08 Février

5 choses à savoir sur A$AP Rocky, icône hip-hop à la pointe de la mode

 

Figure de proue d’une nouvelle génération, le rappeur américain A$AP Rocky est aussi une icône de mode très convoitée. Mêlant sonorités hip-hop et imagerie ultra esthétique, l’artiste a littéralement explosé les codes du rap.

Par Alison Dechandon

© Vijat Mohindra

A$AP Rocky entretient une relation particulière avec la drogue, pour cela il a été vivement critiqué. Il n’en n’en demeure pas moins un véritable génie du rap. Originaire du quartier populaire de Harlem, c’est au sein du collectif de hip-hop new-yorkais A$AP Mob qu’il fait ses premiers pas dans la musique avant de sortir sa première mixtape, Live.Love.A$AP, en 2011. Passionné de mode depuis son plus jeune âge, le jeune trentenaire est devenu un prescripteur de tendances, ce qui n'a pas échappé à la maison Dior dont il est devenu l’égérie.

 

1- Un prénom qui en dit long 

 

N’en déplaise aux fans du personnage borderline, “A$AP Rocky” est un nom d’emprunt inspiré du groupe hip-hop américain A$AP Mob formé en 2006 et dans lequel il a fait ses premiers pas. À l’origine, “A$AP” correspond à l’expression écrite "as soon as possible" ("dès que possible") mais a été réinterprété par la star en "Always Strive and Prosper" ("toujours lutter et prospérer"). Quant au prénom “Rocky”, il est lié à un héritage musical familial plus subtil. Car A$AP Rocky s’appelle en réalité Rakim Mayers. Un hommage à l’artiste américain Rakim qui a révolutionné l’écriture rap avec son album Paid in Full (1987). “Rocky” devient alors le diminutif de Rakim. La boucle est bouclée.

Le rappeur américain Rakim.

2- Un amoureux des drogues…repenti ?

 

Omniprésente dans ses clips, la fumée psychédélique opère toujours un effet monstre. Dans plusieurs titres comme Purple Swag (2013) et Herojuana Blunts (2018), A$AP Rocky évoque son addiction aux drogues en tout genre. Dernièrement, il est revenu une nouvelle fois sur cette thématique dans son clip Kids Turned Out Fine abordant le difficile passage de l’adolescence vers l’âge adulte. 

 

Le rappeur s’est confié au micro de la radio américaine BigBoy TV en janvier dernier, il affirme avoir arrêté la drogue depuis une quinzaine de jours.

Le clip de “Herojuana Blunts”.

3- Le roi de la “babushka”

 

Avant-gardiste, l’artiste est devenu un véritable prescripteur de tendance. Vêtu des pièces les plus pointues, A$AP Rocky ne passe jamais inaperçu. En novembre 2018, au musée d’art de Los Angeles (LACMA), il débarque avec sa fameuse babushka fleurie Gucci, joliment attachée par un nœud souple sous le menton. L’accessoire mode fait immédiatement le tour des réseaux sociaux et Frank Ocean publie à son tour une photographie sur Instagram avec ce même foulard. Il légende : “FaceTimes in babushka.” Lors de son “Injured Generation” Tour A$AP Rocky a d’ailleurs dédié un morceau à son accessoire de légende baptisé tout simplement “Babushka”. 

A$AP Rocky au LACMA à Los Angeles.

Le compositeur américain Frank Ocean en “babushka” sur son compte Instagram.

4- Découvert en France par un blogueur

 

A$AP Rocky fait partie de ces artistes dont le succès international doit une fière chandelle à la Toile. Le journaliste français Nicolas Pellion diffuse sur son blog, “Pure Baking Soda”, les vidéos postées par le rappeur sur YouTube. En véritable “découvreur de talent”, il compile les couplets d’A$AP Rocky et propose les meilleurs en téléchargement gratuit. Nicolas Pellion encense tellement le rappeur qu’il lui permet de faire un bond dans la métropole auprès des adeptes et spécialistes du mouvement hip-hop.

 

5- Le détenteur d’un des plus gros contrats jamais signé par un rappeur

 

Celui qui voulait être marchand de glace a bien failli se reconvertir dans la vente de luxe avant de devenir une star bankable. Alors qu’il s’apprête à répondre positivement à une offre d’emploi dans une boutique Hermès à New York, A$AP décline au dernier moment et signe finalement un contrat de 3 millions de dollars d'une filiale de RCA/Sony, le plus gros montant des années 2000 après les rappeurs Drake et 50 Cent.

 

NuméroNews