231


Commandez-le
Numéro
28 Madonna

Sexe, pole dance et blasphèmes... Madonna en 5 scandales

Musique

L'infatigable Madonna, 63 ans, vient de sortir une compilation de ses meilleurs remix, Finally Enough Love. L'occasion de revenir sur les plus grands coups d'éclat et provocations de la part de celle qui a ouvert la voie à Rihanna, Beyoncé, Britney Spears, Anitta ou encore Cardi B.

1. Un Like a Virgin tout sauf virginal


En 1984, Madonna va devenir responsable de l'éveil au désir de nombreux adolescents de l'époque. Lors de la toute première cérémonie des MTV Video Music Awards, la jeune artiste de 26 ans chante son tube Like a Virgin mais pas vraiment d'une façon aussi innocente que le titre le laisserait présager. Déguisée en mariée et arborant une ceinture ornée des mots "boy toy" ("jouet pour garçon") elle sort d'un gâteau géant avant de se déhancher lascivement. Le climax de sa prestation très érotique et soi-disant improvisée ? Lorsque Louise Ciccone (le vrai nom de la chanteuse) décide de se rouler sur le sol tout en dévoilant ses sous-vêtements. Une position qui évoque la masturbation et avec laquelle Madonna, puissante, affirme que le sex appeal triomphant n'est pas l’apanage des hommes (Elvis Presley, George Michael, Michael Jackson, Prince).

2. Des dessous iconiques


Il n'y a pas que les corsets coniques et iconiques de Jean Paul Gaultier qui ont marqué les esprits. D'autres histoires de dessous ayant appartenu à Madonna ont aussi enflammé la scène. En 1987, au parc de Sceaux, dans la banlieue parisienne, Jacques Chirac, alors maire de la capitale et fan de l'interprète d'Holiday (1983), assiste au concert de la star. Or cette dernière sait que le futur président français a un faible pour elle. Elle décide donc de lancer sa culotte en résille dans le public, pile dans sa direction. L'artiste ayant parfaitement visé, Jacques Chirac aurait réceptionné le présent sur ses genoux. Peu après, l'histoire continua puisque que lorsque Madonna se rendit à l'hôtel de Ville de Paris pour délivrer un chèque de 500 000 francs à l'association Line, présidée par Line Renaud, elle fut embrassée tendrement par Jacques Chirac. Une accolade qui fit jaser les tabloïds et les fans, comblés de pouvoir broder sur une liaison entre les deux personnalités, façon Marilyn Monroe et John F. Kennedy.

3. Des mises en scènes jugées blasphématoires


Dans le clip de Like a Prayer (1989), la chanteuse qui a grandi, au Michigan, dans une famille catholique d'origine italienne, arbore une robe à bretelles pas vraiment catholique et provoque une vaste polémique. Elle mélange en effet une sensualité effervescente à de nombreux symboles religieux (église, cierges, chœur gospel, croix). Un cocktail esthétique jugé blasphématoire par certains, surtout que Madonna caresse dans la vidéo un Christ noir et qu'elle danse devant des croix en feu, évoquant les drames perpétrés par le Ku Klux Klan. Le Vatican et plusieurs associations religieuses ont fait savoir leur colère à propos des audaces sans limite de la madone. Ce qui n'a jamais calmé celle qui porte fièrement le nom de la mère de Jésus. Plus tard, en 2006, lors de sa tournée "Confessions", la star apparaîtra crucifiée et coiffée d'une couronne d'épines, bien avant que Kendrick Lamar arbore également une couronne (signée Tiffany & Co.). Madonna, qui rêvait de devenir bonne sœur, enfant, a aussi mis en scène des danseuses vêtues en religieuses et des barres de pole dance en forme de croix pendant le "Rebel Heart Tour" (2015-1016). Rebelle un jour, rebelle toujours.

4. Une collection de fantasmes très esthétique


Dans le sublime clip de Justify My Love, réalisé par Jean-Baptiste Mondino, proche collaborateur de Numéro, en 1990 et censuré par MTV, Madonna se livre, dans un noir et blanc léché, à de multiples fantasmes. Pratiques SM, flirts avec différents partenaires, références sexplicites à la prostitution... Rien ne semble interdit dans cette collection de scènes érotiques filmées dans l'intimité d'une chambre d'hôtel du Royal Monceau à Paris. Ce qui ajoute encore un parfum de scandale à cette vidéo légendaire, c'est la rumeur selon laquelle les limites entre le jeu de rôles et la réalité étaient fines. Dans le clip, Madonna embrasse notamment l'acteur et mannequin Tony Ward, son petit ami du moment. Et l'alchimie s'avère torride.

5. Un livre sulfureux et avant-gardiste


En 1992, Madonna décide d'aller jusqu'au bout de tous ses fantasmes et de ses ambitions en publiant un livre de photos signées Steven Meisel. Intitulé Sex, l'ouvrage, qui accompagne son album Erotica, fait figure de pionnier puisqu'il annonce la tendance porno-chic et ouvre la voix à des projets visuels audacieux comme le Lemonade (2016) de Beyoncé. Entre scènes queer, pratiques SM et orgies, Madonna donne vie à ce qui demeure pour la plupart des mortels de simples concepts, tout en luttant contre de nombreux préjugés et perceptions étriquées. Entourée par Naomi Campbell, l'actrice Isabella Rossellini, le rappeur Vanilla Ice ou encore la star du porno Joey Stefano sur les clichés, elle va très loin dans les propositions érotiques, jusqu'à effrayer sa maison de disques, Warner. En cause, certains clichés "blasphématoires" comme celui où Madonna est attachée sur une table en forme de croix. Sorti en édition limitée, le livre circule aujourd'hui à prix d'or sur le web mais vaut largement l'investissement.


Finally Enough Love (2022), disponible en streaming sur toutes les plateformes. La version CD et vinyle sortira le 19 août 2022.