Dans son dernier clip, Guilty Conscience, agrégat de vignettes minimalistes et vintages tantôt en couleur tantôt en noir et blanc, 070 Shake joue la bad girl. Son total look cuir souligne la finesse de son corps tandis qu’elle explose un pare-brise puis l’écran lui-même à coups de batte de baseball… La violence de la scène est à l’image de son entrée fracassante sur la scène hip-hop internationale en janvier dernier : Danielle Balbuena, de son vrai nom, sort l’album Modus Vivendi sous les labels G.O.O.D. Music et Def Jam Recordings, deux départements d’Universal.

 

Originaire de North Bergen (New Jersey), la jeune chanteuse de 22 ans débute au sein du groupe 070 Collective et rencontre alors l’influenceuse YesJulz, en 2016, qui deviendra par la suite sa manageuse. Dès la sortie de Glitter (2008), son premier EP solo, 070 Shake enchaîne les collaborations avec de grands noms, de Teyena Taylor pour l’album K.T.S.E. (2018), à Pusha T pour l’album Daytona (2008), en passant par Kanye West avec lequel elle partage le titre Violent Crime sur l’album Ye (2019).

 

L’album se présente comme une extension des thématiques annoncées dans son précédent EP. 070 Shake y expose ses déboires amoureux et dévoile les difficultés qu’elle a rencontrées, plus jeune, pour se construire en tant qu’adulte (et en tant que femme) dans un milieu ravagé par la drogue et l’absence de perspectives viables. En réponse à ses entraves et contradictions, Modus Vivendi apparaît alors comme un exutoire, d’où l’expression latine “mode de vie”, et fait écho à ce qu’elle chantait déjà aux côtés de Kanye West, PartyNextDoor et Kid Cudi dans “Ghost Town” : “I feel kinda of free” (“Je me sens comme libre”).

 

Avec son esthétique singulière, 070 Shake nous plonge dans un univers perdu entre emo-rap et hip-hop futuriste : une nostalgie soumise à l’expérimentation électronique mêlée à un lyrisme anxiogène sur des rythmes marqués. D’autant que la jeune femme s’inspire de Kanye West dans son traitement rythmique des basses et des chœurs, l’album expérimente toute sorte d’utilisation de basses profondes et saturées à la guitare électrique. La diversité des beats et les contrastes que la rappeuse propose suscite la curiosité en plaçant l’auditeur en déséquilibre permanent. En contraste avec l’atmosphère planante, parfois paranoïaque, 070 Shake travaille à créer une esthétique futuriste comme dans le morceau The Pines, qui rappelle le Rodeo (2019) de Lil Nas X. Quant à l’esthétique rétro de ses clips, elle la tire des groupes de rock britannique du début des années 2000 qu'elle réinvestie dans ses clips. En explorant des registres divers et variés, 070 Shake renoue avec la pure tradition du hip-hop, tout en proposant une approche moderne et plus éclectique.

 

2020 marque le début d’une tournée aux États-Unis et en Europe. La rappeuse fera notamment partie de la programmation du festival We Love Green le 6 juin prochain.