Advertising
565

Rencontre avec Jagwar Ma, l'ovni musical de la rentrée

 

À l’occasion de la sortie de leur deuxième album “Every Now & Then“, Numéro a rencontré Jono Ma, producteur et musicien du groupe australien Jagwar Ma. Il se confie sur ce nouvel opus, véritable kaléidoscope musical aux sonorités pop psychédéliques.

Photo : Maclay Herlot

Numéro : Comment décririez-vous ce second album qui sort le 14 octobre ?

 

Jono Ma : “Every Now & Then“ est très dense, c’est une espèce de chaos organisé guidé par ces sonorités pop, où l’on alterne entre des morceaux fun et légers ou au contraire plus agressifs. Typiquement, ce désordre nous a permis des morceaux comme “Give Me A Reason“ ou Gab se met à scander des “Go to the left and right“ à la fin de la chanson de manière quasi comique. On trouve aussi cette légère vibe hip-hop notamment sur les percussions, influencée par des groupes comme The Avalanches, des albums comme “Paul’s Boutique“ des Beastie Boys et d’autres productions plus électro des Dust Brothers.

 

Comment est né le groupe ?

 

Gab [Gabriel Winterfield, le chanteur principal], Jack [Jack Frieman, le bassiste] et moi venons de la même scène musicale australienne. Nous gravitions tous dans ce même milieu à Sydney, chacun dans des groupes différents comme Lost Valentinos et The Wahas. À force de se croiser à des festivals, des soirées, nous nous sommes mis à faire quelques productions ensemble. Dans un premier temps seulement Gab et moi, ce qui a donné lieu à notre première chanson “Come save m“» puis c’est tout naturellement que “Howling“ notre premier album a suivi. Il y avait beaucoup moins d’enjeux à l’époque. Tout s’est fait de manière fluide et très naturelle et ça se ressent surement dans les titres.

 

 

 

La phase d’écriture s’est faite en Australie, puis nous avons passé 6 mois dans la vallée de la Loire pour l’enregistrement. Un ami y possède une maison totalement isolée.

Pour ce second album “Every Now & Then“, l’enjeu était beaucoup plus grand. Vous avez déjà été repéré. Cela a t’il eu un impact sur votre processus créatif  ?

 

Nous avons clairement dû prendre en compte ce facteur, mais c’est aussi la raison pour laquelle nous avons voulu réitérer le même processus de création que pour le premier album : la phase d’écriture s’est faite en Australie, puis nous avons passé 6 mois dans la vallée de la Loire pour l’enregistrement. Un ami possède cette maison totalement isolée, dans laquelle j’ai construit un studio où l’on a enregistré et bossé sur la plupart des titres. La question de la pression financière ne se posait pas vu que nous n’avions pas à louer un studio, nous étions totalement coupé du monde, dans un environment où l’on a pu se dédier totalement à la musique. 

 

Vous êtes réputés pour vos performances live, cela constitue l’une de vos forces en tant que groupe. S’il fallait choisir entre donner un concert lors d’un festival immense ou au contraire dans une salle confidentielle avec une vingtaine de personnes, que préférez-vous ?

 

Clairement, la partie live de notre musique est hyper importante. Nous tentons toujours d’improviser, de pouvoir donner une seconde vie, une nouvelle forme à une chanson. Mais le format assez rigide des festivals ne laisse pas une grande place à l’improvisation et même si l’énergie d’une telle masse de gens est incroyable, la connexion entre individus se fait moins, c’est plus abstrait. Donc je dirais dans une petite salle plus confidentielle, comme lorsque nous avons joué à la Flèche d’or, et que le public a envahi la scène, tout le monde se déchainait et dansait, c’était fou. 

Every Now & Then est très dense, c’est une espèce de chaos organisé guidé par ces sonorités pop.

 

Quels sont vos prochains projets ?

 

Dans l’immédiat, notre tournée continue et j’en profiterais sûrement pour constituer les premières ébauches de notre prochain album. J’ai un studio à Londres maintenant donc peut-être que nous enregistrerons là-bas ou pourquoi pas faire à Paris...

