378

Peut-on être un bon artiste et engagé ?

 

Comment allier engagement politique et prestation live réussie ? L'artiste transgenre Anohni offrait un début de réponse hier à la Philharmonie de Paris.

Par Thibaut Wychowanok

L’artiste Anohni sur scène. 

 

 

L’exercice est périlleux. Comment allier engagement politique et social et prestation live réussie ? Comment éviter l’écueil de la bien-pensance et du populisme face à la foule d’un concert ? Deux formations artistiques apportent des réponses diamétralement opposées.

 

D’un côté, le groupe de trip-hop culte Massive Attack. En février, sa dénonciation de la société de consommation, du libéralisme et du sort fait aux réfugiés se contentait en concert d’un protocole efficace. Des chiffres se succèdent, très graphiques, sur des écrans géants. Le nombre d’enfants morts dans les migrations récentes face aux chiffres de la Bourse. Le message est simple, simpliste. Les bons d’un côté, les méchants de l’autre. L’adhésion de la salle totale. Et musicalement ? Plutôt paresseux... mais qu’importe, le public de Massive Attack est conquis depuis les années 90.

 

Hier, Anohni, artiste transgenre que l’on connaissait comme la voix bouleversante du groupe Antony and the Johnsons, proposait à la Philharmonie de Paris une alternative brillante et généreuse à ce type de meeting politique camouflé. Le propos n’est pas moins dur. Sur scène comme dans son album Hopelessness paru en mai – le plus beau de l’année 2016 jusqu’ici, l’Anglaise s’en prend aux attaques de drones en Afghanistan, à l’hypocrisie mondiale face au réchauffement climatique, à Obama et à la surveillance généralisée des populations. 

 

 

Un écran géant surmonte la scène et projette en gros plan des visages de femmes qui énoncent les mots chantés par Anohni. L’artiste ne se prétend pas la porte-parole de tous les déshérités et de toutes les minorités, elle leur donne littéralement la parole.

L’artiste Anohni sur scène. 

 

 

 

Mais le dispositif scénique est tout autre. Ce n’est un secret pour personne que celle qui s’appelait encore Antony Hegarty il y a quelques années noue une relation très complexe avec son corps. Alors, lorsqu’elle apparaît sur scène, et pendant tout le concert, Anohni restera vêtue d’une large tunique qui lui donne une allure de Jedi au milieu des jeux de lumière. Son visage est protégé d’un voile noir. Seules ses mains qui s’agitent au rythme de la musique témoignent de sa réelle présence physique. 

 

Tout cela pourrait n’être qu’une coquetterie ridicule si l’artiste ne parvenait pas à sublimer artistiquement toutes ses névroses et détestations. De ce refus d’apparaître est née une idée géniale. Un écran géant surplombe la scène et projette en gros plan des visages de femmes qui énoncent les paroles chantées par Anohni. Une vielle dame (amérindienne ?), une femme noire d’un certain âge, etc. se succèdent. Elles travaillent à rendre universelles les paroles engagées, désespérées ou galvanisantes de l’artiste. Anohni ne se prétend pas la porte-parole de tous les déshérités et de toutes les minorités, elle leur donne littéralement la parole. 

 

 

 

“L’idée que ma voix soit incarnée physiquement par Naomi Campbell dans la vidéo élève la chanson à un nouveau degré d’universalité. Il ne s’agit plus seulement de mes mots, mais d’une parole universelle portée par une icône de la féminité. Cela veut aussi dire que ma voix peut être incarnée par n’importe qui, et n’importe où.” Anohni

La cover de l’album Hopelessness d’Anohni.

 

 

 

Pour la vidéo du morceau Drone Bomb Me (réalisée par Nabil avec une direction artistique par Riccardo Tisci), Anohni en avait déjà appelé à Naomi Campbell. Elle nous confiait alors : “L’idée que ma voix soit incarnée physiquement par Naomi dans la vidéo élève la chanson à un nouveau degré d’universalité. Il ne s’agit plus seulement des mots mais d’une parole universelle portée par une icône de la féminité. Naomi apporte également toute sa puissance et toute son innocence au titre. Sa performance est impressionnante. J’aime l’idée que ma voix puisse être indépendante, séparée de mon corps. Cela ouvre des perspectives créatives intéressantes, parce que cela veut dire qu’elle peut être incarnée par n’importe qui, et n’importe où.

 

Surtout, cette mise en scène travaille avec succès à rendre le propos plus nuancé. Anohni est, sur scène, galvanisée et furieuse lorsqu’elle entonne son “I am sorry” [je suis désolée] et, en contrepoint, une jeune femme noire verse de lourdes larmes à l’écran. Tristesse et fureur se mêlent pour exprimer une condition humaine complexe et mouvante, loin des raccourcis et du sensationnalisme abrutissants des chiffres. Les yeux de chacune des personnalités invitées en disent plus et mieux que tous les nombres et toutes les statistiques.

 

 

 

Affirmer des vérités simples est toujours mieux accueilli qu’ouvrir des questions complexes. Mais c’est le rôle de l’artiste.

