565

Rencontre avec Jagwar Ma, l'ovni musical de la rentrée

 

À l’occasion de la sortie de leur deuxième album “Every Now & Then“, Numéro a rencontré Jono Ma, producteur et musicien du groupe australien Jagwar Ma. Il se confie sur ce nouvel opus, véritable kaléidoscope musical aux sonorités pop psychédéliques.

Photo : Maclay Herlot

Numéro : Comment décririez-vous ce second album qui sort le 14 octobre ?

 

Jono Ma : “Every Now & Then“ est très dense, c’est une espèce de chaos organisé guidé par ces sonorités pop, où l’on alterne entre des morceaux fun et légers ou au contraire plus agressifs. Typiquement, ce désordre nous a permis des morceaux comme “Give Me A Reason“ ou Gab se met à scander des “Go to the left and right“ à la fin de la chanson de manière quasi comique. On trouve aussi cette légère vibe hip-hop notamment sur les percussions, influencée par des groupes comme The Avalanches, des albums comme “Paul’s Boutique“ des Beastie Boys et d’autres productions plus électro des Dust Brothers.

 

Comment est né le groupe ?

 

Gab [Gabriel Winterfield, le chanteur principal], Jack [Jack Frieman, le bassiste] et moi venons de la même scène musicale australienne. Nous gravitions tous dans ce même milieu à Sydney, chacun dans des groupes différents comme Lost Valentinos et The Wahas. À force de se croiser à des festivals, des soirées, nous nous sommes mis à faire quelques productions ensemble. Dans un premier temps seulement Gab et moi, ce qui a donné lieu à notre première chanson “Come save m“» puis c’est tout naturellement que “Howling“ notre premier album a suivi. Il y avait beaucoup moins d’enjeux à l’époque. Tout s’est fait de manière fluide et très naturelle et ça se ressent surement dans les titres.

 

 

 

La phase d’écriture s’est faite en Australie, puis nous avons passé 6 mois dans la vallée de la Loire pour l’enregistrement. Un ami y possède une maison totalement isolée.

Pour ce second album “Every Now & Then“, l’enjeu était beaucoup plus grand. Vous avez déjà été repéré. Cela a t’il eu un impact sur votre processus créatif  ?

 

Nous avons clairement dû prendre en compte ce facteur, mais c’est aussi la raison pour laquelle nous avons voulu réitérer le même processus de création que pour le premier album : la phase d’écriture s’est faite en Australie, puis nous avons passé 6 mois dans la vallée de la Loire pour l’enregistrement. Un ami possède cette maison totalement isolée, dans laquelle j’ai construit un studio où l’on a enregistré et bossé sur la plupart des titres. La question de la pression financière ne se posait pas vu que nous n’avions pas à louer un studio, nous étions totalement coupé du monde, dans un environment où l’on a pu se dédier totalement à la musique. 

 

Vous êtes réputés pour vos performances live, cela constitue l’une de vos forces en tant que groupe. S’il fallait choisir entre donner un concert lors d’un festival immense ou au contraire dans une salle confidentielle avec une vingtaine de personnes, que préférez-vous ?

 

Clairement, la partie live de notre musique est hyper importante. Nous tentons toujours d’improviser, de pouvoir donner une seconde vie, une nouvelle forme à une chanson. Mais le format assez rigide des festivals ne laisse pas une grande place à l’improvisation et même si l’énergie d’une telle masse de gens est incroyable, la connexion entre individus se fait moins, c’est plus abstrait. Donc je dirais dans une petite salle plus confidentielle, comme lorsque nous avons joué à la Flèche d’or, et que le public a envahi la scène, tout le monde se déchainait et dansait, c’était fou. 

Every Now & Then est très dense, c’est une espèce de chaos organisé guidé par ces sonorités pop.

 

Quels sont vos prochains projets ?

 

Dans l’immédiat, notre tournée continue et j’en profiterais sûrement pour constituer les premières ébauches de notre prochain album. J’ai un studio à Londres maintenant donc peut-être que nous enregistrerons là-bas ou pourquoi pas faire à Paris...

 

Every Now & Then (Pias) de Jagwar Ma. Disponible le 14 octobre 2016.

