Confortablement installée sur son trône en marbre, vêtue d’une longue robe rouge, Grimes joue les impératrices solitaires et endeuillées dans son nouveau clip, Delete Forever. À mesure que la caméra s’éloigne de l’extravagante souveraine, les ruines se dévoilent, derniers vestiges d’un monde effondré. Ce paysage dépouillé n’est pas sans faire écho au titre du cinquième album de Claire Boucher – de son vrai nom –, Miss Anthropocene. L’anthropocène, notion qui ne fait pas l’unanimité chez les scientifiques, désigne en effet l’ère qui débute avec la Révolution industrielle de la fin du XIXe siècle au cours de laquelle l’humain a laissé une trace indélébile sur la planète Terre, notamment avec l’apparition du plastique et du développement de la chimie.

 

Malgré un clip à l’aura post-apocalyptique, Delete Forever signe un virage étonnant, une semaine avant la sortie du très attendu cinquième album de la chanteuse. Si ses quatre précédents extraits penchaient vers une dream pop éthérée, ce nouveau titre beaucoup plus épuré se caractérise par une simple mélodie à la guitare acoustique accompagnée par la voix de Grimes, un brin mélancolique. Selon la Canadienne, le morceau aurait été composé la nuit de la mort du rappeur américain Lil Peep en 2017 et inspiré par la crise des opiacés qui ravage les États-Unis. “Plusieurs de mes amis en sont morts”, précise l’artiste, “et plus particulièrement un quand j’avais à peine 18 ans, suite à son addiction aux opiacés”. 

 

Grimes, Miss Anthropocene, sortie prévue le 21 février 2020.