10


Commandez-le
Numéro
24 Thierry Mugler en 9 défilés inoubliables

Thierry Mugler en 9 défilés inoubliables

Mode

L’immense créateur Thierry Mugler nous a quittés ce dimanche 23 janvier 2022. Il s’était inspiré de son passé de danseur pour impulser dans la mode l’idée novatrice de défilés-spectacles magistraux. Retour sur 9 de ses défilés inoubliables. 

Prêt-à-porter automne-hiver 1984-1985 : et la mode devint spectacle

 

En mars 1984, Thierry Mugler crée l’événement : pour célébrer les dix ans de sa maison,  il organise le premier défilé-spectacle ouvert au public en Occident. Afin d’accueillir cet ambitieux projet, le créateur choisit le Zénith, salle de concert du quartier parisien de la Villette. En pleine effusion des années 80, la mode rencontre alors plus que jamais les mondes du théâtre et la musique dans cette production haute en couleur, qui attire plus de 6000 spectateurs. Sur le podium, 250 tenues se succèdent : des femmes parées d'une auréole et d'ailes dorées se font les anges de cette collection, qui pousse l'émerveillement à son paroxysme avec la descente majestueuse de Pat Cleveland du plafond, figure de madone drapée dans une parure céleste et étoilée.

Prêt-à-porter printemps-été 1989 : Mugler et ses sirènes

 

Le monde aquatique a toujours été source féconde d’inspiration pour le créateur. Dans la collection “Les Atlantes”, il s’inspire de la faune et de la flore marine pour déployer un conte des abysses peuplé de sirènes. Tailleurs structurés, robes métalliques et combinaisons se succèdent dans les tons blancs, bleus et argentés. Pièces maîtresses de la collection, les bustiers-coquillages en verre cranté et les bracelets assortis, réalisée par le maître sculpteur Jean-Jacques Urcun, marquent le début d’une longue collaboration avec le créateur.

Prêt-à-porter automne-hiver 1989-1990 : quand le vêtement rencontre l’automobile

 

Si les pièces de Thierry Mugler révèlent son amour pour la construction, il n’est pas surprenant que le vêtement, chez lui, ait si rapidement rejoint l’automobile. Avec la collection “Hiver Buick”, il assume une référence totale aux voitures américaines des années 1950, et particulièrement les modèles conçus par Harley J. Earl. À travers ses choix de coupes et de matériaux, le créateur tente de saisir leur forme et leurs reliefs dans des ensembles s'appuyant sur des lignes fortes où le métal et les réflecteurs rencontrent le tissu. Exemple littéral : le célèbre bustier-carrosserie “roulé comme une Buick”, porté par Naomi Campbell (et réalisé, lui aussi, en collaboration avec Jean-Jacques Urcun), illustre l’esprit fantasque de Mugler mêlant l’humour à la sensualité.

Thierry Mugler en 9 défilés inoubliables Thierry Mugler en 9 défilés inoubliables

Prêt-à-porter printemps-été 1992 : cuir et caoutchouc avec Les Cow-boys

 

Deux ans après la voiture, ce sont désormais les cavaliers du Far West qui inspirent le créateur. Pour sa collection “Les Cow-boys”, il fait défiler une armée de motobikeuses toutes de cuir vêtues, du Perfecto corseté à franges aux cuissardes attachées à la taille, plus de vingt ans avant celles imaginées par Vetements avec Manolo Blahnik. Au-delà du cuir, Thierry Mugler décline la peau de vache et les chapeaux de cow-boy, et introduit un matériau encore assez peu exploité dans le prêt-à-porter de luxe : le caoutchouc. L’une des pièces mémorables de la collection restera son bustier “Harley Davidson” avec guidon et miroirs compris, clin d’œil au bustier-carrosserie de 1989. Celui-ci  deviendra célèbre grâce au clip “Too Funky” de George Michael réalisé par Mugler lui-même à partir d’images de son défilé.

Haute couture automne-hiver 1992-1993 : des débuts réussis dans la haute couture

 

En 1992, Thierry Mugler est autorisé par la Chambre syndicale de la couture à entrer dans le club très fermé de la haute couture en tant que "membre invité", et à présenter sa première collection de haute couture, à une époque où celle-ci souffre d’un manque de modernité et d’audace qui lasse la presse et les acheteurs. Pour cette collection, le créateur choisit comme théâtre la magnifique piscine du Ritz qui donne son nom à la collection. Pour l’occasion, il invite dans son atelier une vingtaine de couturières qui travailleront avec lui à la création de pièces uniques articulées autour du corset. En résulte une collection d’une précision remarquable où le sens du détail sublime la créativité. Son succès immédiat vaudra ensuite au créateur d’officier comme membre permanent de la haute couture pendant dix ans.

