14


Commandez-le
Numéro
17 Festival Hyères Jenny Hytönen Chanel Métiers d'art

La créatrice finlandaise Jenny Hytönen, lauréate du Grand Prix du 37e Festival d'Hyères

MODE

Jeudi 13 octobre, la villa Noailles à Hyères lançait la 37e édition du Festival d’Hyères. Sous un soleil éclatant, les visiteurs et le jury ont pu découvrir pendant quatre jours les nouveaux talents du design de mode, d'accessoires et de la photographie. Les résultats des concours dans ces trois discipline créatives, dévoilés ce dimanche, révèlent une fois de plus la jeune garde des créateurs internationaux. Découvrez les lauréats de cette nouvelle édition.

Jenny Hytönen, lauréate du grand prix du jury Première Vision et du prix du public-Ville d’Hyères 2022 ©Antoine Harinthe Jenny Hytönen, lauréate du grand prix du jury Première Vision et du prix du public-Ville d’Hyères 2022 ©Antoine Harinthe
Jenny Hytönen, lauréate du grand prix du jury Première Vision et du prix du public-Ville d’Hyères 2022 ©Antoine Harinthe

Loin de la grisaille maussade de Paris et après un fashion month effréné, c’est dans le sud de la France qu’il fallait se trouver ce week-end. Sur les hauteurs d’Hyères, avec en toile de fond une vue dégagée sur la mer Méditerranée, la Villa Noailles, un bâtiment moderniste de l’architecte français Robert Mallet-Stevens, accueillait du 13 au 16 octobre 2022, la 37e édition du Festival international de mode, de photographie et d’accessoires de mode. Plus connu sous le nom de Festival d’Hyères, la célèbre manifestation lancée par Jean-Pierre Blanc en 1986, continue de voir grand, attirant de plus en plus de mécènes et de visiteurs curieux de découvrir les nouveaux talents de la mode.

 

1. Jenny Hytönen, lauréate du grand prix du jury Première Vision et du prix du public

 

Le grand prix du jury Première Vision récompensant un créateur de mode revient cette année à Jenny Hytönen. La jeune Finlandaise âgée de 25 ans, originaire d'Helsinki, est artiste et créatrice indépendante. Son approche subversive du vêtement, rehaussée d'un savoir-faire d’exception, a marqué le jury de Glenn Martens, qui lui remet, avec cette récompense, une bourse de création de 20 000 euros. Dans sa collection aux accents punk, la créatrice a joué sur les contrastes entre l'armure et la sensualité. Ses tissus, tantôt fluides tantôt très rigides, composent des silhouettes à l'esprit BDSM assumé, où se mêlent rivières de perles, nudité ravageuse, transparence outrageuse et abondance de clous. La peau est très souvent dévoilée sans retenue, comme dans ces gilets à l'allure de cuirasses médiévales ouverts dans le dos, ou sur ce pantalon de cuir piqué de clous révélant la naissance des fesses parées d'un string. Plus loin, une impressionnante robe de mariée est composée de diodes luminescentes, qui s’allument en rouge lorsque la lumière, doucement, s’affaiblit. La créatrice qui a rejoint le studio du créateur parisien Olivier Theyskens a également remporté le prix du public-Ville d’Hyères, qui lui permet d'exposer ses créations à la villa Noailles en 2023.

Valentin Lessner, lauréat 2022 du prix Le19M des Métiers d’art de Chanel et du prix de la collection écoresponsable Mercedes-Benz. ©Antoine Harinthe Valentin Lessner, lauréat 2022 du prix Le19M des Métiers d’art de Chanel et du prix de la collection écoresponsable Mercedes-Benz. ©Antoine Harinthe
Valentin Lessner, lauréat 2022 du prix Le19M des Métiers d’art de Chanel et du prix de la collection écoresponsable Mercedes-Benz. ©Antoine Harinthe

2. Valentin Lessner, lauréat du prix Le 19M des métiers d'art et du prix de la collection écoresponsable Mercedes-Benz

 

