222


Commandez-le
Numéro
28

Maison Margiela transforme des vêtements vintage en pièces de créateur

Mode

Présentée lors du dernier défilé prêt-à-porter automne-hiver 2020-2021, la ligne Recicla lancée par John Galliano métamorphose gabardines traditionnelles et jupes droites austères chinées dans des boutiques en pièces de créateur. Une collection à retrouver cet automne, dans une sélection de boutiques Maison Margiela.

1/41

1994 aura donné naissance à Replica, 2020 sera l’année de Recicla. Dès sa fondation en 1988, la Maison Margiela a toujours fait la part belle à l’histoire et à la construction du vêtement : coutures visibles, lignes déconstructionnistes, et recyclage. Centrée autour de l’artisanat, la vision de Martin Margiela s’était même concrétisée à travers un concept déroutant : Replica. Après avoir été chinées dans le monde entier, des pièces étaient reproduites à l’identique et vendues comme tel sous le nom Margiela.

 

S’inspirant de l’idée de son prédécesseur, John Galliano l’a adapté pour la nouvelle décennie 2020. Le créateur inaugurait ainsi, lors du dernier défilé prêt-à-porter automne-hiver 2020-2021 une nouvelle ligne de vêtements upcyclés et nommée Recicla (prononcez “rêchicla” comme “chic”). Allant un cran plus loin dans l’upcycling, le Britannique avait lancé ses collaborateurs dans les charity shops de Londres, avec une mission en tête : trouver des pièces à réinventer pour le prochain défilé. Cette fois, il ne s’agissait plus de les reproduire à l’identique, mais de les soumettre à toutes les transformations possibles pour les faire renaître comme de nouvelles pièces transfigurées. C’est ainsi que cette dernière saison présente de petits pulls Fair Isle retournés et découpés tandis que les longs imperméables deviennent des pièces nouées romantiques.  

 

Loin d’être une idée unique ou ponctuelle, Recicla s’inscrit désormais au coeur de la Maison Margiela au même titre que Replica. Sur chaque pièce issue de cette ligne, une étiquette sera apposée pour attester de la provenance et de la période d’origine, renforçant l’authenticité de la démarche. Pour les accessoires, plus difficiles à transformer au titre de l’upcycling, les Tabi boots ainsi que les sacs 5AC seront composés de chutes de cuir de maroquiniers luxueux. Comme les vestiges des années 60 ou 70 remis au goût du jour, la Maison Margiela propose également des sacs en osier entièrement reconstruits, et enrichis d’empiècements de cuir.

 

Les pièces Recicla seront disponibles cet automne, dans une sélection de boutiques Maison Margiela.