Thierry Mugler en 9 défilés inoubliables Thierry Mugler en 9 défilés inoubliables

Haute couture automne-hiver 1995-1996 : l'apogée Mugler

 

Après le sensationnel défilé au Zénith, Thierry Mugler se devait de célébrer les 20 ans de sa maison en bonne et due forme. C’est pourquoi il présenta au Cirque d’Hiver un défilé anniversaire spectaculaire et très complet, revisitant par catégories les figures fortes de ses collections. Parmi les créations notables se retrouvent les robots gynoïdes et les ensembles chromés, résultats d’une collaboration intensive avec Jean-Jacques Urcun sur la version féminine d’un androïde – le premier modèle fut réalisé avec Delcros pour la collection Superstar Diana Ross en 1991. Partant d’un soutien-gorge métallique, le vêtement se décline jusqu’à devenir une combinaison intégrale en métal et Plexiglas, une invention qui inspirera de nombreux créateurs, d’Alexander McQueen à Dolce&Gabbana. Autre pièce mémorable de cette collection, la fameuse robe fourreau-coquillage dans laquelle on a pu voir récemment Cardi B, lors des Grammy Awards 2019.

Haute couture printemps-été 1997 : derrière l’insecte, la femme

 

Si le style et la folie Mugler devaient être illustrés par une seule collection, Les Insectes serait sans doute l’une des plus appropriées. Le créateur s’y surpasse en imaginant un monde où les femmes fusionnent avec les insectes, adoptant leurs caractéristiques à échelle humaine : carapace, antennes, voire lunettes occultantes pour rappeler les yeux des mouches, jusqu’aux gracieuses ailes du papillon auxcouleurs chatoyantes. Autre pièce remarquable, le tailleur “pneu” réalisé en caoutchouc et en cuir grâce au designer Abel Villareal, énième fusion de la femme et l’automobile. Avec cette collection audacieuse, Thierry Mugler ne cesse de surprendre et contribue, aux côtés des nouveaux venus John Galliano et Alexander McQueen, à faire du printemps-été 1997 l’une des saisons de haute couture les plus excitantes de l’époque.

Haute couture automne-hiver 1997-1998 : la robe la plus chère de l’histoire de la couture

 

Dans la continuité la collection précédente, Les Chimères transforme les femmes-insectes en figures fantastiques et fantasmées, habitant les rêves du créateur. Cet imaginaire des contrées lointaines, Thierry Mugler le traduit par un regard tourné vers l’Orient, ses cultures et ses esthétiques : on retrouve au fil des pièces les influences de la Russie ou de l’Asie de l’Est. Clou du spectacle, la robe Chimère dans lequelle Adriana Karembeu se mue en une créature hybride, une sirène ailée aux couleurs de l’arc-en-ciel. Conçue par Jean-Jacques Urcun et le corsetier Mr Pearl, cette incroyable création est aujourd’hui estimée comme l’une des robes haute couture les plus chères de l’histoire.

Prêt-à-porter automne-hiver 2001-2002 : des adieux féroces

 

À l’orée des années 2000, la mode fait face à une nouvelle concurrence, celle de la grande distribution et de la fast fashion qui amènent de nombreux labels à repenser leur modèle économique. Souffrant de ce bouleversement des achats et de cette demande toujours  croissante, Thierry Mugler décide de mettre fin à ses activités dans la mode. Plus tard, le créateur le dira lui-même : “La mode a été un vrai véhicule émotionnel et artistique dans les années 1970, 1980 et 1990, le look était extrêmement important. C’était un vrai jeu, mais ça ne l’est plus. J’ai poussé la mode à son maximum, mais aujourd’hui, la création est limitée par l’argent, le marketing et le rythme fou des collections.” En mars 2001, il présente sa dernière collection de prêt-à-porter : baptisée Les Fauves, celle-ci met en scène des mannequins à l’allure féroce, cheveux gonflés, habillées de cuirs blancs, beiges, bruns ou noirs et recouvertes d’imprimés léopards. Une manière pour le créateur de faire ses adieux au monde de la mode avec dignité, la tête haute et le regard dirigé vers d’autres horizons.