmes récurrents figurent les fleurs, thème victorien par excellence, puisque la rose et le lys étaient les métaphores employées à cette époque pour décrire la dualité de la femme, séductrice ou pure.

Les fleurs représentent le cycle de la vie et de la mort,  la renaissance de la vie après la mort, chaque saison. J’ai grandi à la campagne, et je connais bien la dualité de la nature, très belle et très dure. Ma collection automne-hiver traitait de la beauté et de la décrépitude. Je voulais parler du fait que les femmes peuvent être dans leur jeunesse de parfaites beautés, mais une autre beauté apparaît avec l’âge. Cela vaut aussi pour les vêtements de la maison, qui ont toujours été intemporels. Ce sont des objets qu’il faut garder et chérir. 

 

La marque Alexander McQueen a longtemps été considérée comme une marque “émergente” dans le giron du Gucci Group. Aujourd’hui elle a atteint sa maturité, l’ouverture de la boutique parisienne est-elle une étape importante pour vous ?

C’est important, car à travers une boutique, on définit  réellement l’image de sa marque. C’est très stimulant, et particulièrement parce qu’il s’agit de Paris. Je voulais vraiment ouvrir une boutique dans la ville où nous défilons, et il fallait que cette boutique soit un statement, elle ne pouvait pas être anecdotique. Nous avons longtemps cherché l’emplacement parfait, et le flagship store de la rue Saint-Honoré  est le plus grand que nous ayons ouvert à l’heure actuelle. C’est une pression supplémentaire car l’architecture parisienne est si belle qu’elle impose un challenge. Mais nous sommes une maison fondée sur les vêtements, pas sur les accessoires ni sur les célébrités. Lee a posé les fondations d’un univers sans pareil, il n’existe pas d’autre label ayant émergé si fortement en l’espace de vingt-cinq ans, à notre époque où l’on tend à miser sur des noms à fort patrimoine.  Je suis heureuse d’ouvrir cette boutique pour parler encore davantage aux personnes qui vouent un véritable culte, une authentique passion à la maison Alexander McQueen. C’est cette passion dont attestait l’incroyable succès public de notre rétrospective Savage Beauty, qui a ému des millions de visiteurs à New York, puis à Londres.

 

Retrouvez cette interview dans son intégralité dans le Numéro Dark de septembre 2015, disponible actuellement en kiosque et sur iPad.

 

 

→ Abonnez-vous au magazine Numéro

→ Abonnez-vous à l'application iPad Numéro

 

 

Propos recueillis par Delphine Roche

 

5 questions à David Beckham sur sa première collection de lunettes avec Safilo
796

5 questions à David Beckham sur sa première collection de lunettes avec Safilo

Accessoires Nouveauté dans la carrière de David Beckham : cette semaine, le Britannique dévoile sa toute première collection de lunettes en collaboration avec le groupe italien Safilo. Numéro a interrogé le célèbre footballeur sur ce projet inédit. Nouveauté dans la carrière de David Beckham : cette semaine, le Britannique dévoile sa toute première collection de lunettes en collaboration avec le groupe italien Safilo. Numéro a interrogé le célèbre footballeur sur ce projet inédit.

Une photo de Warhol et Basquiat inspire la nouvelle collaboration Saint Laurent
1

Une photo de Warhol et Basquiat inspire la nouvelle collaboration Saint Laurent

Mode Inspirée d’une photographie iconique de Jean-Michel Basquiat et Andy Warhol, la nouvelle collaboration Saint Laurent, présentée exclusivement dans la boutique Rive Droite, met le sport à l'honneur. Inspirée d’une photographie iconique de Jean-Michel Basquiat et Andy Warhol, la nouvelle collaboration Saint Laurent, présentée exclusivement dans la boutique Rive Droite, met le sport à l'honneur.

