227


Commandez-le
Numéro
19

Que vaut 30, le nouvel album d'Adele ?

Musique

Après six ans d'absence, la diva britannique sort un nouvel album intitulé 30 qui évoque son divorce et son rôle de mère sur fond de mélodies pop soul sentimalo-mélancoliques. Jusqu'à frôler l'overdose de saccharose ?

N'y allons pas par quatre chemins. Des voix comme celle d'Adele, il en surgit une tous les dix ans. Sa puissance vocale et son timbre rauque, reconnaissable entre mille, touche à des sommets émotionnels atteints seulement par une poignée d'élues parmi lesquelles figurent Amy Winehouse, Etta James et Nina Simone. Ce don rare a permis à l'auteure-compositrice de 33 ans de battre tous les records. En trois albums, Adele a en effet écoulé plus de 120 millions de disques à travers le monde, remporté un Oscar et quinze Grammy Awards, ce qui lui permet aujourd'hui de n'avoir plus grand chose à prouver.

 

Et c'est peut-être cela qui pose problème dans ce quatrième album de la chanteuse, 30, qui sort ce vendredi après six ans d'absence. Annoncé par le single sirupeux à souhait Easy on Me, sorti en octobre, cet album joue à fond sur ce qui a fait le succès phénoménal de l'artiste. Tournant autour d'un storytelling éculé – son divorce avec son ex-mari Simon Konecki ainsi que la tristesse que cela a généré chez leur fils –, 30 est un album de chagrin d'amour qui multiplie les bluettes sentimentalo-mélancoliques.

 

La star britannique enchaîne les chansons pop-soul nostalgiques comme le ferait une choriste rodée dans un club de jazz à l'atmosphère ouatée. Parfois, on a l'impression d'écouter une compilation de Noël distribuée chez Starbucks ou une chanteuse choisie pour une scène de bar dans une série à l'eau de rose. La voix a beau souvent subjuguer, la production manque de finesse, les featurings (Greg Kurstin, Ludwig Göransson, Max Martin et Tobias Jesso Jr.) n'impressionnent pas et surtout, les mélodies manquent cruellement de surprise, d'ambition et de remise en question.

 

Mélo et dégoulinant de lyrisme, cet album ampoulé par les démonstrations de force peine à provoquer l'empathie ou à bouleverser profondément comme le faisaient par le passé les tubes Rolling in the Deep, Hello et Someone Like You. Le tout est très joli, mais ressemble à un bibelot vintage creux à l'intérieur, à l'exception de quelques perles telles que la vivifiante Cry Your Heart Out où on retrouve le pouvoir d’envoûtement légendaire de la superstar anglaise. 30 a beau commencé par cette poétique sentence : "j’apporterai des fleurs au cimetière de mon cœur", il aurait été plus juste pour Adele de confesser : "j’apporterai des fleurs au cimetière de mon inspiration."

 

30 d'Adele (2021), Columbia/Sony, disponible sur toutes les plateformes.