Advertising
926

Beyoncé : portrait de la reine incontestée de notre époque

 

Alors que la star du R’n’B vient de sortir son nouvel album “Lemonade” et a révélé sa ligne de sportswear Ivy Park, Numéro revient sur l’ambition folle de l’Américaine : inspirer les femmes. Portrait : Peter Lindbergh

Portrait : Peter Lindbergh.

 

Les lignes de vêtements lancées par des célébrités (chanteuses ou actrices) ont longtemps été destinées à des poignées de fans hystériques prêtes à s’arracher à prix d’or de pâles répliques du vestiaire de leurs idoles. Le tout en guise de complément plus ou moins haut de gamme à des parfums vendus dans les circuits de la grande distribution. Mais voilà que soudain, Kanye West, puis Rihanna, et enfin Beyoncé, les stars planétaires du R’n’B, se lancent tour à tour à l’assaut des sommets de la mode. Avec succès. La démonstration est simple : via Internet, une génération entière nourrie d’images et entourée d’une flopée de stylistes – une profession hier inconnue, qui figure aujourd’hui dans le top 5 des carrières rêvées des adolescents – “parle” naturellement le langage de la mode. Soit celui des mood boards construits sur Pinterest. 

Illustration : Golgotha, d’après une photographie de Ivy Park.

À ce jeu, les célébrités bien entourées, évoluant dans les cercles les plus élevés de la “coolitude” mondiale, ont toutes les cartes en main pour développer un goût et une image personnels. Certaines y parviennent, d’autres échouent lamentablement sur les bas-côtés du bon goût. Et parfois, une voix s’élève dans la nuit pour interroger son époque : “Et si notre génération n’était pas à la hauteur de ce qui a existé par le passé? Nous avons un pied sur Internet et un pied dans le monde réel, mais qui est le nouvel Alexander McQueen? Le nouveau Rem Koolhaas? Sommes-nous juste voués à consommer sur Internet? À moins de pousser vraiment plus loin et de réaliser de grandes œuvres d’art, cela donne le sentiment qu’on est submergé par le faussement génial.” Cette voix n’est autre que celle de Virgil Abloh, meilleur ami de Kanye West et lui-même créateur d’une marque de mode (Off-White). Pour la marque de sportswear qu’elle lance avec Topshop, Beyoncé, elle, se propose modestement d’adapter un vêtement à une fonctionnalité quotidienne, avec simplicité et style. “Lorsque je répète pour préparer mes concerts, je vis dans mes vêtements de sport, et je n’avais pas trouvé, jusqu’à maintenant, une marque qui me parle réellement. Avec cette collection intitulée Ivy Park,  mon but est de repousser les frontières du vêtement destiné à la pratique du sport. Je voudrais inspirer les femmes qui comprennent que la vraie beauté se situe au-delà de l’apparence physique. La vraie beauté se situe dans les esprits, les cœurs et les corps sains. Lorsque je me sens forte, bien dans mon corps, je me sens également bien dans ma tête. Je veux créer une marque qui permette à toutes les femmes de ressentir la même chose.” Ainsi parle Queen B.

La vraie beauté se situe au-delà de l’apparence physique, dans les esprits, les cœurs et les corps sains.

Prenant la suite des multiples collections du top model Kate Moss, la ligne Ivy Park (baptisée d’après le prénom de la fille de Beyoncé et de Jay-Z, Blue Ivy) n’est pas une capsule, mais une association durable de la star mondiale avec l’enseigne culte londonienne, qui sait mieux que nulle autre mettre le style à la portée du grand nombre. Bordés de larges élastiques estampillés en toutes lettres “Ivy Park”, des brassières et des leggings déclinés en gris, noir ou bleu subliment les corps athlétiques tout en adoptant une connotation subtilement nineties.
Les longs sweat-shirts, les bodys parachèvent le style graphique de la première collection. Une proposition juste, véritablement pensée pour les femmes. Après avoir chanté pour l’investiture de Barack Obama, ainsi qu’à la grand-messe du Super Bowl, Queen B semble bien décidée à prouver… qu’elle n’a plus rien à prouver. Une attitude juste et rafraîchissante. 

