Advertising
565

Rencontre avec Jagwar Ma, l'ovni musical de la rentrée

 

À l’occasion de la sortie de leur deuxième album “Every Now & Then“, Numéro a rencontré Jono Ma, producteur et musicien du groupe australien Jagwar Ma. Il se confie sur ce nouvel opus, véritable kaléidoscope musical aux sonorités pop psychédéliques.

Photo : Maclay Herlot

Numéro : Comment décririez-vous ce second album qui sort le 14 octobre ?

 

Jono Ma : “Every Now & Then“ est très dense, c’est une espèce de chaos organisé guidé par ces sonorités pop, où l’on alterne entre des morceaux fun et légers ou au contraire plus agressifs. Typiquement, ce désordre nous a permis des morceaux comme “Give Me A Reason“ ou Gab se met à scander des “Go to the left and right“ à la fin de la chanson de manière quasi comique. On trouve aussi cette légère vibe hip-hop notamment sur les percussions, influencée par des groupes comme The Avalanches, des albums comme “Paul’s Boutique“ des Beastie Boys et d’autres productions plus électro des Dust Brothers.

 

Comment est né le groupe ?

 

Gab [Gabriel Winterfield, le chanteur principal], Jack [Jack Frieman, le bassiste] et moi venons de la même scène musicale australienne. Nous gravitions tous dans ce même milieu à Sydney, chacun dans des groupes différents comme Lost Valentinos et The Wahas. À force de se croiser à des festivals, des soirées, nous nous sommes mis à faire quelques productions ensemble. Dans un premier temps seulement Gab et moi, ce qui a donné lieu à notre première chanson “Come save m“» puis c’est tout naturellement que “Howling“ notre premier album a suivi. Il y avait beaucoup moins d’enjeux à l’époque. Tout s’est fait de manière fluide et très naturelle et ça se ressent surement dans les titres.

 

 

 

La phase d’écriture s’est faite en Australie, puis nous avons passé 6 mois dans la vallée de la Loire pour l’enregistrement. Un ami y possède une maison totalement isolée.

Pour ce second album “Every Now & Then“, l’enjeu était beaucoup plus grand. Vous avez déjà été repéré. Cela a t’il eu un impact sur votre processus créatif  ?

 

Nous avons clairement dû prendre en compte ce facteur, mais c’est aussi la raison pour laquelle nous avons voulu réitérer le même processus de création que pour le premier album : la phase d’écriture s’est faite en Australie, puis nous avons passé 6 mois dans la vallée de la Loire pour l’enregistrement. Un ami possède cette maison totalement isolée, dans laquelle j’ai construit un studio où l’on a enregistré et bossé sur la plupart des titres. La question de la pression financière ne se posait pas vu que nous n’avions pas à louer un studio, nous étions totalement coupé du monde, dans un environment où l’on a pu se dédier totalement à la musique. 

 

Vous êtes réputés pour vos performances live, cela constitue l’une de vos forces en tant que groupe. S’il fallait choisir entre donner un concert lors d’un festival immense ou au contraire dans une salle confidentielle avec une vingtaine de personnes, que préférez-vous ?

 

Clairement, la partie live de notre musique est hyper importante. Nous tentons toujours d’improviser, de pouvoir donner une seconde vie, une nouvelle forme à une chanson. Mais le format assez rigide des festivals ne laisse pas une grande place à l’improvisation et même si l’énergie d’une telle masse de gens est incroyable, la connexion entre individus se fait moins, c’est plus abstrait. Donc je dirais dans une petite salle plus confidentielle, comme lorsque nous avons joué à la Flèche d’or, et que le public a envahi la scène, tout le monde se déchainait et dansait, c’était fou. 

Every Now & Then est très dense, c’est une espèce de chaos organisé guidé par ces sonorités pop.

 

Quels sont vos prochains projets ?

 

Dans l’immédiat, notre tournée continue et j’en profiterais sûrement pour constituer les premières ébauches de notre prochain album. J’ai un studio à Londres maintenant donc peut-être que nous enregistrerons là-bas ou pourquoi pas faire à Paris...

 

Every Now & Then (Pias) de Jagwar Ma. Disponible le 14 octobre 2016.

 

Propos recueillis par : Chloë Fage

Angèle parodie la pub dans son nouveau clip
768

Angèle parodie la pub dans son nouveau clip

Musique Après un premier album triple disque de platine, la belle chanteuse belge dévoile “Brol, la suite”, réédition de son album qui inclue 7 titres inédits. En attendant Angèle, parodie les publicités télé avec humour dans son nouveau clip “Oui ou Non”. Après un premier album triple disque de platine, la belle chanteuse belge dévoile “Brol, la suite”, réédition de son album qui inclue 7 titres inédits. En attendant Angèle, parodie les publicités télé avec humour dans son nouveau clip “Oui ou Non”.

