29 Mai

4 créatrices collaborent avec Nike pour la Coupe du monde de football

 

À l’occasion de la Coupe du monde féminine de football qui se tiendra du 7 juin au 7 juillet 2019, l’enseigne Nike s’associe avec Marine Serre, Yoon Ahn (Ambush), Christelle Kocher (Koché) et Erin Magee (MadeMe) qui livrent chacune leur vision personnelle du maillot de football.

Par La rédaction

Le maillot de football selon Marine Serre.
1/9
Le maillot de football selon Marine Serre.
2/9
Le maillot de football selon Ambush.
3/9
Le maillot de football selon Ambush.
4/9
Le maillot de football selon Koché.
5/9
Le maillot de football selon Koché.
6/9
Le maillot de football selon MadeMe.
7/9
Le maillot de football selon Koché.
8/9
Le maillot de football selon MadeMe.
9/9
Le maillot de football selon Marine Serre.
Le maillot de football selon Marine Serre.
Le maillot de football selon Ambush.
Le maillot de football selon Ambush.
Le maillot de football selon Koché.
Le maillot de football selon Koché.
Le maillot de football selon MadeMe.
Le maillot de football selon Koché.
Le maillot de football selon MadeMe.
  • Cette année, la France accueille la 8e édition de la Coupe du monde féminine de football, une compétition organisée par la FIFA symbolisant la percée des femmes dans l'univers de ce sport. Pour célébrer cet événement important, le label Nike a décidé d'inviter quatre créatrices susceptibles d’offrir aux sportives une version renouvelée du maillot de football, souvent réduit à son côté utilitaire en omettant l’aspect symbolique et fédérateur qu’il revêt.

     

    La Japonaise Yohn Ahn, fondatrice du label Ambush (qui n’en est pas à sa première collaboration avec Nike), présente ainsi un maillot en hommage à sa culture, unisexe et inspirée du happi, un manteau traditionnel nippon à manches droites. Fonctionnelle et féminine, la variante de Christelle Kocher (label Koché) se focalise, quant à elle, sur la coupe et reconstruit ainsi la pièce vestimentaire iconique du football en fonction du corps féminin dont elle épouserait ses formes. Enfin, le football selon Marine Serre et Erin Magee se joue et se porte dans le respect de l’héritage. La lauréate du prix LVMH 2017 présente un maillot vert acidulé élégant, dont le col blanc contraste avec le corps du maillot bleu et rouge, aux allures vintage, conçu par la fondatrice du label streetwear MadeMe inspiré par “l’incroyable histoire de l’équipe des États-Unis féminine de soccer” qui gagna la Coupe du monde féminine de football à la fin des années 90 et au début des années 2000.

     

    Le football noue avec la mode des affinités électives depuis un certain nombre d’années. En 2017, la subversive Christelle Kocher avait notamment collaboré avec l’équipe du Paris Saint-Germain pour présenter sa collection printemps-été 2018. Quelques mois plus tard, ses modèles, habillés de polos et de maillots parés de broderies et de cristaux Swarovski, flânaient sur la pelouse du Parc des Princes avant de se présenter, tantôt comme joueuses, tantôt comme supporters du sport le plus populaire au monde.

  • Cette année, la France accueille la 8e édition de la Coupe du monde féminine de football, une compétition organisée par la FIFA symbolisant la percée des femmes dans l'univers de ce sport. Pour célébrer cet événement important, le label Nike a décidé d'inviter quatre créatrices susceptibles d’offrir aux sportives une version renouvelée du maillot de football, souvent réduit à son côté utilitaire en omettant l’aspect symbolique et fédérateur qu’il revêt.

     

    La Japonaise Yohn Ahn, fondatrice du label Ambush (qui n’en est pas à sa première collaboration avec Nike), présente ainsi un maillot en hommage à sa culture, unisexe et inspirée du happi, un manteau traditionnel nippon à manches droites. Fonctionnelle et féminine, la variante de Christelle Kocher (label Koché) se focalise, quant à elle, sur la coupe et reconstruit ainsi la pièce vestimentaire iconique du football en fonction du corps féminin dont elle épouserait ses formes. Enfin, le football selon Marine Serre et Erin Magee se joue et se porte dans le respect de l’héritage. La lauréate du prix LVMH 2017 présente un maillot vert acidulé élégant, dont le col blanc contraste avec le corps du maillot bleu et rouge, aux allures vintage, conçu par la fondatrice du label streetwear MadeMe inspiré par “l’incroyable histoire de l’équipe des États-Unis féminine de soccer” qui gagna la Coupe du monde féminine de football à la fin des années 90 et au début des années 2000.