 

Every Now & Then (Pias) de Jagwar Ma. Disponible le 14 octobre 2016.

 

Propos recueillis par : Chloë Fage

Rosalía réinterprète la complainte de Chavela Vargas
847

Rosalía réinterprète la complainte de Chavela Vargas

Musique Après avoir dévoilé l’électrique “TKN” aux côtés de Travis Scott il y a de cela une semaine, la chanteuse catalane est de retour avec une version acoustique du célèbre thème “La Llorona” de Chavela Vargas. Rosalía avait déjà interprété ce titre sur le plateau du show télévisé mexicain “Se Agradece” le 31 mai dernier, en hommage au personnel soignant en première ligne durant la pandémie de la Covid-19. Pour l’occasion, une sélection d’artistes pour la plupart hispaniques, tels que Maluma, J. Balvin ou Ana Torroja, se sont joints à l’événement. Aujourd’hui le phénomène pop flamenco dévoile une interprétation acoustique déchirante du classique de la chanteuse mexicaine Chavela Vargas dans un décor épuré drapé d'azur. Après avoir dévoilé l’électrique “TKN” aux côtés de Travis Scott il y a de cela une semaine, la chanteuse catalane est de retour avec une version acoustique du célèbre thème “La Llorona” de Chavela Vargas. Rosalía avait déjà interprété ce titre sur le plateau du show télévisé mexicain “Se Agradece” le 31 mai dernier, en hommage au personnel soignant en première ligne durant la pandémie de la Covid-19. Pour l’occasion, une sélection d’artistes pour la plupart hispaniques, tels que Maluma, J. Balvin ou Ana Torroja, se sont joints à l’événement. Aujourd’hui le phénomène pop flamenco dévoile une interprétation acoustique déchirante du classique de la chanteuse mexicaine Chavela Vargas dans un décor épuré drapé d'azur.

The Blaze en live à 4000 mètres d’altitude
998

The Blaze en live à 4000 mètres d’altitude

Musique Digne héritier du projet londonien Boiler Room – qui diffuse les set de DJ en direct sur Internet –, les créateurs de Cercle ont vu encore plus loin en installant platines et sound system dans les lieux les plus improbables de la planète bleue. En 2016, les Français ont installé le DJ Mome entre les jambes d’acier de la tour Eiffel. Plus tard, ils parachutaient le multi-instrumentiste FKJ sur une plateforme effleurant la surface d’une eau miroitante dans le désert Salar d’Uyuni, au sud-ouest de la Bolivie. Cercle est devenu un média musical respecté, scruté par des labels désireux de voir leurs artistes exalter dans des lieux somptueux. C’est au tour du duo The Blaze, de jouer en direct de l’Aiguille du Midi, la plus haute des aiguilles de Chamonix culminant à 3 842 mètres sur le massif du Mont-Blanc. Digne héritier du projet londonien Boiler Room – qui diffuse les set de DJ en direct sur Internet –, les créateurs de Cercle ont vu encore plus loin en installant platines et sound system dans les lieux les plus improbables de la planète bleue. En 2016, les Français ont installé le DJ Mome entre les jambes d’acier de la tour Eiffel. Plus tard, ils parachutaient le multi-instrumentiste FKJ sur une plateforme effleurant la surface d’une eau miroitante dans le désert Salar d’Uyuni, au sud-ouest de la Bolivie. Cercle est devenu un média musical respecté, scruté par des labels désireux de voir leurs artistes exalter dans des lieux somptueux. C’est au tour du duo The Blaze, de jouer en direct de l’Aiguille du Midi, la plus haute des aiguilles de Chamonix culminant à 3 842 mètres sur le massif du Mont-Blanc.