Des favelas à Drake : brève histoire du genre baile funk
786

Des favelas à Drake : brève histoire du genre baile funk

Musique Sorti en mai dernier et remixé par Drake il y a quelques jours, le morceau “Ela É do Tipo” du chanteur brésilien Kevin O Chris est emblématique du baile funk et cartonne sur Internet. Focus sur ce genre musical qui vient tout droit du Brésil. Sorti en mai dernier et remixé par Drake il y a quelques jours, le morceau “Ela É do Tipo” du chanteur brésilien Kevin O Chris est emblématique du baile funk et cartonne sur Internet. Focus sur ce genre musical qui vient tout droit du Brésil.

Advertising
Revivez le live époustouflant de Christine and the Queens à la salle Pleyel
469

Revivez le live époustouflant de Christine and the Queens à la salle Pleyel

Musique Le week-end dernier à Paris, Christine and the Queens surprenait le public du festival Pitchfork en rejoignant Charli XCX sur scène, pour interpréter leur sulfureux duo “Gone”. Aujourd’hui, la chanteuse française dévoile la vidéo de son concert enregistré en intégralité à la salle Pleyel il y a bientôt un an. L’occasion de revivre ce live exceptionnel très chorégraphié. Le week-end dernier à Paris, Christine and the Queens surprenait le public du festival Pitchfork en rejoignant Charli XCX sur scène, pour interpréter leur sulfureux duo “Gone”. Aujourd’hui, la chanteuse française dévoile la vidéo de son concert enregistré en intégralité à la salle Pleyel il y a bientôt un an. L’occasion de revivre ce live exceptionnel très chorégraphié.

Frank Ocean dévoile un enregistrement mystérieux
768

Frank Ocean dévoile un enregistrement mystérieux

Musique Dévoilé à l’occasion de son émission “Blonded radio” sur la station Beats 1, “Little Demon” est le nouveau single de Frank Ocean en collaboration avec le rappeur britannique Skepta. Lors de la troisième édition des soirées PrEP+ de Frank Ocean à New York, soirée d’Halloween co-animée par le Vénézuélien Arca, un réalisateur artistique de musique électronique, “Little Demon”  est remixé par ce dernier alors que les deux artistes performent en live. Cris de foule et larsen de micro : le titre semble étrangement être l'enregistrement même de ce live inattendu. Le morceau est d’ores et déjà disponible en précommande vinyle sur le site web de Frank Ocean. Dévoilé à l’occasion de son émission “Blonded radio” sur la station Beats 1, “Little Demon” est le nouveau single de Frank Ocean en collaboration avec le rappeur britannique Skepta. Lors de la troisième édition des soirées PrEP+ de Frank Ocean à New York, soirée d’Halloween co-animée par le Vénézuélien Arca, un réalisateur artistique de musique électronique, “Little Demon”  est remixé par ce dernier alors que les deux artistes performent en live. Cris de foule et larsen de micro : le titre semble étrangement être l'enregistrement même de ce live inattendu. Le morceau est d’ores et déjà disponible en précommande vinyle sur le site web de Frank Ocean.

George Michael : un morceau d’outre-tombe pour Noël
886

George Michael : un morceau d’outre-tombe pour Noël

Musique Trois ans après la disparition du leader de Wham!, un titre inédit refait surface: “This Is How” fait partie de la bande originale du prochain long-métrage de Paul Feig, “Last Christmas”, une romance de fin d’année dont le scénario a été confié à Emma Thompson. Découvrez la chanson inédite de George Michael. Trois ans après la disparition du leader de Wham!, un titre inédit refait surface: “This Is How” fait partie de la bande originale du prochain long-métrage de Paul Feig, “Last Christmas”, une romance de fin d’année dont le scénario a été confié à Emma Thompson. Découvrez la chanson inédite de George Michael.

Le sample : langage génial ou pillage en règle ?
776

Le sample : langage génial ou pillage en règle ?

Musique Lorsqu’une affaire de plagiat éclate, le public s’offusque et regrette le temps béni où les artistes étaient inspirés… alors que tout le monde sample. Cette pratique universelle consiste à utiliser des extraits musicaux préexistants pour créer une nouvelle œuvre. Dissection d’une technique controversée, entre riffs de basse, vide juridique et orgasme d’une milliardaire. Lorsqu’une affaire de plagiat éclate, le public s’offusque et regrette le temps béni où les artistes étaient inspirés… alors que tout le monde sample. Cette pratique universelle consiste à utiliser des extraits musicaux préexistants pour créer une nouvelle œuvre. Dissection d’une technique controversée, entre riffs de basse, vide juridique et orgasme d’une milliardaire.



Advertising