232


Commandez-le
Numéro
04 D’Akhenaton à Jok’Air, 17 rappeurs réunis dans un recueil de poésie

D’Akhenaton à Jok’Air, 17 rappeurs réunis dans un recueil de poésie

Musique

Du rap à la littérature, il n’y a qu’un pas. Désireuse de valoriser la puissance textuelle du rap, une passionnée de ce genre musical, Elena Copsidas, a invité 17 rappeurs à composer des poèmes dans une édition inédite. Aussi éloquent que visuel, le recueil Au nom du rap, accompagné d’illustrations d’artistes émergents paraîtra le 10 juin 2021 aux éditions Buondi Studio.

  • D’Akhenaton à Jok’Air, 17 rappeurs réunis dans un recueil de poésie D’Akhenaton à Jok’Air, 17 rappeurs réunis dans un recueil de poésie
  • D’Akhenaton à Jok’Air, 17 rappeurs réunis dans un recueil de poésie D’Akhenaton à Jok’Air, 17 rappeurs réunis dans un recueil de poésie
1/2

Ni percussions ni mélodies, aucune vocalisation, pas même un chantonnement : l’écriture d’un poème peut s’avérer frustrante pour un rappeur habitué à scander – parfois à s’en briser la voix – ses textes par dessus des enceintes aux décibels explosifs. Si les rappeurs ont un rapport ténu au langage, par le vocabulaire foisonnant contenu dans leurs paroles, se faire poète n’est pas chose simple. C’est pourtant l’ambition qu’a eu une passionnée de rap, Elena Copsidas en invitant 17 rappeurs à écrire chacun un poème pour un recueil inédit, intitulé Au nom du rap. Plusieurs générations se croisent dans cette aventure éditoriale, avec, pour n’en citer que quelques uns, Akhenaton, Greg Frite, Nikkfurie, Jok’air, Georgio, Lord Esperanza, ou encore Chilla pour les plus récemment médiatisés.

 

Dans cette série de textes, les rappeurs abordent des thèmes souvent communs à ceux décrits dans leurs morceaux comme les déboires de rues, les relations amoureuses pimentées, la célébration de la vie nocturne. Plus intimistes, certains livrent leur mélancolie, comme Lino qui dépeint en vers libres (vers ne respectant pas un nombre de syllabes régulier) sa vision du monde : “Quartier monde banlieue nulle part / on trouve de l’or en cherchant la merde / Des millions d’vies derrière un code barre / défient la mort en attendant la mer”. Dans ce texte intitulé En attendant la mer, le rappeur quadragénaire ne déroge pas à son style cinglant et cynique, si ce n’est radicalement pessimiste.

 

Pour mener à bien cette publication, il a fallu à Elena Copsidas s’armer de patience et surmonter de nombreux obstacles, comme le refus des maisons d’édition de prendre en charge son projet. Prenant cet échec comme l’occasion d’apprendre un nouveau métier, cette amoureuse du rap s’improvise éditrice et créé sa propre maison, Buondi Studio. En plus de la qualité des textes réunis, le lecteur pourra feuilleter un ouvrage marqué par une esthétique forte. Les textes du recueil sont en effet accompagnés d’illustrations – peintures, croquis, graphiques – signées par 8 artistes différents. L’attention accordée à la finition fait de cette œuvre collective un véritable petit objet d’art.

 

Au Nom du rap, un livre conçu par Elena Copsidas, éditions Buondì Studio, à paraître le 10 juin 2021.

Commande en ligne sur  www.aunomdurap.fr