Grand partenaire du festival d'Hyères depuis 2014, Chanel inaugure en 2019 un nouveau prix dédié à l’artisanat en collaboration avec le 19M, l'établissement qui regroupe ses onze maisons dédiées aux métiers d’art et de mode. Après l’Irlandaise Róisín Pierce (2019), la Française Emma Bruschi (2020) et le Thaïlandais installé à Paris Rukpong Raimaturapong (2021), c'est Valentin Lessner qui séduit, cette année, le jury. Le jeune Munichois de 25 ans propose au sein de sa collection hybride qui mélange streetwear et tailoring, une salopette — réalisée avec l’atelier de broderie Montex — ornée d’une broderie en mohair effet fourrure, inspirée des costumes traditionnels bavarois. Il reçoit une dotation de 20 000 euros pour la réalisation d’un nouveau projet de création en collaboration les maisons d’art de son choix, qui sera dévoilé lors de la 38e édition du festival. En plus de cette récompense, il reçoit le prix de la collection écoresponsable Mercedes-Benz doté d’une bourse de 20 000 euros également.

 

3. Joshua Cannone, lauréat du grand prix du jury accessoires de mode

 

Présidé cette année par Aska Yamashita, directrice artistique de Montex, le jury du prix accessoires de mode a choisi le jeune Joshua Cannone. C'est avec une collection de sacs mystérieux et dérangeants que le jeune créateur français de 23 ans a attiré l'attention du jury, entre sacs aux allures de poupées vaudou, sacs en silicone en forme de rats et décorés de cheveux humains, ou un sac à dos en cuir noir — fait d'une seule peau — à la taille démesurée. Cette distinction s'accompagne de l'édition d'une pièce exceptionnelle avec les Métiers d’art et d'une enveloppe de 20 000 euros.

 

 

4. Lola Mossino et Indra Eudario, lauréats du prix Hermès

 

Lancé il y a trois ans, le prix Hermès des accessoires de mode récompense Lola Mossino et Indra Eudario. Si ils sont créateurs de bijoux, ils signent, à deux, dans le cadre de ce prix, une ceinture en cuir de veau brun et empochent une bourse de 20 000 euros pour créer une pièce avec la maison parisienne. Le duo remporte également, le prix du public-Ville d’Hyères pour leur collection de bijoux à l'esprit érotique, sensuel et amusant.

Lola Mossino et Indra Eudario, lauréats du prix Hermès des accessoires de mode et du prix du public-Ville d’Hyères. ©Julia & Vincent Lola Mossino et Indra Eudario, lauréats du prix Hermès des accessoires de mode et du prix du public-Ville d’Hyères. ©Julia & Vincent
Lola Mossino et Indra Eudario, lauréats du prix Hermès des accessoires de mode et du prix du public-Ville d’Hyères. ©Julia & Vincent

5. Sini Saavala, lauréate du prix L’Atelier des matières

 

Nouveauté de cette édition, le Festival d'Hyères lance cette année le prix L’Atelier des matières. Celui-ci est décerné à l’un des dix finalistes du prix mode pour la création d’une silhouette réalisée à partir de dead-stocks mis à disposition par l’atelier. Ce prix revient à la Finlandaise Sini Saavala

 

 

6. Rala Choi, lauréat du grand prix du jury photographie et du prix du public et Chiron Duong, lauréat du prix de la photographie American Vintage

 

Enfin, du côté de la photographie de mode, le jury, sous la houlette de son président Pierre Debusschere, a décerné le grand prix du jury photographie au Sud-Coréen Rala Choi, pour ses clichés aux couleurs saturées dont les modèles semblent figés hors du temps. Il remporte également le prix du public-Ville d’Hyères. Le label American Vintage a également décerné son prix à l'un des dix finalistes pour un cliché inspiré par une sélection de pièces du label. C’est le Vietnamien Chiron Duong, avec ses clichés léchés et puissants partagés entre onirisme et mouvements frénétiques, qui a décroché la distinction dotée de 15 000 euros pour la commande d’une série mode.