566

Clara 3000, DJ emblème d'une jeunesse affranchie

 

DJ sur le label Kill The DJ, actrice chez Mia Hansen-Løve, mannequin pour Balenciaga et Jacquemus, Clara 3000 est l’incarnation parfaite d’une jeunesse libre qui explose les codes établis et qui refuse d’être enfermée dans des catégories. Rencontre.

C’est l’histoire d’une louve solitaire, d’un “animal d’une timidité extrême”, comme se décrit elle-même Clara 3000 qui, à 27 ans, fait pourtant partie du groupe de créatifs le plus en vogue de la scène parisienne avec la styliste Lotta Volkova, le photographe Pierre-Ange Carlotti, ou Demna Gvasalia, à la tête du collectif Vetements et de la maison Balenciaga. Toute sa vie, Clara 3000 s’était, jusque-là, toujours sentie en décalage. Lorsqu’elle est adolescente, son meilleur ami a 65 ans. Elle passe son temps au dépôt Emmaüs, à côté de chez elle, à chiner des vinyles de vieux rock. Un vrai garçon manqué persuadé d’être né à la mauvaise époque. “Et puis je me suis installée à Paris à 17 ans, en 2007, explique-t‑elle. J’ai découvert ma sexualité, une scène électronique et des personnalités qui me ressemblaient. Je me suis dit que je n’étais pas folle.

 

Née à Versailles en 1989, Clara Deshayes passe son enfance dans les déménagements : la région parisienne, Nice… “Tu as l’impression de ne pas avoir de racines, et de ne pas pouvoir nouer d’amitiés durables, confie-t-elle. Alors tu apprends à vivre en solitaire et tu développes plus vite que les autres ta personnalité, un équilibre très personnel.” Cela passe, pour l’adolescente, par le hip-hop avec son frère (Dr. Dre, les Fugees) et surtout par le cinéma qu’elle dévore avec la passion d’une geek. “Mon père enregistrait chaque semaine les films recommandés par Télé K7. Je me plongeais dans les Hitchcock et les westerns spaghettis de Sergio Leone. Je connais surtout par cœur tous les films dystopiques des années 80 : Total Recall, Mad Max, Terminator.”

 

Entre amour du rock et passion pour l’électro underground, les classiques du cinéma et la pop culture des années 80 et 90, Clara 3000 – comme sa musique – fait perpétuellement le grand écart entre les références. Dans ses mix, elle fait se côtoyer haute et basse culture, Careless Whisper de George Mickael et un titre pointu de techno, un morceau de musique classique et du hard-rock. “La bonne musique est celle qui nous touche parce qu’elle est faite avec sincérité. Elle peut être de bon ou de mauvais goût, de niche ou très kitsch, du moment qu’elle est authentique, elle me plaît. Je ne vois pas pourquoi je m’en priverais quand je joue.

Clara 3000 parvient à élever la musique mainstream au même rang qu’un requiem, et révèle, dans la musique électronique, ses aspects les plus rock et populaires.

Le défilé VETEMENTS automne-hiver 2016-2017

Clara 3000 parvient à élever la musique mainstream au même rang qu’un requiem, et révèle, dans la musique électronique, ses aspects les plus rock et populaires. Son univers surréaliste, souvent noir mais jamais dénué d’humour, semble s’établir sur le même territoire que David Lynch, entre rêve et réalité, cauchemars et fantasmes. “C’est une de mes références ultimes, acquiesce la musicienne. Surtout pour son côté fétichiste.” La jeune femme prépare aujourd’hui son premier EP qui proposera enfin ses compositions personnelles. “Je n’aurais jamais pu me lancer dans ce projet si je n’avais pas réussi à savoir qui j’étais et à dépasser les barrières que je m’imposais. J’y suis parvenue de manière très inattendue grâce à la mode.

 

À 17 ans, Clara 3000 rencontre Simon Porte Jacquemus. Le créateur s’apprête à présenter sa première collection. Il lui demande de réaliser la bande-son de l’événement… et de défiler pour lui. “J’étais terrifiée, se souvient-elle. J’ai passé le show en transe.” Puis c’est la rencontre avec Demna Gvasalia, qui lui demande lui aussi de réaliser les bandes-son de ses shows, puis de défiler chez Balenciaga. “Toutes mes barrières sont tombées. J’ai dépassé ma timidité. J’ai appris à incarner un rôle, comme au cinéma lorsque j’ai joué dans le film Eden de Mia Hansen-Løve.” Une épiphanie qui n’a laissé personne insensible, tant sa personnalité libre, incarnée dans un physique de jeune effrontée à la Charlotte Gainsbourg ou à la Isabelle Adjani à l’époque de L’Été meurtrier, séduit autant qu’elle bouscule.

