20 Mai

À Cannes, Gaspar Noé et Saint Laurent présentent “Lux Æterna”

 

Présenté hors compétition au Festival de Cannes à la séance de minuit, le moyen-métrage Lux Æterna signé du réalisateur Gaspar Noé et mettant en scène Charlotte Gainsbourg et Béatrice Dalle, s'inscrit dans le nouveau et iconoclaste projet Self de la maison Saint Laurent.

Par Léa Zetlaoui

  • La première fois que Gaspar Noé a secoué le festival c’était en 2001. Il venait présenter son second long-métrage Irréversible, mettant en scène Monica Bellucci dans un viol insoutenable pour le public. La seconde fois, c’est en 2015 avec son film Love et une éjaculation face caméra de l’acteur Karl Glusman – filmée en 3D pour plus de réalisme. La troisième fois c’est en 2018, avec le huis clos angoissant Climax, présenté à la Quinzaine des Réalisateurs. Enfin, le réalisateur argentin présentait samedi soir à la séance de minuit, Lux Æterna.

     

    Ce moyen-métrage de 50 minutes, à la bande-annonce énigmatique, réunit pour la première fois les deux actrices françaises Béatrice Dalle et Charlotte Gainsbourg, qui jouent leurs propres rôles. La première réalisant un film ayant pour thème la sorcellerie avec la seconde, dans une mise en abyme forcément insolente et énergique. Un casting déjà très rock’n’roll (on se souvient de Béatrice Dalle dans 37,2 le matin et Trouble Every Day et de Charlotte Gainsbourg dans Antichrist), complété par la nouvelle muse du réalisateur, Karl Glusman (Love), et le sulfureux jeune premier Félix Maritaud (Sauvage).

     

    Non content d’avoir une fois de plus électrisé la Croisette avec Lux Æterna, Gaspar Noé est également le quatrième invité de Saint Laurent pour le projet Self. Initié fin 2018 par Anthony Vaccarello, directeur artistique de la maison, Self invite différents artistes, photographes et cinéastes connus pour leurs visions iconoclastes et contemporaines à réinterpréter en toute liberté les collections et l'esprit Saint Laurent. Gaspar Noé prend donc la suite du photographe japonais Daido Moriyama, de l’artiste américaine Vanessa Beecroft, et de l’écrivain californien Bret Easton Ellis, qui pour l’occasion passait derrière la caméra.

     

    En février dernier, Anthony m’a proposé de me soutenir si j’avais une idée de court-métrage. Deux semaines plus tard, et en cinq jours, avec Béatrice et Charlotte, nous improvisions un modeste essai sur les croyances et l’art de faire des films. Maintenant, ce bébé de 51 minutes est prêt à hurler…”, raconte Gaspard Noé. La semaine dernière, on retrouvait déjà le réalisateur indiscipliné et la maison parisienne derrière le très violent nouveau clip de Sebastian, Thirst. Le producteur qui s’est fait connaître au début des années 2000 en produisant et remixant les Daft Punk, met en musique les défilés Saint Laurent depuis 2016 et signait également une partie de l’album Rest de Charlotte Gainsbourg, muse de la maison depuis 2017.

NuméroNews