 

Ivy Park, disponible fin avril en exclusivité sur www.zalando.fr

 

Par Carmen Kapheim

Rencontre avec la top model Natalia Vodianova et son fils Lucas Portman
748

Rencontre avec la top model Natalia Vodianova et son fils Lucas Portman

Ils font 2020 Telle mère, tel fils. Top model iconique surnommée “Supernova” en raison de son succès stratosphérique, Natalia Vodianova a certainement transmis plus que sa beauté en héritage à son aîné, Lucas Portman. Défiant les malédictions qui pèsent souvent sur les enfants de star, le jeune homme s’essaye lui aussi aujourd’hui au mannequinat tout en poursuivant ses études. Une bonne raison de provoquer, sous l’égide de Numéro Homme, une réunion de famille, pour savoir ce que les deux reines de beauté se racontent, le soir, autour du dîner.  Telle mère, tel fils. Top model iconique surnommée “Supernova” en raison de son succès stratosphérique, Natalia Vodianova a certainement transmis plus que sa beauté en héritage à son aîné, Lucas Portman. Défiant les malédictions qui pèsent souvent sur les enfants de star, le jeune homme s’essaye lui aussi aujourd’hui au mannequinat tout en poursuivant ses études. Une bonne raison de provoquer, sous l’égide de Numéro Homme, une réunion de famille, pour savoir ce que les deux reines de beauté se racontent, le soir, autour du dîner. 

“J'ai du mal à fermer ma gueule”, rencontre avec Nicolas Duvauchelle
833

“J'ai du mal à fermer ma gueule”, rencontre avec Nicolas Duvauchelle

Cinéma Vendredi, l'acteur français sera à l'affiche de “Balle Perdue”, un film d'action sur l'univers du go fast signé Guillaume Pierret et produit par Netflix. Vendredi, l'acteur français sera à l'affiche de “Balle Perdue”, un film d'action sur l'univers du go fast signé Guillaume Pierret et produit par Netflix.

Advertising
Drake en 9 posts mégalomanes sur Instagram
633

Drake en 9 posts mégalomanes sur Instagram

Lifestyle Qu'il soit dans des salles de concert pleines à craquer, entouré de scénographies spectaculaires, ou bien chez lui au Canada dans son manoir ultra luxueux, ou encore dans son jet privé designé par Virgil Alboh en personne… Sur son compte Instagram, Drake affiche haut et fort son opulence, quitte à passer pour un mégalomane. Retour sur les 9 clichés les plus bling-bling du 5ème rappeur le plus riche au monde selon Forbes – après Jay-Z, D. Dre, P Diddy et Kanye West. Qu'il soit dans des salles de concert pleines à craquer, entouré de scénographies spectaculaires, ou bien chez lui au Canada dans son manoir ultra luxueux, ou encore dans son jet privé designé par Virgil Alboh en personne… Sur son compte Instagram, Drake affiche haut et fort son opulence, quitte à passer pour un mégalomane. Retour sur les 9 clichés les plus bling-bling du 5ème rappeur le plus riche au monde selon Forbes – après Jay-Z, D. Dre, P Diddy et Kanye West.

“Chaque artiste est un Narcisse”: rencontre avec Mathias Kiss
857

“Chaque artiste est un Narcisse”: rencontre avec Mathias Kiss

Art Artiste atypique et artisan d’excellence, Mathias Kiss se nourrit de son passé de compagnon du devoir pour élaborer, à partir des codes des arts décoratifs classiques français, une œuvre iconoclaste et un peu punk, à son image.   Artiste atypique et artisan d’excellence, Mathias Kiss se nourrit de son passé de compagnon du devoir pour élaborer, à partir des codes des arts décoratifs classiques français, une œuvre iconoclaste et un peu punk, à son image.  

Greentea Peng: R’n’B solaire et remède contre l’ennui
328

Greentea Peng: R’n’B solaire et remède contre l’ennui

Musique Après une session Colors envoûtante en juin 2019 et deux EP en autoproduction, la talentueuse Greentea Peng revient avec le clip plus anxiogène de “Ghost Town”. Une vidéo qui s'éloigne de l'univers luxuriant et chaleureux de la chanteuse londonienne à la voix éraillée.   Après une session Colors envoûtante en juin 2019 et deux EP en autoproduction, la talentueuse Greentea Peng revient avec le clip plus anxiogène de “Ghost Town”. Une vidéo qui s'éloigne de l'univers luxuriant et chaleureux de la chanteuse londonienne à la voix éraillée.  

138

Qui est Yaeji, la nouvelle reine des raves coréennes?

Musique Après deux EP remarqués, la productrice américano-coréenne Yaeji vient d'annoncer la sortie de “WHAT WE DREW 우리 가 그려 왔던”, sa toute première mixtape, prévue pour le 2 avril. Mêlant house rêveuse et hip-hop, ses productions l'ont menée des clubs underground de Brooklyn jusqu'à la scène légendaire de Coachella.  Après deux EP remarqués, la productrice américano-coréenne Yaeji vient d'annoncer la sortie de “WHAT WE DREW 우리 가 그려 왔던”, sa toute première mixtape, prévue pour le 2 avril. Mêlant house rêveuse et hip-hop, ses productions l'ont menée des clubs underground de Brooklyn jusqu'à la scène légendaire de Coachella.