236


Commandez-le
Numéro
05 Bilal Hassani, Numéro Homme, Interview

Bilal Hassani, en concert à la Gaîté Lyrique à Paris : "Je veux toujours devenir la plus grande pop star de la planète"

MUSIQUE

Icône de la Gen Z, Bilal Hassani a porté auprès du grand public français une attitude queer loin des clichés souvent vus à la télévision. À travers la pop, dont il travaille les dimensions tant musicales que visuelles, le chanteur transmet des messages essentiels, notamment contre l’homophobie. Alors qu'il sera en concert le 14 décembre à Paris, à La Gaîté Lyrique, à Paris, Numéro Homme a dressé son portrait.

Bilal Hassani, photographié le 18 juillet 2022 aux Daylight Studios, rue Moret, Paris XIe. Chemise en popeline de coton, pantalon en cuir, caleçon, ceintures, chaussettes et bottes, MIU MIU. Coiffure : Gabriel Basseur. Maquillage : Laurie Baralle. Set designer : Sophear. Retouche : The ABC. Production : New Light Films Bilal Hassani, photographié le 18 juillet 2022 aux Daylight Studios, rue Moret, Paris XIe. Chemise en popeline de coton, pantalon en cuir, caleçon, ceintures, chaussettes et bottes, MIU MIU. Coiffure : Gabriel Basseur. Maquillage : Laurie Baralle. Set designer : Sophear. Retouche : The ABC. Production : New Light Films
Bilal Hassani, photographié le 18 juillet 2022 aux Daylight Studios, rue Moret, Paris XIe. Chemise en popeline de coton, pantalon en cuir, caleçon, ceintures, chaussettes et bottes, MIU MIU. Coiffure : Gabriel Basseur. Maquillage : Laurie Baralle. Set designer : Sophear. Retouche : The ABC. Production : New Light Films

Le chanteur Bilal Hassani, icône de la Gen Z 

 

“Oser rêver”. C’était le slogan de l’Eurovision l’année où Bilal Hassani a tenté de remporter ce concours aussi regardé qu’irregardable. C’était en 2019, et le monde découvrait avec stupeur ce chanteur français décomplexé qui osait avec panache les perruques peroxydées et les looks de diva façon Beyoncé. Mais le jeune homme impressionnait aussi par sa voix, puissante, qui prônait, sur le tube Roi, la liberté d’être soi en dehors des codes et en dépit des regards inquisiteurs. Depuis, l’artiste français d’origine marocaine, aujourd’hui âgé de 23 ans, a fait du chemin. Bilal Hassani a été finaliste de Danse avec les stars sur TF1 (avant d’en devenir le juré cette saison), où il dansait avec un homme, chose inédite sur la première chaîne de France. On l’a aussi vu en juge invité dans l’émission Drag Race France sur France 2, en tête d’affiche de la Disneyland Paris Pride, sur les marches du Festival de Cannes en minirobe Margiela, courant les défilés de la Fashion Week ou en convive remarqué aux dîners de la mode du Sidaction et en faveur des enfants du Rwanda.

 

À chaque fois, c’est un jeune homme flamboyant, talentueux et solaire qui se dévoile, n’hésitant pas à mettre sa notoriété au service de causes qui lui sont chères. À l’image de sa génération (la très fluide Gen Z), Bilal Hassani est un garçon engagé qui lutte sur ses réseaux sociaux et en chanson contre l’homophobie, le racisme et alerte sur les dangers du harcèlement scolaire. Son dernier combat ? Aller plus loin dans le décloisonnement des genres. En effet, celui que l’on a découvert adolescent sur TF1 dans l’émission The Voice Kids et à travers des reprises bluffantes sur YouTube a insufflé à la chanson et la pop françaises une dimension queer encore peu explorée. Si Étienne Daho et Mika avaient déjà commencé à repenser la masculinité dans le paysage musical hexagonal, il aura fallu des artistes comme Eddy de Pretto, Yanis et Bilal Hassani pour déconstruire le schéma d’une virilité souvent très normée.

 

 

Bilal Hassani, nouvel album et nouveau style musical

 

Sur son troisième album, Théorème, qui vient de sortir, Bilal Hassani opère également une mue musicale. Après deux albums qui lorgnaient vers la pop et l’électro mainstream, l’auteur- compositeur-interprète flirte avec des continents sonores plus pointus. Épaulé par le producteur GrandMarnier, du groupe électro-pop Yelle – qui a notamment travaillé avec la regrettée SOPHIE –, il dévoile des ritournelles de pop synthétique plus aventureuses qu’à l’accoutumée. Si l’artiste a tardé à s’essayer à un univers plus “niche”, c’est parce qu’il voulait toucher le plus de monde possible : “Au départ, confie-t-il, je voulais plaire au public ultra mainstream car je voulais qu’une personne queer arrive à s’imposer dans le schéma médiatique traditionnel français, sans être aussi caricatural qu’un personnage de télé-réalité au discours unidimensionnel – sans aucun jugement envers la télé-réalité. Il fallait que je passe par l’Eurovision ou Danse avec les stars pour que mon message soit entendu. Si j’étais resté dans quelque chose de plus underground, je n’aurais pas pu avoir le même impact. Et véhiculer les valeurs que je voulais transmettre.” Mais qu’on se rassure, même s’il expérimente musicalement plus qu’à ses débuts, le chanteur aux choix mode radicaux a toujours comme objectif de “de devenir la plus grande pop star de la planète”.

 

“Théorème” (2022) de Bilal Hassani, disponible sur toutes les plateformes. En concert à La Gaîté Lyrique, à Paris, le 14 décembre 2022.