     

    Le football noue avec la mode des affinités électives depuis un certain nombre d’années. En 2017, la subversive Christelle Kocher avait notamment collaboré avec l’équipe du Paris Saint-Germain pour présenter sa collection printemps-été 2018. Quelques mois plus tard, ses modèles, habillés de polos et de maillots parés de broderies et de cristaux Swarovski, flânaient sur la pelouse du Parc des Princes avant de se présenter, tantôt comme joueuses, tantôt comme supporters du sport le plus populaire au monde.

  • Cette année, la France accueille la 8e édition de la Coupe du monde féminine de football, une compétition organisée par la FIFA symbolisant la percée des femmes dans l'univers de ce sport. Pour célébrer cet événement important, le label Nike a décidé d'inviter quatre créatrices susceptibles d’offrir aux sportives une version renouvelée du maillot de football, souvent réduit à son côté utilitaire en omettant l’aspect symbolique et fédérateur qu’il revêt.

     

    La Japonaise Yohn Ahn, fondatrice du label Ambush (qui n’en est pas à sa première collaboration avec Nike), présente ainsi un maillot en hommage à sa culture, unisexe et inspirée du happi, un manteau traditionnel nippon à manches droites. Fonctionnelle et féminine, la variante de Christelle Kocher (label Koché) se focalise, quant à elle, sur la coupe et reconstruit ainsi la pièce vestimentaire iconique du football en fonction du corps féminin dont elle épouserait ses formes. Enfin, le football selon Marine Serre et Erin Magee se joue et se porte dans le respect de l’héritage. La lauréate du prix LVMH 2017 présente un maillot vert acidulé élégant, dont le col blanc contraste avec le corps du maillot bleu et rouge, aux allures vintage, conçu par la fondatrice du label streetwear MadeMe inspiré par “l’incroyable histoire de l’équipe des États-Unis féminine de soccer” qui gagna la Coupe du monde féminine de football à la fin des années 90 et au début des années 2000.

     

    Le football noue avec la mode des affinités électives depuis un certain nombre d’années. En 2017, la subversive Christelle Kocher avait notamment collaboré avec l’équipe du Paris Saint-Germain pour présenter sa collection printemps-été 2018. Quelques mois plus tard, ses modèles, habillés de polos et de maillots parés de broderies et de cristaux Swarovski, flânaient sur la pelouse du Parc des Princes avant de se présenter, tantôt comme joueuses, tantôt comme supporters du sport le plus populaire au monde.

  • Cette année, la France accueille la 8e édition de la Coupe du monde féminine de football, une compétition organisée par la FIFA symbolisant la percée des femmes dans l'univers de ce sport. Pour célébrer cet événement important, le label Nike a décidé d'inviter quatre créatrices susceptibles d’offrir aux sportives une version renouvelée du maillot de football, souvent réduit à son côté utilitaire en omettant l’aspect symbolique et fédérateur qu’il revêt.

     

    La Japonaise Yohn Ahn, fondatrice du label Ambush (qui n’en est pas à sa première collaboration avec Nike), présente ainsi un maillot en hommage à sa culture, unisexe et inspirée du happi, un manteau traditionnel nippon à manches droites. Fonctionnelle et féminine, la variante de Christelle Kocher (label Koché) se focalise, quant à elle, sur la coupe et reconstruit ainsi la pièce vestimentaire iconique du football en fonction du corps féminin dont elle épouserait ses formes. Enfin, le football selon Marine Serre et Erin Magee se joue et se porte dans le respect de l’héritage. La lauréate du prix LVMH 2017 présente un maillot vert acidulé élégant, dont le col blanc contraste avec le corps du maillot bleu et rouge, aux allures vintage, conçu par la fondatrice du label streetwear MadeMe inspiré par “l’incroyable histoire de l’équipe des États-Unis féminine de soccer” qui gagna la Coupe du monde féminine de football à la fin des années 90 et au début des années 2000.

     

    Le football noue avec la mode des affinités électives depuis un certain nombre d’années. En 2017, la subversive Christelle Kocher avait notamment collaboré avec l’équipe du Paris Saint-Germain pour présenter sa collection printemps-été 2018. Quelques mois plus tard, ses modèles, habillés de polos et de maillots parés de broderies et de cristaux Swarovski, flânaient sur la pelouse du Parc des Princes avant de se présenter, tantôt comme joueuses, tantôt comme supporters du sport le plus populaire au monde.

  • Cette année, la France accueille la 8e édition de la Coupe du monde féminine de football, une compétition organisée par la FIFA symbolisant la percée des femmes dans l'univers de ce sport. Pour célébrer cet événement important, le label Nike a décidé d'inviter quatre créatrices susceptibles d’offrir aux sportives une version renouvelée du maillot de football, souvent réduit à son côté utilitaire en omettant l’aspect symbolique et fédérateur qu’il revêt.

