Advertising
656

Aliocha, jeune virtuose de la scène folk-pop

 

Si l'on connaissait déjà dans la famille Schneider Niels, acteur chez Xavier Dolan, il est temps de faire place à son frère Aliocha qui dévoile aujourd'hui un premier EP “Sorry Eyes” très prometteur. Portrait. Photos : Jules Faure pour Numero.com.

Photo Jules Faure

Figure familière au Québec pour ses apparitions à la télévision dès 11 ans, Aliocha commence son parcours comme comédien, et décroche le rôle du fils de Monica Bellucci dans le drame Ville-Marie réalisé par Guy Édoin l’année dernière. Il n’a pourtant pas l’impression d’avoir consciemment choisi cette voie : “La machine s’est emballée pour la comédie par la force des choses. Tout s’est accéléré car j’avais un agent grâce auquel j’ai obtenu un rôle, puis un autre, jusqu'à ce que je réalise que c’était devenu un métier.” Une approche assez différente de celle qu’il a eue avec la musique : “Jouer est une chose que j’adore, mais avec la musique j’injecte quelque chose de plus personnel car je suis moins dirigé et cadré que dans le cinéma. Et je ne suis pas à la merci des rôles qu’on me propose, ce qui m'apporte une vraie liberté.”

  1.  
  2. Avec un père danseur à l’Opéra de Paris devenu professeur de théâtre, et des frères aînés lancés dans une carrière de comédiens, Aliocha a baigné dans la culture dès son plus jeune âge. “Grandir dans une famille créative a éveillé ma sensibilité aux arts, et a rendu le partage de la culture très facile car dès que l’un d’entre nous faisait une découverte il la partageait.” Combinant les cours de son père, passionné de comédie, et des leçons de chant, il approfondit sa culture artistique et se perfectionne jusqu’à définitivement arrêter l’école à l’âge de 17 ans pour pleinement se consacrer au jeu et au songwriting.

Je ne compose pas de chansons dans le but de recréer le passé, ce n’est pas ce qui m’intéresse, ce que je veux c’est faire la musique qui me ressemble comme une sorte d’assimilation de toutes mes influences et de toutes les choses que j’aime.

Photo Jules Faure

  1. Fruit de cette quête d’identité, son premier EP Sorry Eyes évoque immédiatement des inspirations liées à la pop des années 60-70. Avec Bob Dylan comme figure emblématique, le Franco-Québécois évoque aussi d’autres artistes qui ont façonné sa culture musicale : “ll y a John Lennon, Simon & Garfunkel, Joni Mitchell… Et parmi mes références plus 90, je citerais Elliott Smith et Radiohead entre autres. J’ai un panthéon d’albums qui inclut Plastic Ono Band de John Lennon, Highway 61 Revisited de Bob Dylan, XO d’Elliott Smith, OK Computer de Radiohead.” 
  2.  
  3. L'approche épurée, simplement guitare-voix des artistes folk issus des années hippies s'avère très inspirante pour le musicien, qui refuse pourtant de tomber dans l’hommage trop appuyé. “Je ne pense pas être nostalgique dans la mesure où toutes mes références issues des années 60 font partie de la conscience collective, une conscience dans laquelle je m’enracine. Je ne compose pas de chansons dans le but de recréer le passé, ce n’est pas ce qui m’intéresse, ce que je veux c’est faire la musique qui me ressemble comme une sorte d’assimilation de toutes mes influences et de toutes les choses que j’aime.”

Photo Jules Faure

  1. Si, de chanteur-compositeur occasionnel, Aliocha est devenu la nouvelle signature du label canadien Audiogram, c’est grâce à quelques rencontres importantes qui ont jalonné son chemin. Peu après avoir quitté le lycée, il croise la route de Jean Leloup : “Jean est une espèce de poète, singer-songwriter complètement fou, qui est une vraie légende au Québec et qui était mon idole depuis des années. Il m’a pris sous son aile à partir du moment où je suis allé le voir avec dix morceaux dans la poche, des morceaux sans prétention dont je ne savais pas trop quoi faire. Il m’a proposé d’enregistrer une maquette dans son studio en m’affirmant qu’il y avait quelque chose à faire à partir de ça, qu’il fallait essayer d’aller au-delà. C’est une expérience qui m’a convaincu d’arrêter de prendre la composition comme une chose ponctuelle pour réellement m’y consacrer.
  2.  
  3. À cette figure bienveillante s’est ajouté l’appui du Français Samy Osta, qui a notamment collaboré avec La Femme et Feu ! Chatterton, avec lequel il est parti enregistrer à Göteborg pendant deux mois. “Samy a une sensibilité très proche de la mienne et il n’a pas essayé d’imposer son son sur mes compositions comme peuvent le faire d’autres producteurs. Certains peuvent être totalement indifférents au processus de création et arrivent avec des arrangements tout prêts à être plaqués sur le titre. Alors qu’avec lui, ça a vraiment été un travail en commun du début jusqu’à la fin, il a été particulièrement à l’écoute jusqu’à me donner l’impression d’avoir fait les arrangements moi-même.

En anglais, ça me semble plus facile de chanter les premières choses qui me passent par la tête sans me soucier d’un quelconque sens, en restant focalisé sur la sonorité des mots. 

La cover du premier EP d'Aliocha, Sorry Eyes.