Advertising
Le défilé JW Anderson homme automne-hiver 2020-2021
3

Le défilé JW Anderson homme automne-hiver 2020-2021

Fashion Week Présentée hier à Lafayette Anticipations, la nouvelle collection homme de JW Anderson est un hommage au poète Arthur Rimbaud et au peintre et photographe américain David Wojnarowicz. À l'instar de ce portraitiste, qui dans sa série Arthur Rimbaud in New York (1978) avait demandé aux gens dans les rues de la Grosse Pomme de porter des masques à l'image du poète disparu, le directeur artistique nord-irlandais a demandé à plusieurs Stockman de s'asseoir en portant des reproductions des clichés à l'éffigie de Rimbaud. Les modèles ont défilé, arborant des looks composés de grands manteaux en laine ceinturés de chaînes dorées, d'écharpes ouatées et surdimensionnées en motifs paisley, de capes inspirées des longues toges romaines et de mules agrémentées de boucles dorées – rappelant celles des manteaux. Une collection qui allie les détails clinquants aux silhouettes moelleuses. Présentée hier à Lafayette Anticipations, la nouvelle collection homme de JW Anderson est un hommage au poète Arthur Rimbaud et au peintre et photographe américain David Wojnarowicz. À l'instar de ce portraitiste, qui dans sa série Arthur Rimbaud in New York (1978) avait demandé aux gens dans les rues de la Grosse Pomme de porter des masques à l'image du poète disparu, le directeur artistique nord-irlandais a demandé à plusieurs Stockman de s'asseoir en portant des reproductions des clichés à l'éffigie de Rimbaud. Les modèles ont défilé, arborant des looks composés de grands manteaux en laine ceinturés de chaînes dorées, d'écharpes ouatées et surdimensionnées en motifs paisley, de capes inspirées des longues toges romaines et de mules agrémentées de boucles dorées – rappelant celles des manteaux. Une collection qui allie les détails clinquants aux silhouettes moelleuses.

Virgil Abloh de retour au défilé Off-White homme automne-hiver 2020-2021
3

Virgil Abloh de retour au défilé Off-White homme automne-hiver 2020-2021

Fashion Week Cette saison chez Off-White, Virgil Abloh revient à l’essentiel en présentant des silhouettes uniquement masculines et une collection qui gagne à nouveau en cohérence et en sobriété. Beaucoup de monochromes gris et marrons, et un final de huit looks colorés – bleus, rouges, jaunes et verts. Seule excentricité majeure, des pièces ornées de dessins stylisés de carottes, poulets, citrons, aubergines et bouteilles de champagne sur une chemise, un large costume ou un pantalon fluide. On retrouve les larges costumes à double boutonnage “poinçonnés”, quelques larges panchos ou vestes en mailles (dont une tricotés à motifs amérindiens), des trenchs courts ou longs et élégants, ainsi que des blousons aviateurs ou des bombers, offrant une large variété de pardessus masculins. Les pantalons sont droits ou baggys, certains d’une grande fluidité ou alors en cuir. Autres détails, des chemises à liens coulissants qui offrent un nouveau style à la silhouette. Devant tant de diversité et d’harmonie, une question se pose : cette saison, Virgil Abloh aurait-il réussi à constituer le vestiaire masculin idéal ? Cette saison chez Off-White, Virgil Abloh revient à l’essentiel en présentant des silhouettes uniquement masculines et une collection qui gagne à nouveau en cohérence et en sobriété. Beaucoup de monochromes gris et marrons, et un final de huit looks colorés – bleus, rouges, jaunes et verts. Seule excentricité majeure, des pièces ornées de dessins stylisés de carottes, poulets, citrons, aubergines et bouteilles de champagne sur une chemise, un large costume ou un pantalon fluide. On retrouve les larges costumes à double boutonnage “poinçonnés”, quelques larges panchos ou vestes en mailles (dont une tricotés à motifs amérindiens), des trenchs courts ou longs et élégants, ainsi que des blousons aviateurs ou des bombers, offrant une large variété de pardessus masculins. Les pantalons sont droits ou baggys, certains d’une grande fluidité ou alors en cuir. Autres détails, des chemises à liens coulissants qui offrent un nouveau style à la silhouette. Devant tant de diversité et d’harmonie, une question se pose : cette saison, Virgil Abloh aurait-il réussi à constituer le vestiaire masculin idéal ?



Advertising