Incursion au cœur de l’époque de Jeanne d’Arc : à une semaine de la sortie de son quatorzième album, le nouveau clip de Madonna nous transporte en plein XVe siècle, où le rappeur américain Mykki Blanco tient le premier rôle. En avril dernier, la reine de la pop annonçait par un teaser intrigant l’univers de son futur opus Madame X. Telle un caméléon, l’artiste s’y présentait en figure aux identités multiples, tantôt professeure autoritaire, tantôt star du cirque, tantôt actrice des années 20. Dans Dark Ballet, elle se réincarne en figure de sainteté endeuillée contemplant le destin tragique de la pucelle d’Orléans.

 

Face à cette proposition théâtrale, on pense à l’éminent clip de Like a Prayer (1989), où la chanteuse libérait un Christ noir avant de danser devant des croix enflammées. Dans cette vidéo culte, l’artiste révélait son goût pour l’imagerie catholique dont elle s’est, depuis, très souvent inspirée. Pour le quatrième clip extrait de son nouvel album, Madonna renoue avec cette esthétique et puise dans l’histoire de France en célébrant Jeanne d’Arc, cheffe de guerre héroïque capturée par les Bourguignons puis vendue aux Anglais, qui la condamneront à être brûlée au bûcher. Pour incarner cette figure sacrificielle, la chanteuse a fait appel à l’icône queer engagée du hip-hop Mykki Blanco, qui incarne ici cette martyre. Un choix pertinent puisque cet artiste androgyne subversif, connu pour son activisme au sein de la communauté LGBT, rencontre alors Jeanne d'Arc et sa marginalité. 

 

L’épopée vidéo de Dark Ballet a été confiée à Emmanuel Adjei, connu notamment pour avoir réalisé plusieurs clips de l’artiste irano-néerlandaise Sevdaliza. Mais malgré l'ambition visuelle, la musique peine à s’élever au niveau de la proposition du clip qui semble officier tel un cache-misère. Effacée derrière l’autotune, la voix de la Madone s’y trouve totalement désincarnée dans un titre anecdotique. Espérons alors que les autres titres de Madame X, dévoilés le 14 juin prochain, nous réserveront une meilleure surprise.