Advertising
Advertising
16 Décembre

Léonard de Vinci inspire une collection Off-White

 

L'exposition-évènement qui célèbre les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci au musée du Louvre inspire au prolifique Virgil Abloh une collection capsule.

par Léa Zetlaoui

1/11
2/11
3/11
4/11
5/11
6/11
7/11
8/11
9/11
10/11
11/11
  • Avant même son ouverture, l'exposition qui célèbre les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci affolait déjà les compteurs : 220 000 billets vendus - soit les 3/4 des places disponibles - alors que “La Joconde”, tableau le plus célèbre de l'artiste n'était même pas présent. 

     

    C'est également sans surprise que le peintre italien fait partie des maîtres à penser du créateur américain prolifique Virgil Abloh. Ainsi après Jean-Michel Basquiat et Dondi White, le fondateur d'Off-White rend hommage à l'immense héritage culturel de de Vinci à travers une collection capsule exclusive, où s'affirme une fois de plus la volonté du directeur artistique de Louis Vuitton de croiser les disciplines et rendre accessibles à tous la culture et l'art.

     

    On retrouve les pièces emblématiques d'Off-White, des tee-shirts et sweat-shirts en coton ornés des logos du label, des double-flèches entrelacées avec des œuvres du peintre italien comme “La Vierge aux rochers” ou “La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Anne”, agrémentées de dessins anatomiques ou bien décorées du logo du musée du Louvre. “Je veux confronter ces deux mondes qui semblent différents: la mode et le high art. “Il est crucial dans mon travail de prouver que n'importe quel endroit, aussi exclusif soit-il, est accessible à tout le monde. Que vous puissiez vouloir vous exprimer à travers plus d'une pratique et que la créativité ne doit pas être liée à une seule discipline. Je pense que Leonardo da Vinci a peut-être été le premier artiste à vivre selon ce principe, et j'essaie de le suivre à mon tour”,  explique Virgil Abloh.

  • Avant même son ouverture, l'exposition qui célèbre les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci affolait déjà les compteurs : 220 000 billets vendus - soit les 3/4 des places disponibles - alors que “La Joconde”, tableau le plus célèbre de l'artiste n'était même pas présent. 

     

    C'est également sans surprise que le peintre italien fait partie des maîtres à penser du créateur américain prolifique Virgil Abloh. Ainsi après Jean-Michel Basquiat et Dondi White, le fondateur d'Off-White rend hommage à l'immense héritage culturel de de Vinci à travers une collection capsule exclusive, où s'affirme une fois de plus la volonté du directeur artistique de Louis Vuitton de croiser les disciplines et rendre accessibles à tous la culture et l'art.

     

    On retrouve les pièces emblématiques d'Off-White, des tee-shirts et sweat-shirts en coton ornés des logos du label, des double-flèches entrelacées avec des œuvres du peintre italien comme “La Vierge aux rochers” ou “La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Anne”, agrémentées de dessins anatomiques ou bien décorées du logo du musée du Louvre. “Je veux confronter ces deux mondes qui semblent différents: la mode et le high art. “Il est crucial dans mon travail de prouver que n'importe quel endroit, aussi exclusif soit-il, est accessible à tout le monde. Que vous puissiez vouloir vous exprimer à travers plus d'une pratique et que la créativité ne doit pas être liée à une seule discipline. Je pense que Leonardo da Vinci a peut-être été le premier artiste à vivre selon ce principe, et j'essaie de le suivre à mon tour”,  explique Virgil Abloh.

  • Avant même son ouverture, l'exposition qui célèbre les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci affolait déjà les compteurs : 220 000 billets vendus - soit les 3/4 des places disponibles - alors que “La Joconde”, tableau le plus célèbre de l'artiste n'était même pas présent. 

     

    C'est également sans surprise que le peintre italien fait partie des maîtres à penser du créateur américain prolifique Virgil Abloh. Ainsi après Jean-Michel Basquiat et Dondi White, le fondateur d'Off-White rend hommage à l'immense héritage culturel de de Vinci à travers une collection capsule exclusive, où s'affirme une fois de plus la volonté du directeur artistique de Louis Vuitton de croiser les disciplines et rendre accessibles à tous la culture et l'art.

