166

Christine and the Queens, reine de la pop française

 

Christine and the Queens s’est imposée par la grâce de ses compositions et la puissance de son jeu scénique, sur le fil de l’émotion. Récit d’une consécration qui la mène aujourd'hui jusque dans les pages du très prestigieux T Magazine outre-atlantique.

Christine and the Queens par Jeff Hahn.  

Christine and the Queens - Nuit 17 à 52 

Assister à la naissance d’une grande artiste est un privilège rare, en France. Ces sorties de chrysalide magistrales n’y sont pas légion, surtout du côté d’une pop hexagonale marquée  par la succession de “meilleurs groupes de la semaine” (et rarement au-delà) et par le retour des vieilles gloires imprégnées d’une douce odeur de naphtaline. Et puis il y eut Christine and the Queens…

 

Christine est apparue un soir sur les écrans, c’était aux Victoires de la musique. C’était en février 2014, déjà. Quelques privilégiés la suivaient, depuis la sortie de ses premiers titres en 2011, avec la passion des pionniers découvrant leur filon d’or. Mais peu savaient alors qu’elle s’appelle en réalité Héloïse, et que ses Queens n’étaient que de fantasques créations de son imaginaire débridé. Sur scène, Christine était le plus souvent seule. Son costume damassé, comme molletonné d’or, lui donnait cette allure de Greta Garbo extravagante avec laquelle le public allait se familiariser. Christine and the Queens concourait dans la catégorie “groupe ou artiste révélation scène”. Mais Christine n’avait nul besoin de courir après un quelconque couronnement. Reine, ce soir-là, elle l’était déjà. En quelques mots sublimes, quelques beats caressés de violons subtils, quelques gestes fragiles, Christine and the Queens avait sublimé son corps. “Ce succès télévisuel, confie-t-elle encore, m’a permis d’avoir accès, alors que j’avais déjà presque finalisé l’album, à des moyens supplémentaires, quelques cordes par exemple. Mais ça n’a pas changé l’essentiel: ma recherche d’un son puissant bien que minimaliste, mes accointances avec une famille de sons qui va chercher du côté de Kanye West, même si cela peut surprendre. J’ai senti, avec les Victoires, que la confiance que j’avais placée dans ce projet devenait communicative.” Une traînée de poudre qui l’entraînera des premières parties de l’incontournable Stromae au plébiscite public et critique de son album, Chaleur humaine, sorti en juin 2014. 

Christine and the Queens - Narcissus is back

Depuis, Christine a multiplié les apparitions en couverture de toute la presse française. Christine and the Queens voit alors son histoire relayée, de média en média, sous forme de légendes contemporaines. D’abord, son départ de France, à la suite d’une rupture amoureuse… avec une femme qui voulait devenir homme. Ensuite, cette rencontre à Londres avec les drag-queens exubérantes du Madame Jojo’s… qui auraient dû former les troupes de ses fameuses Queens si elles avaient daigné accompagner Héloïse dans cette aventure musicale. Alors, bien sûr, l’artiste se voit rapidement affublée d’un costume qui n’est pas pour lui déplaire, celui de nouvelle icône gay ou de chantre de la confusion des genres. Et pourtant, Christine and the Queens mérite mieux que d’être réduite à un “phénomène de société”. Qu’importe le genre et l’orientation sexuelle lorsque l’on chante avec autant de grâce l’amour, l’espoir et le rêve… Ses compositions électro pop tendent vers une telle beauté universelle que l’on ne sait plus si Christine nous émeut en anglais (“I am a man now, and there is nothing you can do to make me change my mind”) ou en français (“Je descends deux enfers plus loin pour que l’orage s’annonce”), au masculin ou au féminin (“Si je ne veux pas être une grande fille, je serai un petit garçon”). Maniant la soul et le groove avec sophistication, ses errances vertigineuses séduisent par leur simplicité déconcertante. L’art du presque rien – celui qui crée des mondes à partir de grains de sable –, a trouvé son maître.

 

Cet art, elle le sublime avant tout sur scène. Lorsque d’un geste délicat de la main, posée sur son œil, elle laisse une trace de maquillage pailleté, l’émotion est à son comble. Les mots sont peu de chose pour exprimer cette virtuosité burlesque. “Oui burlesque. C’est ainsi que je me vois”, glisse-t-elle avec timidité. Sa maîtrise du corps, qui doit beaucoup à ses années de théâtre, tient autant du comique d’un Buster Keaton, de l’inventivité d’un Mickael Jackson, que de l’exploration des possibilités du corps d’une Pina Bausch. Christine and the Queens fait spectacle, parce qu’Héloïse est spectaculaire. Et ensemble elles prouvent définitivement que l’entertainment n’est plus l’apanage du monde anglo-saxon.... qui lui rend un hommage mérité aujourd'hui à travers sa consécration, notamment, dans les pages du très prestigieux T Magazine.

