Advertising
935

Cinq choses à savoir sur John Carpenter, le musicien caché derrière le réalisateur culte

 

Alors qu’il vient de sortir un puissant nouvel album, “Lost Themes II” sur le label Sacred Bones et d’annoncer une tournée mondiale, c’est le moment de se pencher sur le Carpenter compositeur, aussi fascinant, influent et culte que le Carpenter cinéaste.

Kurt Russell et John Carpenter.

Carpenter est un slasheur confirmé.  

 

À 68 ans, le réalisateur américain est le seul (même si David Lynch a tenté l’essai, que Dario Argento s’est entouré du groupe Goblin et que Tarantino a toujours soigné ses BO) à exceller autant derrière la caméra que derrière un synthé. En quarante ans, il a enchaîné les films majeurs qui lui ont valu le surnom de “maître de l’horreur”. Avec Halloween, La Nuit des masques, The Thing, New York 1997, Invasion Los Angeles ou L’Antre de la folie, Carpenter a été auréolé à la fois par le public et la critique. Mais l’intensité de son univers et son succès doivent beaucoup aux bandes-son hypnotiques de ses films. Des soundtracks électroniques inquiétants qui ont presque tous été composés par le maître de l’épouvante himself. Ses beats instrumentaux, répétitifs, saccadés et minimalistes ont contribué à créer l’atmosphère effrayante, étrange et tendue unique qui ont fait le style Carpenter.

Carpenter travaille à l’instinct.

 

Carpenter avoue ne pas savoir écrire de la musique, même s’il sait parfaitement jouer du synthé. “Je n’avais jamais entendu ce style de musique appliqué au cinéma avant que je n’en fasse la tentative, a-t-il expliqué. Je travaille à l’instinct, […], cela n’a rien d’intellectuel, c’est très émotionnel. J’improvise presque tout, et cela surgit du musicien qui sommeille en moi. C’est aussi une forme d’expression non littéraire. La musique occupe une grande place dans ma vie.” Carpenter considère cette dernière comme la “couche d’émotion pure” ou encore comme “la forme d’expression artistique la plus directe”.

Carpenter est un grand mélomane.

 

Celui qui a fait tourner Alice Cooper et Isaac Hayes dans ses films, et choisi comme héros récurrent et muse, Kurt Russell, un play-boy bad boy au look de chanteur de heavy metal, avait aussi fondé un groupe de rock. Intitulé The Coupe De Villes, il était formé de Nick Castle et de Tommy Lee Wallace, deux amis. Le trio a joué une chanson d’Halloween, ainsi que le thème du générique de fin du délirant Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du mandarin. Le groupe a même sorti un disque de pop new wave assez kitsch et indispensable en 1985, intitulé Waiting Out the Eighties, typique du son de ces années-là. 

Carpenter a beaucoup inspiré la musique électronique actuelle.

 

Notamment la BO de Drive, Daft Punk, Turzi, Kavinsky, Air, La Mverte, Chromatics, Glass Candy ou encore le duo Zombie Zombie qui, en 2010, rejouait la musique atmosphérique et barrée de Carpenter via un EP ainsi que sur scène. Étienne Jaumet, moitié du duo nous raconte : “Ce qui m’a influencé, c’est la simplicité et la puissance évocatrice de sa musique. Il prouve qu’on peut faire des compositions dépouillées qui ont un maximum d’mpact… Les synthétiseurs qu’il utilisait permettent d’écrire de la musique rapidement, avec un son impressionnant. Peu de notes suffisent : la force expressive du son fait le reste !

Son nouvel album vaut le détour.

 

Hantée, baroque, épique, vénéneuse et sexy, c’est ainsi que l’on pourrait décrire la couleur de Lost Themes II, le nouveau disque de John Carpenter, qui n’est pas une bande-son de film. Une série de concerts (les premiers du cinéaste) en compagnie de son fils Cody, de son filleul Daniel Davies – guitariste des Kinks – soutenue par des projections visuelles viendra défendre le projet. En juin et juillet, on pourra croiser le papy dans des lieux aussi branchés que le festival Primavera, les villes de Portland, d’Austin, de Detroit, le festival All Tomorrow’s Parties (en Islande), puis au Albert Hall de Manchester, à la soirée Halloween du Troxy de Londres et au Grand Rex en France, en novembre.

 

John Carpenter sera en concert au Grand Rex de Paris le 9 novembre.

 

L’album est en écoute ici.

 

 

 

Par Violaine Schütz

Soko s'essaie à la magie pour Gia Coppola
110

Soko s'essaie à la magie pour Gia Coppola

Musique Le 13 mars sortait le titre “Are You A Magician”, second extrait du prochain album de la chanteuse française Soko. Aujourd’hui, le morceau se pare d’un clip à l’esthétique léchée, réalisé par l’Américaine Gia Coppola, petite-fille du cinéaste à l'origine du “Parrain”. Le 13 mars sortait le titre “Are You A Magician”, second extrait du prochain album de la chanteuse française Soko. Aujourd’hui, le morceau se pare d’un clip à l’esthétique léchée, réalisé par l’Américaine Gia Coppola, petite-fille du cinéaste à l'origine du “Parrain”.

