349

L’art du smoking féminin par Pallas

 

Numéro a rencontré Véronique et Daniel Pallas, le duo parisien qui repense la garde robe féminine en s’inspirant du smoking.

Depuis leur atelier parisien du IXe arrondissement, Daniel et Véronique Pallas proposent des collections saisonnières autour du smoking pour femmes. Une vision du masculin-féminin qui s’ancre dans un solide savoir-faire développé depuis les années 60, et hérité du sur-mesure pour hommes. À la fois intemporelle et dotée d’un parti pris mode, la collection printemps-été 2017 du duo parisien démontre une nouvelle fois la pertinence absolue de son vocabulaire. Rencontre. 

 

Numéro : Depuis 2012, vous développez des collections fondées sur le smoking. Comment, saison après saison, renouvelez-vous ce concept ?

Daniel Pallas : Dès nos débuts, nous avons proposé une multitude de coupes, mais aussi des pièces très adaptables au jour, des robes-smokings, des combinaisons… Puis nous avons fait évoluer le smoking tout en lui restant fidèle. Nous avons travaillé sur la coupe et développé les asymétries. Nous avons diversifié les cols, proposé des passepoils contrastés, ou encore joué sur les rayures des pantalons, si larges cette saison qu’elles finissent par donner un vêtement tricolore.

Il était essentiel pour nous de développer notre vocabulaire sans changer nos fondamentaux. Il fallait notamment que les chemises et les mailles soient aussi bien fabriquées que nos smokings.

Dès votre collection hiver 2015, aux connotations seventies disco, vous avez développé un vestiaire plus complet en ajoutant des mailles légères à porter sous une veste, et des chemises.

Daniel Pallas : Il était essentiel pour nous de développer notre vocabulaire sans changer nos fondamentaux. Il fallait notamment que les chemises et les mailles soient aussi bien fabriquées que nos smokings, ce qui est tout à fait le cas. Cette saison, nous proposons aussi une blouse en lamé qui a l’aspect du mercure liquide, mais nous restons très focalisés sur le smoking, en proposant moins de pièces pour le jour. La subtilité se lit dans les couleurs : un moka et un bleu, que nous avons trouvé dans les archives de mon père, tailleur pour hommes dont j’ai repris l’atelier.  

Il se trouve même que Beyoncé a porté un de nos tailleurs pour l’avant-première d’un film ! Un modèle à rayures tennis, assortie à un costume de Jay-Z.

Depuis vos débuts, un groupe de “femmes Pallas” avec lesquelles vous travaillez jouent un rôle important dans vos collections. Qui sont-elles ?

Daniel Pallas : Il s’agit aussi bien de personnalités qui nous suivent depuis nos débuts, que de nos mannequins ou stylistes. Ces femmes sont plus que cela : des muses, voire des amies de la maison. Autour d’Allegria Torrassa et de Nikki Pauls du collectif Cicciolina, s’agrège toute une bande de filles dont l’attitude incarne Pallas.

Véronique Pallas : Dans notre lookbook de la collection printemps-été 2017, les mannequins que nous avons choisis incarnent les diverses façons dont on peut s’approprier nos vêtements. Tammy Glauser apporte une force moderne absolue, Anna Maria Ciovota une élégance absolue.

Daniel Pallas : Il se trouve même que Beyoncé a porté un de nos tailleurs pour l’avant-première d’un film ! Un modèle à rayures tennis, assortie à un costume de Jay-Z. Nous étions ravis car elle traduisait ainsi parfaitement notre philosophie : le masculin adapté au féminin.

 

Les femmes qui nous suivent ont toutes une personnalité très forte, un esprit stylistique pointu.

Diriez-vous que Pallas attire un type particulier de personnalités ?

Daniel Pallas : Les femmes qui nous suivent ont toutes une personnalité très forte, un esprit stylistique pointu, et une parfaite connaissance de ce qui leur va. Aymeline Valade, par exemple, fait partie des amies de la maison. Nous sommes liés à elle par une amitié, un feeling.

Véronique Pallas : Nous avons récemment rencontré Tilda Swinton, qui nous a commandé une veste à col écharpe et un pantalon cigarette.

Daniel Pallas : Ces femmes ne partagent pas tant une attitude qu’une assurance et une sûreté de goût. Nous espérons bien continuer à évoluer longtemps à leurs côtés.

 

www.pallasparis.fr

 

Propos recueillis par Delphine Roche

Lucas Ossendrijver quitte la maison Lanvin
850

Lucas Ossendrijver quitte la maison Lanvin

Mode Le designer néerlandais Lucas Ossendrijver quitte la direction artistique des collections homme de Lanvin, après quatorze ans au sein de la maison parisienne. Retour sur un créateur discret au parcours sans faute.  Le designer néerlandais Lucas Ossendrijver quitte la direction artistique des collections homme de Lanvin, après quatorze ans au sein de la maison parisienne. Retour sur un créateur discret au parcours sans faute. 

Marc Jacobs réédite sa célèbre collection Grunge qui a fait scandale
123

Marc Jacobs réédite sa célèbre collection Grunge qui a fait scandale

Mode Vingt-cinq ans après avoir présenté la collection “Grunge” qui l'avait immédiatement fait renvoyer de Perry Ellis, Marc Jacobs propose à la vente vingt-six looks réédités à l’identique. Vingt-cinq ans après avoir présenté la collection “Grunge” qui l'avait immédiatement fait renvoyer de Perry Ellis, Marc Jacobs propose à la vente vingt-six looks réédités à l’identique.

Qui est l'artiste Juno Calypso, révélée par la dernière campagne Burberry de noël ?
850

Qui est l'artiste Juno Calypso, révélée par la dernière campagne Burberry de noël ?

Mode Pour la dernière campagne Burberry, la photographe londonienne Juno Calypso propose une version fantasmée de l’esprit de Noël avec Naomi Campbell, Kristin Scott Thomas et M.I.A entre autres. Pour la dernière campagne Burberry, la photographe londonienne Juno Calypso propose une version fantasmée de l’esprit de Noël avec Naomi Campbell, Kristin Scott Thomas et M.I.A entre autres.

Alexander Wang puise dans les archives d'Adidas pour sa quatrième collaboration
132

Alexander Wang puise dans les archives d'Adidas pour sa quatrième collaboration

Mode Pour sa quatrième collection avec Adidas, le designer américain Alexander Wang réutilise des anciennes créations du label sportswear  qu'il déconstruit et réassemble pour créer 18 nouvelles pièces et 5 paires de chaussures. Pour sa quatrième collection avec Adidas, le designer américain Alexander Wang réutilise des anciennes créations du label sportswear  qu'il déconstruit et réassemble pour créer 18 nouvelles pièces et 5 paires de chaussures.