Advertising
08 Octobre

Richard Mille célèbre l'art contemporain à la Frieze

 

Du 3 au 6 octobre à Londres, dans le cadre de la foire d'art contemporain Frieze London, la maison de haute horlogerie Richard Mille présentait une sélection de ses derniers modèles. L'occasion par sa présence pour la seconde année consécutive de manifester son soutien à la création artistique contemporaine, concrétisée notamment par la création d'une montre unique en collaboration avec le street artist Cyril Kongo.

Par Matthieu Jacquet

Richard Mille, Tourbillon RM 51-02 Diamant Twister.

Au cœur de l’espace occupé par la foire Frieze Masters, pôle art moderne et classique de l’incontournable rendez-vous de l’art contemporain, on découvre entre deux galeries le stand investi par la maison de haute horlogerie Richard Mille. Partenaire de la manifestation depuis deux ans, celle-ci prouve par sa présence pour une seconde édition son soutien à la création et au monde de l’art. Du 3 au 6 octobre, les visiteurs de Frieze ont ainsi pu découvrir une sélection de huit modèles de montres faisant état de la virtuosité technique et l’attention à l’esthétique qui ont fait le renom de l’horloger français.

Richard Mille, Montre de poche Tourbillon RM 020.

La montre favorite de Pharrell Williams

 

Sur le stand, chacun des huit modèles répond à une thématique mise en avant par la maison, telle que l’automobile, l’histoire de l’horlogerie ou l’attention au confort. Toutes partagent toutefois un vif attachement à la valorisation du mécanisme horloger, évident dès l’introduction du tout premier modèle de montre par Richard Mille et Dominique Guenat en 2001. Parmi les nouvelles pièces exposées, on retient notamment la RM 020, une montre de poche tourbillon en nanofibres de carbone que l’on a notamment pu voir au poignet du chanteur et producteur américain Pharrell Williams. Réalisée en titane, sa chaîne constituée de petits parallélépipèdes de taille égale s’inspire explicitement de la Colonne sans fin de Constantin Brancusi, immense sculpture abstraite en fonte érigée en 1938.

Richard Mille, RM 68-01 Tourbillon Cyril Kongo.

Richard Mille, RM 68-01 Tourbillon Cyril Kongo.

Une montre-street art, créée par l’artiste Cyril Kongo

 

Présentées sous verre à la Frieze, les montres créées par Richard Mille s’assimilent à de véritables œuvres d’art en miniature, dont les moindres composantes sont observables à la loupe. L’horloger affirme lui-même son attention aux détails du quotidien : “Pour nous, l’inspiration artistique se trouve aussi bien dans le passé que dans le présent, et même dans les objets de la vie courante.” Une pièce maîtresse, bien qu’absente du stand, résume remarquablement le regard de Richard Mille sur l’art contemporain : le modèle RM 68-01 Tourbillon, créé en collaboration avec le street artist Cyril Kongo.

 

Pour concevoir cette œuvre, l’artiste toulousain passé maître dans l’art urbain a fait preuve avec Richard Mille d’une grand prouesse technique et visuelle, associant l’effusion colorée de ses œuvres extérieures à la structure nette et la finesse du mécanisme horloger. L’artiste a en effet peint à la main chaque roue dentée qui compose la montre, créant un ensemble tridimensionnel où les formes de vives couleurs s’affranchissent de la surface plane des murs et ressortent, soulignées par un cadre et un bracelet noirs. Ce basculement des échelles provoque alors un effet déroutant, où l’esthétique graffiti se retrouve portée au poignet.

 

Richard Mille, RM 68-01 Tourbillon Cyril Kongo.

Si ces créations uniques avec Cyril Kongo augurent certainement de futures collaborations avec des artistes contemporains, elles s’inscrivent dans la lignée de l’implication de Richard Mille pour la création artistique contemporaine. En effet, la maison s’est également associée au chorégraphe français Benjamin Millepied ou encore au Palais de Tokyo.

Advertising
Advertising

NuméroNews


Advertising