Numero

Damon Albarn compose un opéra sur l'Afrique

Musique

Pour débuter sa saison, le Théâtre du Châtelet voit les choses en grand et invite le chanteur britannique Damon Albarn à créer une œuvre évènement. Intitulé “Le Vol du Boli”, cet opéra contemporain conçu aux côtés du cinéaste mauritanien Abderrahmane Sissako, César du meilleur réalisateur pour “Timbuktu” en 2015, réunit musique européenne et africaine. À découvrir au Théâtre du Châtelet du 7 au 9 octobre prochain.

 

Quand la direction du Théâtre du Châtelet m’a proposé de créer un opéra du XXIème siècle, j’avais mille idées à la seconde,” révèle le musicien, compositeur et chanteur Damon Albarn à propos de son nouveau projet, Le Vol du Boli. Inspirée par le journal, L’Afrique Fantôme de l’écrivain Michel Leiris, cette création mondiale ambitieuse raconte l’histoire d’un boli, fétiche animiste originaire du Mali volé par l’écrivain en 1931, et actuellement exposé au musée du Quai Branly, à Paris. Imaginé aux côtés du cinéaste Abderrahmane Sissako – césarisé en 2015 pour Timbuktu –, cet opéra ambitieux débute dans l’Empire du Mali, fondé au XIIIe sicèle, et dépeint l’histoire du continent jusqu’à nos jours, évoquant le lien entre l’Europe et l’Afrique à travers la colonisation, ses répercussions sur la société actuelle et le boli, cet objet qui se transmet de génération en génération…

 

Amateur de collaborations, Damon Albarn s’est entouré de nombreux artistes pour réaliser au mieux ce spectacle évènement. Selon lui, il était indispensable que ce projet soit collaboratif : “J’ai réalisé dès le début qu’il fallait quelqu’un pour porter auprès de moi un regard et un vécu africain,” explique-t-il au magazine du Châtelet. “Cela ne pouvait pas juste être moi, je ne suis pas naturellement légitime ou qualifié pour cela.” En plus d’Abderrahmane Sissako, metteur en scène de l’opéra, c’est à la chanteuse Fatoumata Diawara que le créateur de Gorillaz confie l’écriture des chansons et le rôle principal. Le Vol du Boli met en avant danseurs, comédiens, chœurs et chanteurs issus de la diaspora africaine. La musique, entièrement composée par Damon Albarn, sera joué par des musiciens professionnels formés depuis 2018 entre Bamako, Montreuil, Belleville, Londres et le Théâtre du Châtelet, et chantée dans un mélange des langues – français, anglais, bambara et lingala – du Mali et Congo. 

 

Ce n’est pas la première fois que le Théâtre du Châtelet fait appel au talent de Damon Albarn. Ce dernier avait déjà présenté l’opéra pop Monkey, Journey to the West en 2007 et la comédie musicale Wonder.land en 2016 sur les planches de la Grande Salle. En raison de la crise sanitaire et des mesures de distanciations sociales, seules trois représentations du Vol du Boli auront lieu sur les 17 originalement prévues (7, 8, et 9 octobre). Le spectacle sera ensuite repris au cours de la saison 2021-2022 pour une série d’une vingtaine de représentations. L’établissement phare de la ville de Paris mise gros avec cette œuvre qui ouvre la saison 2020-2021. Le Vol du Boli s’inscrit dans le cadre de la saison Africa 2020, un projet hors normes initié par l’Institut Français mettant en lumière les 54 États du continent africain. Il présentera les expériences de la société africaine et de sa diaspora à travers des programmes éducatifs centrés sur les arts, les sciences, les technologies, l'entrepreneuriat et l'économie. “Paradoxalement, l’Afrique est un continent dont on parle beaucoup, mais qu’on entend peu, confie Abderrahmane Sissako, ce spectacle vient raconter l’Afrique […] raconter l’histoire des peuples oubliés dont l’histoire est trop souvent racontée par les autres.” 

 

 

Le Vol du Boli (2020) de Damon Albarn et Abderrahmane Sissako, un opéra présenté du 7 au 9 octobre au Théâtre du Châtelet

Lire aussi

loading loading