     

    On retrouve les pièces emblématiques d'Off-White, des tee-shirts et sweat-shirts en coton ornés des logos du label, des double-flèches entrelacées avec des œuvres du peintre italien comme “La Vierge aux rochers” ou “La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Anne”, agrémentées de dessins anatomiques ou bien décorées du logo du musée du Louvre. “Je veux confronter ces deux mondes qui semblent différents: la mode et le high art. “Il est crucial dans mon travail de prouver que n'importe quel endroit, aussi exclusif soit-il, est accessible à tout le monde. Que vous puissiez vouloir vous exprimer à travers plus d'une pratique et que la créativité ne doit pas être liée à une seule discipline. Je pense que Leonardo da Vinci a peut-être été le premier artiste à vivre selon ce principe, et j'essaie de le suivre à mon tour”,  explique Virgil Abloh.

  • Avant même son ouverture, l'exposition qui célèbre les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci affolait déjà les compteurs : 220 000 billets vendus - soit les 3/4 des places disponibles - alors que “La Joconde”, tableau le plus célèbre de l'artiste n'était même pas présent. 

     

    C'est également sans surprise que le peintre italien fait partie des maîtres à penser du créateur américain prolifique Virgil Abloh. Ainsi après Jean-Michel Basquiat et Dondi White, le fondateur d'Off-White rend hommage à l'immense héritage culturel de de Vinci à travers une collection capsule exclusive, où s'affirme une fois de plus la volonté du directeur artistique de Louis Vuitton de croiser les disciplines et rendre accessibles à tous la culture et l'art.

     

    On retrouve les pièces emblématiques d'Off-White, des tee-shirts et sweat-shirts en coton ornés des logos du label, des double-flèches entrelacées avec des œuvres du peintre italien comme “La Vierge aux rochers” ou “La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Anne”, agrémentées de dessins anatomiques ou bien décorées du logo du musée du Louvre. “Je veux confronter ces deux mondes qui semblent différents: la mode et le high art. “Il est crucial dans mon travail de prouver que n'importe quel endroit, aussi exclusif soit-il, est accessible à tout le monde. Que vous puissiez vouloir vous exprimer à travers plus d'une pratique et que la créativité ne doit pas être liée à une seule discipline. Je pense que Leonardo da Vinci a peut-être été le premier artiste à vivre selon ce principe, et j'essaie de le suivre à mon tour”,  explique Virgil Abloh.

  • Avant même son ouverture, l'exposition qui célèbre les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci affolait déjà les compteurs : 220 000 billets vendus - soit les 3/4 des places disponibles - alors que “La Joconde”, tableau le plus célèbre de l'artiste n'était même pas présent. 

     

    C'est également sans surprise que le peintre italien fait partie des maîtres à penser du créateur américain prolifique Virgil Abloh. Ainsi après Jean-Michel Basquiat et Dondi White, le fondateur d'Off-White rend hommage à l'immense héritage culturel de de Vinci à travers une collection capsule exclusive, où s'affirme une fois de plus la volonté du directeur artistique de Louis Vuitton de croiser les disciplines et rendre accessibles à tous la culture et l'art.

     

    On retrouve les pièces emblématiques d'Off-White, des tee-shirts et sweat-shirts en coton ornés des logos du label, des double-flèches entrelacées avec des œuvres du peintre italien comme “La Vierge aux rochers” ou “La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Anne”, agrémentées de dessins anatomiques ou bien décorées du logo du musée du Louvre. “Je veux confronter ces deux mondes qui semblent différents: la mode et le high art. “Il est crucial dans mon travail de prouver que n'importe quel endroit, aussi exclusif soit-il, est accessible à tout le monde. Que vous puissiez vouloir vous exprimer à travers plus d'une pratique et que la créativité ne doit pas être liée à une seule discipline. Je pense que Leonardo da Vinci a peut-être été le premier artiste à vivre selon ce principe, et j'essaie de le suivre à mon tour”,  explique Virgil Abloh.

  • Avant même son ouverture, l'exposition qui célèbre les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci affolait déjà les compteurs : 220 000 billets vendus - soit les 3/4 des places disponibles - alors que “La Joconde”, tableau le plus célèbre de l'artiste n'était même pas présent. 

     

    C'est également sans surprise que le peintre italien fait partie des maîtres à penser du créateur américain prolifique Virgil Abloh. Ainsi après Jean-Michel Basquiat et Dondi White, le fondateur d'Off-White rend hommage à l'immense héritage culturel de de Vinci à travers une collection capsule exclusive, où s'affirme une fois de plus la volonté du directeur artistique de Louis Vuitton de croiser les disciplines et rendre accessibles à tous la culture et l'art.