Troye Sivan dévoile son titre le plus abouti
887

Troye Sivan dévoile son titre le plus abouti

Musique Coproduit avec le chanteur Leland, l’actrice et chanteuse Tayla Parks et Oscar Görres (le producteur de Taylor Swift), le titre “Take Yourself Home” marque le grand retour de la pop star australienne Troye Sivan, son morceau favori jusqu’à présent.     Coproduit avec le chanteur Leland, l’actrice et chanteuse Tayla Parks et Oscar Görres (le producteur de Taylor Swift), le titre “Take Yourself Home” marque le grand retour de la pop star australienne Troye Sivan, son morceau favori jusqu’à présent.    

Advertising
Jimmy Whoo joue les Gatsby dans son nouveau clip
111

Jimmy Whoo joue les Gatsby dans son nouveau clip

Musique Extrait de l'album “Basic Instinct” de Jimmy Whoo, le titre “Blue Orange Green” s'offre aujourd'hui un clip envoûtant, signé Hana Haley. Les productions électroniques se mêlent aux notes de piano du célèbre Chilly Gonzales, dans un décor de ville nocturne et de fantasmes troubles.  Extrait de l'album “Basic Instinct” de Jimmy Whoo, le titre “Blue Orange Green” s'offre aujourd'hui un clip envoûtant, signé Hana Haley. Les productions électroniques se mêlent aux notes de piano du célèbre Chilly Gonzales, dans un décor de ville nocturne et de fantasmes troubles. 

Rencontre avec Shay, la nouvelle princesse du rap
3

Rencontre avec Shay, la nouvelle princesse du rap

Musique À seulement 27 ans, la chanteuse belge Shay a déjà tout d’une reine dans l’univers du rap. Après un premier album sorti en 2016, “Jolie Garce”, unanimement salué par la critique et désormais disque d’or, elle est revenue sur le devant de la scène, en mai dernier, avec un deuxième opus, “Antidote”. Forte de ces deux albums très remarqués, elle poursuit son ascension magistrale et fait son entrée en beauté dans le monde de la mode sous l’égide de Riccardo Tisci, directeur artistique de Burberry, qui l’a choisie comme égérie de sa campagne de fin d’année 2019 “What is love ?”. Rencontre.  À seulement 27 ans, la chanteuse belge Shay a déjà tout d’une reine dans l’univers du rap. Après un premier album sorti en 2016, “Jolie Garce”, unanimement salué par la critique et désormais disque d’or, elle est revenue sur le devant de la scène, en mai dernier, avec un deuxième opus, “Antidote”. Forte de ces deux albums très remarqués, elle poursuit son ascension magistrale et fait son entrée en beauté dans le monde de la mode sous l’égide de Riccardo Tisci, directeur artistique de Burberry, qui l’a choisie comme égérie de sa campagne de fin d’année 2019 “What is love ?”. Rencontre. 

Wallace Roney: disparition de l’héritier de Miles Davis
657

Wallace Roney: disparition de l’héritier de Miles Davis

Musique Il avait enflammé le Montreux Jazz Festival en 1991 aux côtés de son mentor Miles Davis et remporté un Grammy Awards avec son album hommage “A Tribute to Miles Davis”. Jazzman de génie au souffle d’or, le trompettiste et compositeur Wallace Roney s’est éteint le 31 mars des suites du Covid-19. Il avait 59 ans. Il avait enflammé le Montreux Jazz Festival en 1991 aux côtés de son mentor Miles Davis et remporté un Grammy Awards avec son album hommage “A Tribute to Miles Davis”. Jazzman de génie au souffle d’or, le trompettiste et compositeur Wallace Roney s’est éteint le 31 mars des suites du Covid-19. Il avait 59 ans.

Interview: Ezra Furman, la chanteuse punk derrière Sex Education
3

Interview: Ezra Furman, la chanteuse punk derrière Sex Education

Musique À 33 ans, Ezra Furman compte neuf albums à son actif, depuis ses débuts en 2007 avec le groupe The Harpoons. Punk d’un nouveau genre, la chanteuse et compositrice originaire de Chicago évoque pour Numéro sa collaboration avec les producteurs de la série “Sex Education”, son dernier album “Twelve Nudes” (2019), son identité queer et son engagement dans la cause environnementale.  À 33 ans, Ezra Furman compte neuf albums à son actif, depuis ses débuts en 2007 avec le groupe The Harpoons. Punk d’un nouveau genre, la chanteuse et compositrice originaire de Chicago évoque pour Numéro sa collaboration avec les producteurs de la série “Sex Education”, son dernier album “Twelve Nudes” (2019), son identité queer et son engagement dans la cause environnementale.