222


Commandez-le
Numéro
09

13 robes longues élégantes et confortables sélectionnées par Numéro

Mode

Nombreuses sont les collections printemps-été 2021 avoir été pensées en tant de confinement. Ainsi confort et élégance s'imposent comme le fil conducteur de vestiaires printaniers et estivaux qui s'adaptent aussi bien à des activités en plein air, qu'à du temps passé chez soi. 

  • Chez Dior,Maria Grazia Chiuri célèbre cette saison les femmes intellectuelles, auteures et poétesses de tous temps qui ont forgé la pensée féminine de notre époque, à l'instar de Susan Sontag, Simone de Beauvoir et Viriginia Woolf, qui ont, depuis l'intimité de leurs maisons bâti des mondes. Les silhouettes sont confortables et enveloppantes, amples mais ceinturées tandis que la chemise blanche est réinventée en robe ou tunique. 

  • Pour Daniel Lee, la maille devient la star de sa collection Bottega Veneta printemps-été 2021. Serrée ou plus lâche, fine ou épaisse, sobre ou colorée, elle s’y trouve déclinée sous toutes ses formes, dans des ensembles monochromes à l’allure aussi nonchalantes qu’harmonieuse.

  • Chez Junya Watanabe, le glamour se teinte de sportswear avec des looks à la fois sobre et sophistiquée, la collection fait également la part belle aux jeux de superpositions et transparences avec des créations sensuelles au tombé dramatique ou aux volumes aériens et gonflés

  • Comme on regarderait son jardin par la fenêtre de chez soi : c'est un regard sur le passé que nous offre Silvia Venturini pour la collection homme et femme 2021 de Fendi. Pourtant, rien de nostalgique n'obscurcit cette collection éthérée et aérienne. Ce sont même la rêverie et une forme de bonheur simple qu'évoquent les teintes claires comme le blanc, le crème, le beige et le bleu clair sur des matières légères comme le lin et le le coton, parfois transparentes ou ajourées. Les coupes structurées, classiques et élégantes, rappellent les tenues que l'on porte lors des vacances estivales en famille, optant pour la simplicité et la décontraction plutôt que le trop sophistiqué. 

  •  un minimalisme sans froideur, des coupes impeccables faites pour durer dans le temps dans des matières nobles et subtiles, une féminité douce et une sophistication jamais superflue. Et si cette démarche axée sur des essentiels pourrait d’elle-même s’adapter au monde post-confinement, Luke et Lucie Meier l’ont cette fois-ci poussée un peu plus loin : pas de tee-shirts ou de joggings dans leur vestiaire estival, mais des silhouettes plus légères et décontractées.

  • Conçue comme un prolongement de la ligne masculine, la première collection femme de Raf Simons se compose de silhouettes longilignes et grunge imaginée pour une jeunesse révoltée adepte des clubs underground. Les robes longues d’un étonnante simplicité glissent ainsi sur le corps oscillent convoquent une nouvelle intemporalité imprégnée d’une aura 90’s.

  • Gabriela Hearst

  • Pour la collection Balenciaga printemps-été 2021, le directeur artistique de la maison Demna Gvasalia entame un nouvel épisode de son normcore signature. Si les vêtements – majoritairement unisexes – ont un aspect usé, c’est qu’ils sont créés dans une logique de durabilité : 93,5% des tissus unis et 100% des bases imprimées sont certifiés organiques, recyclés ou issus de l’upcycling – un raisonnement éco-responsable vertueux qui est aussi au fondement de l’imaginaire de cette collection.

  • Pour la collection Wales Bonner printemps-été 2021, la créatrice Grace Wales Bonner prolonge son exploration des relations entre Grande-Bretagne et Caraïbes avec un vestiaire mixte inspiré de la musique dancehall dans les années 1980 en Jamaïque. Une forte inspiration vintage, pour un vestiaire quotidien magnifié entre esprit tailleur anglais, références militaires et sportswear hybride. Tout cela pour révéler une allure mixte, effortless mais non moins sensible, avec des silhouettes fluides aussi modernes qu’elles sont inspirées par le passé. 

  • Des coupes sobres dont émanent un chic décontracté, des matières fluides et légères – mousseline, satin ou crépon de soie, lin –, tout cela dans un noir et blanc graphique apaisé par quelques silhouettes grises, beiges ou bleu pastel, invitant parfois une transparence subtile : pour la femme comme pour l’homme, le style Emporio Armani est parfaitement identifiable dans cette collection printemps-été 2021.

  • Cette saison, Natacha Ramsay-Levi repense le romantisme de la maison Chloéen version minimaliste. A l’instar de ces robes, caracos et jupes aux lignes droites et en soie pastel, composés de patchworks géométriques liés par des rubans de dentelles tons sur tons; ou des robes et chemises à imprimés fleuries épurés, et sculptés par des ganses; des pantalons colorblock d’une très grande fluidité ou des robes et tops aux lignes structurés.

  • Avec un total de 65% de matériaux durables, Stella McCartney livre une collection lumineuse qui invite à l’évasion. Sur une palette qui invite, dans des neutres graphiques, la vibrance de nuances de rose, kaki, pêche, mandarine et rouge flamme, les tailleurs décontractés et pantalons larges à pinces rencontrent des robes fluides imprimées de motifs coquillages – en blanc sur bleu ou en version plus acide vert sur rose flashy – et des mini-robes moulantes en patchwork de dentelle. Le sportswear signature de Stella McCartney s’inspire ici du style BMX et se retrouve dans les cyclistes et détails – nervures et coutures géométriques, color-block – tandis qu’une inspiration historique se ressent dans des décolletés rectangulaires et les poitrines soulignées en maille, réinterprétations du corset et du bustier. 

  • Tory Burch

1/13