     

    On retrouve les pièces emblématiques d'Off-White, des tee-shirts et sweat-shirts en coton ornés des logos du label, des double-flèches entrelacées avec des œuvres du peintre italien comme “La Vierge aux rochers” ou “La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Anne”, agrémentées de dessins anatomiques ou bien décorées du logo du musée du Louvre. “Je veux confronter ces deux mondes qui semblent différents: la mode et le high art. “Il est crucial dans mon travail de prouver que n'importe quel endroit, aussi exclusif soit-il, est accessible à tout le monde. Que vous puissiez vouloir vous exprimer à travers plus d'une pratique et que la créativité ne doit pas être liée à une seule discipline. Je pense que Leonardo da Vinci a peut-être été le premier artiste à vivre selon ce principe, et j'essaie de le suivre à mon tour”,  explique Virgil Abloh.

  • Avant même son ouverture, l'exposition qui célèbre les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci affolait déjà les compteurs : 220 000 billets vendus - soit les 3/4 des places disponibles - alors que “La Joconde”, tableau le plus célèbre de l'artiste n'était même pas présent. 

     

    C'est également sans surprise que le peintre italien fait partie des maîtres à penser du créateur américain prolifique Virgil Abloh. Ainsi après Jean-Michel Basquiat et Dondi White, le fondateur d'Off-White rend hommage à l'immense héritage culturel de de Vinci à travers une collection capsule exclusive, où s'affirme une fois de plus la volonté du directeur artistique de Louis Vuitton de croiser les disciplines et rendre accessibles à tous la culture et l'art.

     

    On retrouve les pièces emblématiques d'Off-White, des tee-shirts et sweat-shirts en coton ornés des logos du label, des double-flèches entrelacées avec des œuvres du peintre italien comme “La Vierge aux rochers” ou “La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Anne”, agrémentées de dessins anatomiques ou bien décorées du logo du musée du Louvre. “Je veux confronter ces deux mondes qui semblent différents: la mode et le high art. “Il est crucial dans mon travail de prouver que n'importe quel endroit, aussi exclusif soit-il, est accessible à tout le monde. Que vous puissiez vouloir vous exprimer à travers plus d'une pratique et que la créativité ne doit pas être liée à une seule discipline. Je pense que Leonardo da Vinci a peut-être été le premier artiste à vivre selon ce principe, et j'essaie de le suivre à mon tour”,  explique Virgil Abloh.

  • Avant même son ouverture, l'exposition qui célèbre les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci affolait déjà les compteurs : 220 000 billets vendus - soit les 3/4 des places disponibles - alors que “La Joconde”, tableau le plus célèbre de l'artiste n'était même pas présent. 

     

    C'est également sans surprise que le peintre italien fait partie des maîtres à penser du créateur américain prolifique Virgil Abloh. Ainsi après Jean-Michel Basquiat et Dondi White, le fondateur d'Off-White rend hommage à l'immense héritage culturel de de Vinci à travers une collection capsule exclusive, où s'affirme une fois de plus la volonté du directeur artistique de Louis Vuitton de croiser les disciplines et rendre accessibles à tous la culture et l'art.

     

    On retrouve les pièces emblématiques d'Off-White, des tee-shirts et sweat-shirts en coton ornés des logos du label, des double-flèches entrelacées avec des œuvres du peintre italien comme “La Vierge aux rochers” ou “La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Anne”, agrémentées de dessins anatomiques ou bien décorées du logo du musée du Louvre. “Je veux confronter ces deux mondes qui semblent différents: la mode et le high art. “Il est crucial dans mon travail de prouver que n'importe quel endroit, aussi exclusif soit-il, est accessible à tout le monde. Que vous puissiez vouloir vous exprimer à travers plus d'une pratique et que la créativité ne doit pas être liée à une seule discipline. Je pense que Leonardo da Vinci a peut-être été le premier artiste à vivre selon ce principe, et j'essaie de le suivre à mon tour”,  explique Virgil Abloh.

  • Avant même son ouverture, l'exposition qui célèbre les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci affolait déjà les compteurs : 220 000 billets vendus - soit les 3/4 des places disponibles - alors que “La Joconde”, tableau le plus célèbre de l'artiste n'était même pas présent. 