Par Thibaut Wychowanok, Photos : Pierre-Ange Carlotti

788

Tina Kunakey lèche une femme dans un clip de Kim Chapiron

Musique Pour le premier clip du groupe électro Pink Noise, le réalisateur Kim Chapiron (“Sheitan”, “Dog Pound”, “La crème de la crème”) propose la vidéo la plus psychédélique et improbable du moment. On y retrouve les mannequins Tina Kunakey et Molly Constable, des crapauds hallucinogènes et de nombreux coups de langue. Pour le premier clip du groupe électro Pink Noise, le réalisateur Kim Chapiron (“Sheitan”, “Dog Pound”, “La crème de la crème”) propose la vidéo la plus psychédélique et improbable du moment. On y retrouve les mannequins Tina Kunakey et Molly Constable, des crapauds hallucinogènes et de nombreux coups de langue.

“Dreems”, le nouvel (et dernier) album du duo Cassius
657

“Dreems”, le nouvel (et dernier) album du duo Cassius

Musique Deux jours après la disparition accidentelle de Philippe “Zdar” Cerboneschi, les fans de Cassius ont pu découvrir “Dreems”, cinquième album du duo électro-funk. Composé de douze morceaux, l’atmosphère de ce nouvel opus évoque la house originelle du duo emblématique de la French Touch.   Deux jours après la disparition accidentelle de Philippe “Zdar” Cerboneschi, les fans de Cassius ont pu découvrir “Dreems”, cinquième album du duo électro-funk. Composé de douze morceaux, l’atmosphère de ce nouvel opus évoque la house originelle du duo emblématique de la French Touch.  

Mark Ronson invite Alicia Keys sur “Truth”
840

Mark Ronson invite Alicia Keys sur “Truth”

Musique Le DJ et producteur américain Mark Ronson, superstar oscarisé pour “Shallow” avec Lady Gaga en 2019 et collaborateur de Bruno Mars sur “Uptown Funk”, a dévoilé son album “Late Night Feelings” le 21 juin 2019. Parmi les nombreux invités de l’opus, la chanteuse Alicia Keys et la rappeuse The Last Artful, Dodgr interprètent le titre “Truth”.  Le DJ et producteur américain Mark Ronson, superstar oscarisé pour “Shallow” avec Lady Gaga en 2019 et collaborateur de Bruno Mars sur “Uptown Funk”, a dévoilé son album “Late Night Feelings” le 21 juin 2019. Parmi les nombreux invités de l’opus, la chanteuse Alicia Keys et la rappeuse The Last Artful, Dodgr interprètent le titre “Truth”. 

On a passé 48h avec le rappeur 6lack
887

On a passé 48h avec le rappeur 6lack

Mode C’est au terme d’un parcours tumultueux que 6lack, le chanteur d’Atlanta, est révélé au public par son premier album Free 6lack. Caractérisé par son flegme et son style tout en retenue, il explore un R’n’B mélancolique aux antipodes des clichés d’ultra virilité fréquemment associés à ce genre musical. Découvrez le rappeur dans une série mode exclusive signée Rayan Nohra. C’est au terme d’un parcours tumultueux que 6lack, le chanteur d’Atlanta, est révélé au public par son premier album Free 6lack. Caractérisé par son flegme et son style tout en retenue, il explore un R’n’B mélancolique aux antipodes des clichés d’ultra virilité fréquemment associés à ce genre musical. Découvrez le rappeur dans une série mode exclusive signée Rayan Nohra.

Sunset Rollercoaster ou la meilleure boum de l’année
887

Sunset Rollercoaster ou la meilleure boum de l’année

Musique À la croisée de Wham et de Toto, entre slows langoureux et disco des années 70, les Taïwanais de Sunset Rollercoaster promettent une boum mémorable. Numéro s’est incrusté au concert du groupe à La Maroquinerie.   À la croisée de Wham et de Toto, entre slows langoureux et disco des années 70, les Taïwanais de Sunset Rollercoaster promettent une boum mémorable. Numéro s’est incrusté au concert du groupe à La Maroquinerie.  

Justice signe son premier film au cinéma
674

Justice signe son premier film au cinéma

Musique Le duo électronique Justice, revient avec un nouveau projet plus qu’énigmatique. Mi-concert, mi-film, Iris nous plonge dans un monde entre l’imaginaire disco des années 70 et l’extravagance des films de SF de la même époque. Le duo électronique Justice, revient avec un nouveau projet plus qu’énigmatique. Mi-concert, mi-film, Iris nous plonge dans un monde entre l’imaginaire disco des années 70 et l’extravagance des films de SF de la même époque.