 

 

 

Mieux, ils laissent libre chacun, selon sa sensibilité et sa disponibilité, d’y voir ce qu’il voudra. Une révolte face à l’égoïsme des hommes. Une croyance en un avenir meilleur... Bien sûr, quelques personnes ont quitté la salle. Ils étaient plus nombreux encore, paraît-il, dans d’autres villes. Affirmer des vérités simples est toujours mieux accueilli qu’ouvrir des questions complexes. C’est aussi que la subtilité de l'approche du monde et de l’âme humaine et la puissance poétique d’Anohni demandent sans doute un peu d’effort. Mais les meilleures choses se méritent. 

 

Retrouvez notre interview d’Anohni.

 

Hopelessness d’Anohni (Rough Trade Records). Disponible.

 

 

 

Ennio Morricone, le génie des musiques de films, fait ses adieux avec une rétrospective à la Cinémathèque
850

Ennio Morricone, le génie des musiques de films, fait ses adieux avec une rétrospective à la Cinémathèque

Musique Une rétrospective à la Cinémathèque française et une ultime date de tournée à Paris le 23 novembre célèbreront la fin de la carrière du compositeur des films de Sergio Leone comme Le Bon, la Brute et le Truand. Portrait d’un maestro populaire et avant-gardiste. Une rétrospective à la Cinémathèque française et une ultime date de tournée à Paris le 23 novembre célèbreront la fin de la carrière du compositeur des films de Sergio Leone comme Le Bon, la Brute et le Truand. Portrait d’un maestro populaire et avant-gardiste.

"Grave" : le nouveau clip voyeuriste d’Eddy de Pretto
850

"Grave" : le nouveau clip voyeuriste d’Eddy de Pretto

Musique Dans son nouveau clip Grave, Eddy de Pretto se met en scène dans son appartement, filmé à son insu par un voisin très curieux. Une scénarisation voyeuriste pour une nouvelle sensation française. Dans son nouveau clip Grave, Eddy de Pretto se met en scène dans son appartement, filmé à son insu par un voisin très curieux. Une scénarisation voyeuriste pour une nouvelle sensation française.

867

Rosalía, la tornade flamenco-R’n’B adoubée par Pedro Almodóvar

Musique Ce n'est pas avec Rosalía que le réchauffement climatique va se calmer. Que ce soit dans ses clips, où elle danse avec passion, ou dans un album sidérant mariant R'n'B dans l'air du temps et tradition flamenco, elle incendie tout sur son passage. Pedro Almodóvar et Pharrell Williams ont déjà succombé. Le reste de la planète ne devrait pas tarder. Ce n'est pas avec Rosalía que le réchauffement climatique va se calmer. Que ce soit dans ses clips, où elle danse avec passion, ou dans un album sidérant mariant R'n'B dans l'air du temps et tradition flamenco, elle incendie tout sur son passage. Pedro Almodóvar et Pharrell Williams ont déjà succombé. Le reste de la planète ne devrait pas tarder.

“Fukk Sleep”, le nouveau clip borderline d’A$AP Rocky et FKA Twigs
850

“Fukk Sleep”, le nouveau clip borderline d’A$AP Rocky et FKA Twigs

Musique Tenues expérimentales et scénographie futuriste, le prince du hip-hop A$AP Rocky et l’interprète électro hip-hop FKA Twigs signent “Fukk Sleep”, un clip sexy et borderline.  Tenues expérimentales et scénographie futuriste, le prince du hip-hop A$AP Rocky et l’interprète électro hip-hop FKA Twigs signent “Fukk Sleep”, un clip sexy et borderline. 

“Mieux vaut mourir pour une noble cause que vivre en esclave” Neneh Cherry s'explique sur son nouvel album
884

“Mieux vaut mourir pour une noble cause que vivre en esclave” Neneh Cherry s'explique sur son nouvel album

Musique La chanteuse mythique de 7 Seconds et de Woman revient sur le devant de la scène avec un album magistral, revisitant ses influences trip-hop à coups d’electronica ultra contemporaine. La Suédoise installée à Londres interprète de magnifiques textes engagés, en écho au chaos du mond,e dont ces célèbres paroles du groupe de poètes et musiciens afro-américains des années 60 The Last Poets sur son titre Poem Daddy. La chanteuse mythique de 7 Seconds et de Woman revient sur le devant de la scène avec un album magistral, revisitant ses influences trip-hop à coups d’electronica ultra contemporaine. La Suédoise installée à Londres interprète de magnifiques textes engagés, en écho au chaos du mond,e dont ces célèbres paroles du groupe de poètes et musiciens afro-américains des années 60 The Last Poets sur son titre Poem Daddy.

“Only you” : le nouveau clip retro de Theophilus London et Tame Impala
850

“Only you” : le nouveau clip retro de Theophilus London et Tame Impala

Musique "Only you", le nouveau clip du rappeur américain Theophilus London et du groupe australien Tame Impala réinvente l’imagerie du tube funk de Steve Monite, illustre interprète nigerian des années 80. "Only you", le nouveau clip du rappeur américain Theophilus London et du groupe australien Tame Impala réinvente l’imagerie du tube funk de Steve Monite, illustre interprète nigerian des années 80.