     

    La Japonaise Yohn Ahn, fondatrice du label Ambush (qui n’en est pas à sa première collaboration avec Nike), présente ainsi un maillot en hommage à sa culture, unisexe et inspirée du happi, un manteau traditionnel nippon à manches droites. Fonctionnelle et féminine, la variante de Christelle Kocher (label Koché) se focalise, quant à elle, sur la coupe et reconstruit ainsi la pièce vestimentaire iconique du football en fonction du corps féminin dont elle épouserait ses formes. Enfin, le football selon Marine Serre et Erin Magee se joue et se porte dans le respect de l’héritage. La lauréate du prix LVMH 2017 présente un maillot vert acidulé élégant, dont le col blanc contraste avec le corps du maillot bleu et rouge, aux allures vintage, conçu par la fondatrice du label streetwear MadeMe inspiré par “l’incroyable histoire de l’équipe des États-Unis féminine de soccer” qui gagna la Coupe du monde féminine de football à la fin des années 90 et au début des années 2000.

     

    Le football noue avec la mode des affinités électives depuis un certain nombre d’années. En 2017, la subversive Christelle Kocher avait notamment collaboré avec l’équipe du Paris Saint-Germain pour présenter sa collection printemps-été 2018. Quelques mois plus tard, ses modèles, habillés de polos et de maillots parés de broderies et de cristaux Swarovski, flânaient sur la pelouse du Parc des Princes avant de se présenter, tantôt comme joueuses, tantôt comme supporters du sport le plus populaire au monde.

  • Cette année, la France accueille la 8e édition de la Coupe du monde féminine de football, une compétition organisée par la FIFA symbolisant la percée des femmes dans l'univers de ce sport. Pour célébrer cet événement important, le label Nike a décidé d'inviter quatre créatrices susceptibles d’offrir aux sportives une version renouvelée du maillot de football, souvent réduit à son côté utilitaire en omettant l’aspect symbolique et fédérateur qu’il revêt.

     

    La Japonaise Yohn Ahn, fondatrice du label Ambush (qui n’en est pas à sa première collaboration avec Nike), présente ainsi un maillot en hommage à sa culture, unisexe et inspirée du happi, un manteau traditionnel nippon à manches droites. Fonctionnelle et féminine, la variante de Christelle Kocher (label Koché) se focalise, quant à elle, sur la coupe et reconstruit ainsi la pièce vestimentaire iconique du football en fonction du corps féminin dont elle épouserait ses formes. Enfin, le football selon Marine Serre et Erin Magee se joue et se porte dans le respect de l’héritage. La lauréate du prix LVMH 2017 présente un maillot vert acidulé élégant, dont le col blanc contraste avec le corps du maillot bleu et rouge, aux allures vintage, conçu par la fondatrice du label streetwear MadeMe inspiré par “l’incroyable histoire de l’équipe des États-Unis féminine de soccer” qui gagna la Coupe du monde féminine de football à la fin des années 90 et au début des années 2000.

     

    Le football noue avec la mode des affinités électives depuis un certain nombre d’années. En 2017, la subversive Christelle Kocher avait notamment collaboré avec l’équipe du Paris Saint-Germain pour présenter sa collection printemps-été 2018. Quelques mois plus tard, ses modèles, habillés de polos et de maillots parés de broderies et de cristaux Swarovski, flânaient sur la pelouse du Parc des Princes avant de se présenter, tantôt comme joueuses, tantôt comme supporters du sport le plus populaire au monde.

  • Cette année, la France accueille la 8e édition de la Coupe du monde féminine de football, une compétition organisée par la FIFA symbolisant la percée des femmes dans l'univers de ce sport. Pour célébrer cet événement important, le label Nike a décidé d'inviter quatre créatrices susceptibles d’offrir aux sportives une version renouvelée du maillot de football, souvent réduit à son côté utilitaire en omettant l’aspect symbolique et fédérateur qu’il revêt.

     

    La Japonaise Yohn Ahn, fondatrice du label Ambush (qui n’en est pas à sa première collaboration avec Nike), présente ainsi un maillot en hommage à sa culture, unisexe et inspirée du happi, un manteau traditionnel nippon à manches droites. Fonctionnelle et féminine, la variante de Christelle Kocher (label Koché) se focalise, quant à elle, sur la coupe et reconstruit ainsi la pièce vestimentaire iconique du football en fonction du corps féminin dont elle épouserait ses formes. Enfin, le football selon Marine Serre et Erin Magee se joue et se porte dans le respect de l’héritage. La lauréate du prix LVMH 2017 présente un maillot vert acidulé élégant, dont le col blanc contraste avec le corps du maillot bleu et rouge, aux allures vintage, conçu par la fondatrice du label streetwear MadeMe inspiré par “l’incroyable histoire de l’équipe des États-Unis féminine de soccer” qui gagna la Coupe du monde féminine de football à la fin des années 90 et au début des années 2000.