Advertising
Lean Chihiro joue les Hello Kitty dans “To The Max”
154

Lean Chihiro joue les Hello Kitty dans “To The Max”

Musique En attendant la sortie de son tout premier EP “Teenage Humanoide” prévue pour le 28 août prochain, la jeune rappeuse française revient aujourd’hui avec un nouveau single “To The Max”. Baignée dans l’esthétique manga qui est sa marque de fabrique, Lean Chihiro se prête au japonais pour un titre rap girly aux allures kawaï. En attendant la sortie de son tout premier EP “Teenage Humanoide” prévue pour le 28 août prochain, la jeune rappeuse française revient aujourd’hui avec un nouveau single “To The Max”. Baignée dans l’esthétique manga qui est sa marque de fabrique, Lean Chihiro se prête au japonais pour un titre rap girly aux allures kawaï.

Frank Sinatra, le grand ami de la mafia américaine
320

Frank Sinatra, le grand ami de la mafia américaine

Musique Jusqu’au 31 juillet, Arte diffuse le documentaire “Frank Sinatra – Le crooner à la voix de velours”, qui retrace la vie tumultueuse du crooner le plus célèbre du XXe siècle. Véritable tombeur, Frank Sinatra est entré dans la légende. Fasciné par les gangsters depuis son plus jeune âge, le chanteur ne cesse, tout au long de sa vie, de s’afficher en compagnie des bandits les plus redoutés d’Amérique. Jusqu’au 31 juillet, Arte diffuse le documentaire “Frank Sinatra – Le crooner à la voix de velours”, qui retrace la vie tumultueuse du crooner le plus célèbre du XXe siècle. Véritable tombeur, Frank Sinatra est entré dans la légende. Fasciné par les gangsters depuis son plus jeune âge, le chanteur ne cesse, tout au long de sa vie, de s’afficher en compagnie des bandits les plus redoutés d’Amérique.

11 portraits de musiciens iconiques par Mark Seliger
143

11 portraits de musiciens iconiques par Mark Seliger

Photographie Mark Seliger est un incontournable du portrait. De ses débuts pour le magazine Rolling Stones, à GQ et Vanity Fair, en passant par ses séries personnelles, le photographe texan a réalisé des clichés iconiques au cours de sa carrière d'une trentaine d'années. Entre séries engagées où figurent Barack Obama, Nelson Mandela et Malala, portraits de célébrités, parmi lesquelles Billy Porter, Kim Kardashian ou Leonardo Di Caprio, Mark Seliger fera du portrait en noir et blanc sa signature. Le monde de la musique sera également mis à l'honneur, mettant en lumière les artistes les plus influents de leur temps. Tour d’horizon en 11 portraits de musiciens iconiques. Mark Seliger est un incontournable du portrait. De ses débuts pour le magazine Rolling Stones, à GQ et Vanity Fair, en passant par ses séries personnelles, le photographe texan a réalisé des clichés iconiques au cours de sa carrière d'une trentaine d'années. Entre séries engagées où figurent Barack Obama, Nelson Mandela et Malala, portraits de célébrités, parmi lesquelles Billy Porter, Kim Kardashian ou Leonardo Di Caprio, Mark Seliger fera du portrait en noir et blanc sa signature. Le monde de la musique sera également mis à l'honneur, mettant en lumière les artistes les plus influents de leur temps. Tour d’horizon en 11 portraits de musiciens iconiques.

La city pop: le trésor disco-funk oublié du Japon
406

La city pop: le trésor disco-funk oublié du Japon

Musique Dénigrée, ovationnée, oubliée puis ressuscitée… la “city pop” est définitivement inscrite au Panthéon de la musique, au même titre que le funk ou le disco. Remis au goût du jour à laube des années 2010, le genre prend racine au coeur du boom économique du Japon, à la fin des années 70. Aujourd'hui, il est une nouvelle fois mis en lumière grâce à une compilation de pépites que l'on croyait perdues à jamais.  Dénigrée, ovationnée, oubliée puis ressuscitée… la “city pop” est définitivement inscrite au Panthéon de la musique, au même titre que le funk ou le disco. Remis au goût du jour à laube des années 2010, le genre prend racine au coeur du boom économique du Japon, à la fin des années 70. Aujourd'hui, il est une nouvelle fois mis en lumière grâce à une compilation de pépites que l'on croyait perdues à jamais.