     

    C'est également sans surprise que le peintre italien fait partie des maîtres à penser du créateur américain prolifique Virgil Abloh. Ainsi après Jean-Michel Basquiat et Dondi White, le fondateur d'Off-White rend hommage à l'immense héritage culturel de de Vinci à travers une collection capsule exclusive, où s'affirme une fois de plus la volonté du directeur artistique de Louis Vuitton de croiser les disciplines et rendre accessibles à tous la culture et l'art.

     

    On retrouve les pièces emblématiques d'Off-White, des tee-shirts et sweat-shirts en coton ornés des logos du label, des double-flèches entrelacées avec des œuvres du peintre italien comme “La Vierge aux rochers” ou “La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Anne”, agrémentées de dessins anatomiques ou bien décorées du logo du musée du Louvre. “Je veux confronter ces deux mondes qui semblent différents: la mode et le high art. “Il est crucial dans mon travail de prouver que n'importe quel endroit, aussi exclusif soit-il, est accessible à tout le monde. Que vous puissiez vouloir vous exprimer à travers plus d'une pratique et que la créativité ne doit pas être liée à une seule discipline. Je pense que Leonardo da Vinci a peut-être été le premier artiste à vivre selon ce principe, et j'essaie de le suivre à mon tour”,  explique Virgil Abloh.

  • Avant même son ouverture, l'exposition qui célèbre les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci affolait déjà les compteurs : 220 000 billets vendus - soit les 3/4 des places disponibles - alors que “La Joconde”, tableau le plus célèbre de l'artiste n'était même pas présent. 

     

    C'est également sans surprise que le peintre italien fait partie des maîtres à penser du créateur américain prolifique Virgil Abloh. Ainsi après Jean-Michel Basquiat et Dondi White, le fondateur d'Off-White rend hommage à l'immense héritage culturel de de Vinci à travers une collection capsule exclusive, où s'affirme une fois de plus la volonté du directeur artistique de Louis Vuitton de croiser les disciplines et rendre accessibles à tous la culture et l'art.

     

    On retrouve les pièces emblématiques d'Off-White, des tee-shirts et sweat-shirts en coton ornés des logos du label, des double-flèches entrelacées avec des œuvres du peintre italien comme “La Vierge aux rochers” ou “La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Anne”, agrémentées de dessins anatomiques ou bien décorées du logo du musée du Louvre. “Je veux confronter ces deux mondes qui semblent différents: la mode et le high art. “Il est crucial dans mon travail de prouver que n'importe quel endroit, aussi exclusif soit-il, est accessible à tout le monde. Que vous puissiez vouloir vous exprimer à travers plus d'une pratique et que la créativité ne doit pas être liée à une seule discipline. Je pense que Leonardo da Vinci a peut-être été le premier artiste à vivre selon ce principe, et j'essaie de le suivre à mon tour”,  explique Virgil Abloh.

  • Avant même son ouverture, l'exposition qui célèbre les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci affolait déjà les compteurs : 220 000 billets vendus - soit les 3/4 des places disponibles - alors que “La Joconde”, tableau le plus célèbre de l'artiste n'était même pas présent. 

     

    C'est également sans surprise que le peintre italien fait partie des maîtres à penser du créateur américain prolifique Virgil Abloh. Ainsi après Jean-Michel Basquiat et Dondi White, le fondateur d'Off-White rend hommage à l'immense héritage culturel de de Vinci à travers une collection capsule exclusive, où s'affirme une fois de plus la volonté du directeur artistique de Louis Vuitton de croiser les disciplines et rendre accessibles à tous la culture et l'art.

     

    On retrouve les pièces emblématiques d'Off-White, des tee-shirts et sweat-shirts en coton ornés des logos du label, des double-flèches entrelacées avec des œuvres du peintre italien comme “La Vierge aux rochers” ou “La Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Anne”, agrémentées de dessins anatomiques ou bien décorées du logo du musée du Louvre. “Je veux confronter ces deux mondes qui semblent différents: la mode et le high art. “Il est crucial dans mon travail de prouver que n'importe quel endroit, aussi exclusif soit-il, est accessible à tout le monde. Que vous puissiez vouloir vous exprimer à travers plus d'une pratique et que la créativité ne doit pas être liée à une seule discipline. Je pense que Leonardo da Vinci a peut-être été le premier artiste à vivre selon ce principe, et j'essaie de le suivre à mon tour”,  explique Virgil Abloh.

Advertising
Advertising
Advertising

NuméroNews