     

    Le football noue avec la mode des affinités électives depuis un certain nombre d’années. En 2017, la subversive Christelle Kocher avait notamment collaboré avec l’équipe du Paris Saint-Germain pour présenter sa collection printemps-été 2018. Quelques mois plus tard, ses modèles, habillés de polos et de maillots parés de broderies et de cristaux Swarovski, flânaient sur la pelouse du Parc des Princes avant de se présenter, tantôt comme joueuses, tantôt comme supporters du sport le plus populaire au monde.

  • Cette année, la France accueille la 8e édition de la Coupe du monde féminine de football, une compétition organisée par la FIFA symbolisant la percée des femmes dans l'univers de ce sport. Pour célébrer cet événement important, le label Nike a décidé d'inviter quatre créatrices susceptibles d’offrir aux sportives une version renouvelée du maillot de football, souvent réduit à son côté utilitaire en omettant l’aspect symbolique et fédérateur qu’il revêt.

     

    La Japonaise Yohn Ahn, fondatrice du label Ambush (qui n’en est pas à sa première collaboration avec Nike), présente ainsi un maillot en hommage à sa culture, unisexe et inspirée du happi, un manteau traditionnel nippon à manches droites. Fonctionnelle et féminine, la variante de Christelle Kocher (label Koché) se focalise, quant à elle, sur la coupe et reconstruit ainsi la pièce vestimentaire iconique du football en fonction du corps féminin dont elle épouserait ses formes. Enfin, le football selon Marine Serre et Erin Magee se joue et se porte dans le respect de l’héritage. La lauréate du prix LVMH 2017 présente un maillot vert acidulé élégant, dont le col blanc contraste avec le corps du maillot bleu et rouge, aux allures vintage, conçu par la fondatrice du label streetwear MadeMe inspiré par “l’incroyable histoire de l’équipe des États-Unis féminine de soccer” qui gagna la Coupe du monde féminine de football à la fin des années 90 et au début des années 2000.

     

    Le football noue avec la mode des affinités électives depuis un certain nombre d’années. En 2017, la subversive Christelle Kocher avait notamment collaboré avec l’équipe du Paris Saint-Germain pour présenter sa collection printemps-été 2018. Quelques mois plus tard, ses modèles, habillés de polos et de maillots parés de broderies et de cristaux Swarovski, flânaient sur la pelouse du Parc des Princes avant de se présenter, tantôt comme joueuses, tantôt comme supporters du sport le plus populaire au monde.

  • Cette année, la France accueille la 8e édition de la Coupe du monde féminine de football, une compétition organisée par la FIFA symbolisant la percée des femmes dans l'univers de ce sport. Pour célébrer cet événement important, le label Nike a décidé d'inviter quatre créatrices susceptibles d’offrir aux sportives une version renouvelée du maillot de football, souvent réduit à son côté utilitaire en omettant l’aspect symbolique et fédérateur qu’il revêt.

     

    La Japonaise Yohn Ahn, fondatrice du label Ambush (qui n’en est pas à sa première collaboration avec Nike), présente ainsi un maillot en hommage à sa culture, unisexe et inspirée du happi, un manteau traditionnel nippon à manches droites. Fonctionnelle et féminine, la variante de Christelle Kocher (label Koché) se focalise, quant à elle, sur la coupe et reconstruit ainsi la pièce vestimentaire iconique du football en fonction du corps féminin dont elle épouserait ses formes. Enfin, le football selon Marine Serre et Erin Magee se joue et se porte dans le respect de l’héritage. La lauréate du prix LVMH 2017 présente un maillot vert acidulé élégant, dont le col blanc contraste avec le corps du maillot bleu et rouge, aux allures vintage, conçu par la fondatrice du label streetwear MadeMe inspiré par “l’incroyable histoire de l’équipe des États-Unis féminine de soccer” qui gagna la Coupe du monde féminine de football à la fin des années 90 et au début des années 2000.

     

    Le football noue avec la mode des affinités électives depuis un certain nombre d’années. En 2017, la subversive Christelle Kocher avait notamment collaboré avec l’équipe du Paris Saint-Germain pour présenter sa collection printemps-été 2018. Quelques mois plus tard, ses modèles, habillés de polos et de maillots parés de broderies et de cristaux Swarovski, flânaient sur la pelouse du Parc des Princes avant de se présenter, tantôt comme joueuses, tantôt comme supporters du sport le plus populaire au monde.

NuméroNews