Vendredi 17 janvier, Jean Paul Gaultier annonçait qu’il mettait fin à 50 ans de carrière et à ses défilés de haute couture. Emblème de la mode française, inventeur d’un univers fantasque, pétillant et extravagant, le créateur a annoncé la (triste) nouvelle sur les réseaux sociaux avec l’humour qui le caractérise.

 

Visionnaire, espiègle et provocateur, il a, dès la fin des années 70, réinventé la mode en la projetant dans une tout autre dimension. L’entrée fracassante de Jean Paul Gaultier dans ce monde encore policé fait alors l’effet d’une bombe, d’une véritable entreprise de transgression qui reflète à la perfection l’avènement de la contre-culture.  Son univers généreux et joyeux bouscule avec brio tous les codes de la couture française traditionnelle.

 

Transgressives, les icônes de son univers personnel se nomment ainsi Madonna – dont le fameux corset aux seins pointus contribuera à dessiner l’image provocatrice –, Boy George, Catherine Ringer, Dita Von Teese et tant d’autres encore. Jean Paul Gaultier s’est acoquiné avec les représentants les plus emblématiques de son époque.

 

 

 

Le couturier d’exception collabore avec Nirvana à ses débuts, avec NTM, avec Cindy Sherman comme avec Pierre et Gilles, avec Pedro Almodóvar comme avec Luc Besson. Pour dialoguer avec ces fortes personnalités, il a toujours su rester lui-même. Refusant de se conformer aux modèles établis, il a brisé les tabous en célébrant la beauté sous toutes ses formes. Loin mettre un point final à son aventure, cet homme plein de surprises nous étonnera forcément une nouvelle fois par son immense talent. La suite au prochain Numéro.