En 1996, le monde entier découvrait le cultissime film Trainspotting de Danny Boyle (également réalisateur de Slumdog Millionaire). À l’origine de cette bande de potes aux cheveux peroxydés et défoncés à l’héroïne du matin au soir, l’Écossais Irvine Welsh, auteur du roman éponyme paru trois ans plus tôt. Ce dernier semble d’ailleurs vouloir revenir à ses premières amours, celles de la musique techno qui rythme de la B.O. de Trainspotting et qui éclôt dans les clubs anglais au début des années 1990, telle la mythique Hacienda de Manchester. Irvine Welsh a en effet annoncé au tabloïd écossais The Scottish Sun la sortie d’un album acid house, pour se démarquer d’une nouvelle scène techno, qu’il juge “dénuée de joie”.  

 

S’il assure que ses auditeurs ne vont pas “saigner [des] oreilles”, Irvine Welsh promet un retour aux sources de ce sous-genre de la techno, avec “effets tourbillonnants, bruits et lignes de basse puissantes”. L’auteur signe ici un véritable plaidoyer contre les nouveaux DJ  “qui font de la musique dans leur chambre mais ne dansent pas”, selon lui. Malgré sa discrétion sur le projet, Irvine Welsh a teasé quelques-uns de ses morceaux à l’occasion de la tournée promo pour son dernier livre, Dead Men’s Trousers, où Mark Renton, le protagoniste de Trainspotting qui se shoote dans les toilettes les plus crasseuses d'Edimbourg, est désormais employé par une entreprise de management de DJ.