 

Par Thibaut Wychowanok

 

Chaleur humaine, Christine and the Queens (Because Music).

En concert le 25 septembre 2015 au Zénith, à Paris. 

Boys Noize rend hommage à la techno des nineties avec le rétrofuturiste “Killer”
374

Boys Noize rend hommage à la techno des nineties avec le rétrofuturiste “Killer”

Musique Quelques mois après la sortie de “Strictly Raw, Vol. 2”, Boys Noize est de retour avec “Killer”, une reprise d'Adamski à la gloire de la techno des nineties et de la cyber-nation, en collaboration avec Steven A. Clark. En guise de visuel, le producteur allemand signe une reconstitution du clip original, entièrement filmée dans la C-Base de Berlin. Quelques mois après la sortie de “Strictly Raw, Vol. 2”, Boys Noize est de retour avec “Killer”, une reprise d'Adamski à la gloire de la techno des nineties et de la cyber-nation, en collaboration avec Steven A. Clark. En guise de visuel, le producteur allemand signe une reconstitution du clip original, entièrement filmée dans la C-Base de Berlin.

Dans les coulisses du “Back to Black” d'Amy Winehouse
468

Dans les coulisses du “Back to Black” d'Amy Winehouse

Musique Trois ans après le poignant “Amy” d'Asif Kapadia, un nouveau documentaire sur Amy Winehouse s'apprête à voir le jour cet automne. “Amy Winehouse – Back To Black: The Documentary” nous plonge dans les coulisses du second opus de l'artiste. Tout comme “Frank”, l’album est devenu un classique de la soul. Trois ans après le poignant “Amy” d'Asif Kapadia, un nouveau documentaire sur Amy Winehouse s'apprête à voir le jour cet automne. “Amy Winehouse – Back To Black: The Documentary” nous plonge dans les coulisses du second opus de l'artiste. Tout comme “Frank”, l’album est devenu un classique de la soul.

Angèle dévoile ses talents de danseuse avec le clip “Jalousie”
826

Angèle dévoile ses talents de danseuse avec le clip “Jalousie”

Musique Avec le clip “Jalousie”, Angèle dévoile un nouvel extrait de son premier album à paraître le 5 octobre prochain. La sœur du rappeur belge Roméo Elvis y dévoile ses talents de danseuse.  Avec le clip “Jalousie”, Angèle dévoile un nouvel extrait de son premier album à paraître le 5 octobre prochain. La sœur du rappeur belge Roméo Elvis y dévoile ses talents de danseuse. 

4 choses à savoir sur Lana Del Rey, la star vintage à la moue irrésistible
718

4 choses à savoir sur Lana Del Rey, la star vintage à la moue irrésistible

Musique Avec son look vintage et son chant lancinant, Lana Del Rey envoûte autant qu'elle respire. Tout juste une semaine après la sortie de son inattendu “Mariners Apartment Complex”, elle dévoile “Venice Bitch”, un morceau de 10 minutes qui clôt merveilleusement l'été, et annonce son sixième album “Norman Fucking Rockwell”. Numéro revient en quatre points sur la diva à la moue irrésistible. Avec son look vintage et son chant lancinant, Lana Del Rey envoûte autant qu'elle respire. Tout juste une semaine après la sortie de son inattendu “Mariners Apartment Complex”, elle dévoile “Venice Bitch”, un morceau de 10 minutes qui clôt merveilleusement l'été, et annonce son sixième album “Norman Fucking Rockwell”. Numéro revient en quatre points sur la diva à la moue irrésistible.

Avec “Love S.O.S.”, Justice mêle strip-tease, voyeurisme et violence
475

Avec “Love S.O.S.”, Justice mêle strip-tease, voyeurisme et violence

Musique En pleine promotion de “Woman Worldwide”, la version live de son album “Woman”, le duo Justice livre un clip aussi torride que violent pour son morceau “Love S.O.S.”. En pleine promotion de “Woman Worldwide”, la version live de son album “Woman”, le duo Justice livre un clip aussi torride que violent pour son morceau “Love S.O.S.”.

Qui est Noname, la nouvelle bombe hip-hop repérée par Chance the Rapper ?
825

Qui est Noname, la nouvelle bombe hip-hop repérée par Chance the Rapper ?

Musique Issue de la jeune génération de Chicago en pleine ascension, à l'instar de Chance the Rapper, Noname s’est approprié la scène hip-hop depuis quelques années.     Issue de la jeune génération de Chicago en pleine ascension, à l'instar de Chance the Rapper, Noname s’est approprié la scène hip-hop depuis quelques années.