 

Propos recueillis par : Chloë Fage

Ennio Morricone, le génie des musiques de films, fait ses adieux avec une rétrospective à la Cinémathèque
850

Ennio Morricone, le génie des musiques de films, fait ses adieux avec une rétrospective à la Cinémathèque

Musique Une rétrospective à la Cinémathèque française et une ultime date de tournée à Paris le 23 novembre célèbreront la fin de la carrière du compositeur des films de Sergio Leone comme Le Bon, la Brute et le Truand. Portrait d’un maestro populaire et avant-gardiste. Une rétrospective à la Cinémathèque française et une ultime date de tournée à Paris le 23 novembre célèbreront la fin de la carrière du compositeur des films de Sergio Leone comme Le Bon, la Brute et le Truand. Portrait d’un maestro populaire et avant-gardiste.

"Grave" : le nouveau clip voyeuriste d’Eddy de Pretto
850

"Grave" : le nouveau clip voyeuriste d’Eddy de Pretto

Musique Dans son nouveau clip Grave, Eddy de Pretto se met en scène dans son appartement, filmé à son insu par un voisin très curieux. Une scénarisation voyeuriste pour une nouvelle sensation française. Dans son nouveau clip Grave, Eddy de Pretto se met en scène dans son appartement, filmé à son insu par un voisin très curieux. Une scénarisation voyeuriste pour une nouvelle sensation française.

867

Rosalía, la tornade flamenco-R’n’B adoubée par Pedro Almodóvar

Musique Ce n'est pas avec Rosalía que le réchauffement climatique va se calmer. Que ce soit dans ses clips, où elle danse avec passion, ou dans un album sidérant mariant R'n'B dans l'air du temps et tradition flamenco, elle incendie tout sur son passage. Pedro Almodóvar et Pharrell Williams ont déjà succombé. Le reste de la planète ne devrait pas tarder. Ce n'est pas avec Rosalía que le réchauffement climatique va se calmer. Que ce soit dans ses clips, où elle danse avec passion, ou dans un album sidérant mariant R'n'B dans l'air du temps et tradition flamenco, elle incendie tout sur son passage. Pedro Almodóvar et Pharrell Williams ont déjà succombé. Le reste de la planète ne devrait pas tarder.

“Fukk Sleep”, le nouveau clip borderline d’A$AP Rocky et FKA Twigs
850

“Fukk Sleep”, le nouveau clip borderline d’A$AP Rocky et FKA Twigs

Musique Tenues expérimentales et scénographie futuriste, le prince du hip-hop A$AP Rocky et l’interprète électro hip-hop FKA Twigs signent “Fukk Sleep”, un clip sexy et borderline.  Tenues expérimentales et scénographie futuriste, le prince du hip-hop A$AP Rocky et l’interprète électro hip-hop FKA Twigs signent “Fukk Sleep”, un clip sexy et borderline. 

“Mieux vaut mourir pour une noble cause que vivre en esclave” Neneh Cherry s'explique sur son nouvel album
884

“Mieux vaut mourir pour une noble cause que vivre en esclave” Neneh Cherry s'explique sur son nouvel album

Musique La chanteuse mythique de 7 Seconds et de Woman revient sur le devant de la scène avec un album magistral, revisitant ses influences trip-hop à coups d’electronica ultra contemporaine. La Suédoise installée à Londres interprète de magnifiques textes engagés, en écho au chaos du mond,e dont ces célèbres paroles du groupe de poètes et musiciens afro-américains des années 60 The Last Poets sur son titre Poem Daddy. La chanteuse mythique de 7 Seconds et de Woman revient sur le devant de la scène avec un album magistral, revisitant ses influences trip-hop à coups d’electronica ultra contemporaine. La Suédoise installée à Londres interprète de magnifiques textes engagés, en écho au chaos du mond,e dont ces célèbres paroles du groupe de poètes et musiciens afro-américains des années 60 The Last Poets sur son titre Poem Daddy.

“Only you” : le nouveau clip retro de Theophilus London et Tame Impala
850

“Only you” : le nouveau clip retro de Theophilus London et Tame Impala

Musique "Only you", le nouveau clip du rappeur américain Theophilus London et du groupe australien Tame Impala réinvente l’imagerie du tube funk de Steve Monite, illustre interprète nigerian des années 80. "Only you", le nouveau clip du rappeur américain Theophilus London et du groupe australien Tame Impala réinvente l’imagerie du tube funk de Steve Monite, illustre interprète nigerian des années 80.