10


Commandez-le
Numéro
13 Avec son nouvel album, Florence + The Machine signe un puissant hymne à la danse

Avec son nouvel album, Florence + The Machine signe un puissant hymne à la danse

Musique

En février dernier, Florence Welch alias Florence + The Machine était de retour avec le morceau King et son clip à la fois mystique et féministe réalisé par la réalisatrice américaine Autumn de Wilde. Après avoir révélé deux autres titres puissants, Heaven is Here et My Love, elle publie enfin son cinquième album intitulé Dance Fever, ce vendredi 13 mai. Un véritable hymne à la danse.

Après le très réussi et intimiste High As Hope dévoilé en 2018, il était difficile de s’exposer à nouveau dans un nouvel opus. Il aura fallu quatre ans à la chanteuse qui avouait, pour retrouver l'inspiration. Et se remettre d’années de consommation excessive d’alcool et d’une rupture douloureuse, comme elle l'a avoué dans une récente interview. Quelques mois avant le premier confinement de 2020, Florence Welch se prend de passion pour la notion de chorémanie. Ce mot désigne un phénomène d'hystérie collective où un groupe de personnes se met subitement à danser de façon incontrôlable et étrange jusqu'à l'épuisement. Cette manie dansante a été observée en Europe entre les XIVe et XVIIIe siècles. Cet opus a été enregistré à Londres pendant le confinement. Il évoque ce qui manquait le plus à Florence à ce moment-là : les clubs, la danse, les festivals, la convivialité et l'espoir de chaleureuses retrouvailles avec son public. Cette fois-ci, la chanteuse du tube Dog Days Are Over (2008), veut sortir la tête par la fenêtre et prendre l’air, loin de l’ambiance morose qui a envahi le monde ces dernières années.

 

Son retour était des plus attendus. Près de quinze ans après le début de sa carrière, Florence Welch qui a rempli des stades et s'est hissée en haut des charts, a conçu son cinquième album comme une “fable qui porte sur le fait de se méfier de ce que l’on souhaite” a-t-elle déclaré au New York Times. Celle qui s'est entourée des producteurs Jack Antonoff (Bleachers) et Dave Bayley (Glass Animals) poursuit : "Chaque chanson que j'ai écrite est devenue une corde d'évasion attachée autour de mon cou pour me tirer vers le ciel.” Le brûlant Dance Fever se révèle être un album à la fois vulnérable et dansant. Une ode au pouvoir de la danse et à la liberté du mouvement qui fait un bien fou avec la période de pandémie qui a entravé les corps ces deux dernières années. 

 

Dance Fever (2022) de Florence + The Machine, disponible sur toutes les plateformes. En concert à l’Accor Hôtel Arena à Paris le 14 novembre prochain.