  1. Niant totalement avoir une routine pour écrire ses titres, Aliocha préfère laisser ce procédé au hasard de ses inspirations. “La plupart du temps je chante une suite d’accords qui me plaît suffisamment pour que je m’en lasse pas tout de suite, et j’improvise dessus sans trop réfléchir. En anglais, ça me semble plus facile de chanter les premières choses qui me passent par la tête sans me soucier d’un quelconque sens, en restant focalisé sur la sonorité des mots. Et souvent, au moment d’enregistrer, je me rends compte que ces phrases lâchées au hasard traduisent réellement quelque chose qui m’habite et qui n’aurait pas pu me venir d’une autre manière qu’en passant par ce processus guitare-voix assez intimiste.” Un refus de la contrainte représentatif de cet électron libre multitalent au futur qu’on prédit radieux.

 

Sortie EP Sorry Eyes le 7 octobre (LE LABEL/PIAS). En concert le 13 octobre au MAMA Festival (Paris).

 

 

Propos recueillis par Marion Ottaviani, Photographe : Jules Faure

Booba est-il le nouveau Georges Brassens ?
582

Booba est-il le nouveau Georges Brassens ?

Musique Punchlines en série, clashs à répétition … Malgré les polémiques, le rappeur Booba ne quitte plus le haut du classement des meilleurs ventes. Et celui que l'on surnomme le Duc de Boulogne fait couler beaucoup d’encre. Sorti en janvier 2020, “L'argot sous un garrot – La face cachée de l'œuvre de Booba”, un documentaire d'Olivier Pillot et Laura Millienne, revient sur les textes controversés du Français.  Punchlines en série, clashs à répétition … Malgré les polémiques, le rappeur Booba ne quitte plus le haut du classement des meilleurs ventes. Et celui que l'on surnomme le Duc de Boulogne fait couler beaucoup d’encre. Sorti en janvier 2020, “L'argot sous un garrot – La face cachée de l'œuvre de Booba”, un documentaire d'Olivier Pillot et Laura Millienne, revient sur les textes controversés du Français. 

943

Gabriel Garzón-Montano : du hip-hop à l'eau de rose pour faire l'amour

Musique Il lit Nietzsche et Rimbaud, a fait les premières parties de Lenny Kravitz et se joue des frontières entre les genres. Gabriel Garzón-Montano est la vedette de la dernière session Colors, sortie ce 21 février. En trois morceaux, le chanteur new-yorkais étend son spectre musical, du funk au hip-hop, en passant par la sérénade romantique. Il lit Nietzsche et Rimbaud, a fait les premières parties de Lenny Kravitz et se joue des frontières entre les genres. Gabriel Garzón-Montano est la vedette de la dernière session Colors, sortie ce 21 février. En trois morceaux, le chanteur new-yorkais étend son spectre musical, du funk au hip-hop, en passant par la sérénade romantique.

Advertising
Arca anticipe-t-elle la musique de demain ?
997

Arca anticipe-t-elle la musique de demain ?

Musique À l’heure où les innovations technologiques effraient le monde, la productrice vénézuélienne Arca anticipe la musique de demain avec “@@@@@”, symphonie électronique infernale et anxiogène. En 62 minutes, la collaboratrice de Björk et de Kanye West repense la musique concrète et dévoile un projet semblable à une diffusion pirate au message aussi dense qu’hermétique. À l’heure où les innovations technologiques effraient le monde, la productrice vénézuélienne Arca anticipe la musique de demain avec “@@@@@”, symphonie électronique infernale et anxiogène. En 62 minutes, la collaboratrice de Björk et de Kanye West repense la musique concrète et dévoile un projet semblable à une diffusion pirate au message aussi dense qu’hermétique.

Kalash Criminel, MC Jean Gab’1 et Jacques chez… le psy
834

Kalash Criminel, MC Jean Gab’1 et Jacques chez… le psy

Culture Après avoir accueilli sur son divan les rappeurs Guizmo, Liza Monet, Isha, Alkpote et Lino, l’émission "Thérapie" revient sur Vice avec le psychanalyste Fernando de Amorim. Diffusés à partir du 19 mars et jusqu’au 16 avril 2020, les épisodes de la saison 2 comporteront les confessions des musiciens et rappeurs Kitsuné Kendra, MC Jean Gab1, Kalash Criminel, Jacques et Soso Maness. Après avoir accueilli sur son divan les rappeurs Guizmo, Liza Monet, Isha, Alkpote et Lino, l’émission "Thérapie" revient sur Vice avec le psychanalyste Fernando de Amorim. Diffusés à partir du 19 mars et jusqu’au 16 avril 2020, les épisodes de la saison 2 comporteront les confessions des musiciens et rappeurs Kitsuné Kendra, MC Jean Gab1, Kalash Criminel, Jacques et Soso Maness.

The Avalanches invitent Blood Orange pour une ballade cosmique
249

The Avalanches invitent Blood Orange pour une ballade cosmique

Musique Les australiens de The Avalanches sont de retour avec un nouveau single “We Will Always Love You” (2020). Blood Orange est l'invité d'honneur de cette ballade contemplative et romantique. Les australiens de The Avalanches sont de retour avec un nouveau single “We Will Always Love You” (2020). Blood Orange est l'invité d'honneur de cette ballade contemplative et romantique.

Koffee, l'enfant prodige du reggae
224

Koffee, l'enfant prodige du reggae

Musique À la rencontre du reggae "old school" et du dancehall, la jamaïcaine Koffee réinterprète toute une tradition musicale avec son EP "Rapture" (2019), nommé Meilleur Album Reggae à la 62e cérémonie des Grammy Awards. Une révélation musicale féminine qui interpelle tout autant Usain Bolt que la famille Obama. À la rencontre du reggae "old school" et du dancehall, la jamaïcaine Koffee réinterprète toute une tradition musicale avec son EP "Rapture" (2019), nommé Meilleur Album Reggae à la 62e cérémonie des Grammy Awards. Une révélation musicale féminine qui interpelle tout autant Usain Bolt que la famille Obama.



Advertising