95

Les pochettes de Hugo Matha, nominé pour le prix Accessoires de l'ANDAM 2015

 

Rencontre avec le très jeune créateur français Hugo Matha dont les pochettes en Plexiglas, bois et cuir précieux lui valent déjà de figurer parmi les trois finalistes du concours de l’ANDAM, dans la catégorie des accessoires de mode.

Amoureux de l’artisanat, le très jeune créateur (24 ans) s’est déjà fait remarquer avec ses pochettes en Plexiglas, bois et cuir précieux, produites en édition limitée. Au point de figurer parmi les trois finalistes du concours de l’ANDAM, dans la catégorie des accessoires de mode. 

Numéro : Pourquoi avez-vous décidé de créer des pochettes et des sacs plutôt que des vêtements ?

 

Hugo Matha : Je pensais me concentrer sur le prêt-à-porter et j’avais réalisé, à ma sortie de Duperré, une collection que j’avais intitulée “Les instants abscons”. Elle exprimait une idée de la séduction liée au mystère, à la frustration, et pour l’accessoiriser, je proposais mes toutes premières pochettes en Plexiglas. C’est finalement ce qui a été marquant. J’ai donc commencé à les développer. J’aime travailler avec des artisans, produire un objet en trois dimensions, qui se suffit à lui-même, contrairement à un vêtement. Travailler la matière, trouver des innovations techniques me passionne. J’ai donc rapidement eu envie de proposer également des pochettes en bois. C’est un matériau qui vit, qui casse facilement, qui se rétracte ou se dilate selon qu’il est plus sec ou plus humide. Choisir le bois est donc problématique. Comme l’alligator, cette matière se patine, change au fil du temps. Des veines apparaissent. Il faut l’assumer, ce qui explique qu'à mes débuts, ma clientèle était surtout constituée de galeristes, d’artistes ou encore d’architectes. Mon idée était de faire un objet d’une vie, un objet pérenne, que l’on garde.

J’aime travailler avec des artisans, produire un objet en trois dimensions, qui se suffit à lui-même, contrairement à un vêtement. Travailler la matière, trouver des innovations techniques me passionne.

Quel a été votre parcours ?

 

Hugo Matha : Je viens de l’Aveyron, où mes parents sont vignerons. J’ai suivi une formation en arts appliqués, et c’est la mode qui a retenu mon attention. J’ai donc poursuivi avec un BTS de design de mode à Cholet. Puis j’ai vécu une aventure un peu extraordinaire pour un garçon de 18 ans : ayant trouvé un stage dans le Sentier, j’ai atterri à Shanghai pour dessiner les collections et superviser la production de masse d’une marque de vêtements. J’ai mené pendant huit mois une vraie vie d’expatrié : je ne parlais ni anglais, ni chinois. Une traductrice personnelle m’accompagnait partout, j’avais un chauffeur. Je suis ensuite revenu en France pour suivre une licence d’arts appliqués à l’École Duperré. J’ai travaillé avec Olivier Châtenet, puis avec Jean-Charles de Castelbajac, parallèlement à la préparation de mon diplôme. C’est en 2014 que j’ai réellement lancé ma marque. 

 

Quels sont vos projets dans l’immédiat ?

 

Hugo Matha : Je vais ouvrir mon propre atelier dans l’Aveyron, dans le vignoble de mes parents. Pour l’instant, mes pièces sont fabriquées en France, dans des ateliers qui travaillent pour les plus grandes maisons de mode. On pourrait dire que ce sont des pièces uniques, car elles sont toutes faites à la main, donc toutes différentes. Ouvrir mon atelier va me permettre de développer de nouveaux traitements, de nouveaux prototypes, d’expérimenter davantage. Mon idée serait d’avoir une sorte de laboratoire de développement en interne. Des ingénieurs de la matière. Mes pochettes sont assez chères, et pour l’instant, les Émirats, la Corée, sont mes meilleurs clients, même si mes pièces sont vendues également chez Colette à Paris et chez Moda Operandi pour les États-Unis. Je tiens à garder la qualité de mes produits, je n’envisage pas de réaliser une ligne plus commerciale. Mais si une idée satisfaisante me vient un jour, je le ferai.  

 

 

www.hugomatha.com

Propos recueillis par Delphine Roche

Puis j’ai vécu une aventure un peu extraordinaire pour un garçon de 18 ans : ayant trouvé un stage dans le Sentier, j’ai atterri à Shanghai.

Dior s’offre sa première grande rétrospective aux États-Unis
874

Dior s’offre sa première grande rétrospective aux États-Unis

Mode Du 18 novembre au 3 mars 2019, le Denver Art Museum revient sur plus de 70 ans de la maison Dior à l’occasion de l’exposition “Dior, from Paris to the World”. Un hommage vibrant au travail du couturier visionnaire et de ses successeurs, avec plus de 150 robes, accessoires, photographies, croquis originaux et autres pièces d’archives. Du 18 novembre au 3 mars 2019, le Denver Art Museum revient sur plus de 70 ans de la maison Dior à l’occasion de l’exposition “Dior, from Paris to the World”. Un hommage vibrant au travail du couturier visionnaire et de ses successeurs, avec plus de 150 robes, accessoires, photographies, croquis originaux et autres pièces d’archives.

L’objet du jour : la collection toile de Jouy de Dior Maison
1

L’objet du jour : la collection toile de Jouy de Dior Maison

Mode La maison Dior et Maria Grazia Chiuri déclinent sur une série d'objets de décoration le motif toile de Jouy aperçu sur les silhouettes de la collection croisière 2019. La maison Dior et Maria Grazia Chiuri déclinent sur une série d'objets de décoration le motif toile de Jouy aperçu sur les silhouettes de la collection croisière 2019.

Martin Parr saisit l'imagerie de Gucci
850

Martin Parr saisit l'imagerie de Gucci

Culture Le photographe britannique Martin Parr a immortalisé la collection Croisière 2018 de Gucci. Découvrez ce qu’il en a retenu dans WORLD (The Price of Love), un livre en édition limitée.  Le photographe britannique Martin Parr a immortalisé la collection Croisière 2018 de Gucci. Découvrez ce qu’il en a retenu dans WORLD (The Price of Love), un livre en édition limitée. 

La série mode “Mascarade” par Camille Vivier
850

La série mode “Mascarade” par Camille Vivier

Mode Découvrez la série mode "Mascarade" par Camille Vivier avec Alyssa Traoré, Jamily Meurer et Noah Luis Brown. Découvrez la série mode "Mascarade" par Camille Vivier avec Alyssa Traoré, Jamily Meurer et Noah Luis Brown.

Lucas Ossendrijver quitte la maison Lanvin
850

Lucas Ossendrijver quitte la maison Lanvin

Mode Le designer néerlandais Lucas Ossendrijver quitte la direction artistique des collections homme de Lanvin, après quatorze ans au sein de la maison parisienne. Retour sur un créateur discret au parcours sans faute.  Le designer néerlandais Lucas Ossendrijver quitte la direction artistique des collections homme de Lanvin, après quatorze ans au sein de la maison parisienne. Retour sur un créateur discret au parcours sans faute.