Trois ans plus tard, on retrouve Låpsley avec son nouvel EP These Elements, revenant en quatre puissants titres sur les sentiments et pensées qui l’ont traversée ces dernières années. Empreint de nostalgie, son premier extrait My Love Was Like The Rain dévoilé il y a plus d’un mois sonne comme une revanche sur une relation amoureuse destructrice. Låpsley y raconte comment son amour fut comparé aux éléments naturels, de la pluie déferlante à la rose épineuse : “So I embodied these éléments / I wear them like a fragrance” (“Donc j’ai incarné ces éléments / Je les porte sur moi comme un parfum”), déclame-t-elle, se les réappropriant avec détermination. Dans son clip réalisé par Camille Summers-Valli, des jeunes hommes se maintiennent en apnée dans le fond d’une piscine pendant que la chanteuse se joint à une foule en folie dans un décor stroboscopique, où elle semble fusionner avec la foudre qui zèbre le ciel. Plus loin avec Ligne 3, le troisième morceau de l'EP, sa voix se décuple si bien qu’on croirait l’entendre chanter en trio avec elle-même, tandis que le titre final Drowning synthétise parfaitement la mélancolie rythmée de sa musique. 

 

Immortalisée par la photographe britannique Maisie Cousins, qui a récemment tiré le portrait de Björk ou encore d’Anna Calvi pour son dernier album, la couverture de These Elements cadre un gros plan sur les yeux bleu-vert de Låpsley, plongés dans le vide. Une image qui, comme les quatre chansons de ce nouvel EP, nous invite à s’y noyer. 

 

Låspley, These Elements (EP), sortie le 6 décembre chez XL Recordings.
En concert le 29 janvier 2020 à la Boule Noire.