47


Commandez-le
Numéro
14

Rencontre avec Mahaut Mondino, étoile montante d'un R'n'B hybride

MUSIQUE

Mahaut Mondino alias Mahaut n’est pas seulement la fille du célèbre photographe Jean-Baptiste Mondino. En quelques années, l’artiste à la voix de velours s’est imposée comme une auteure-compositrice-interprète magnétique, capable de concevoir des tubes de pop-R’n’B viscéraux et envoûtants, dignes des grandes stars anglo-saxonnes du genre. 

  • Mahaut photographiée par Jean-Baptiste Mondino.

  • Image tirée du clip Temper Tantrum de Mahaut © Amega.

  • Image tirée du clip Temper Tantrum de Mahaut © Amega.

1/3

Le prénom Mahaut, d’ascendance germanique et d’origine médiévale, signifie “puissante au combat”. Un nom qui va comme un gant à la chanteuse Mahaut Mondino, qui a décidé de se faire appeler Mahaut. Fille du célèbre photographe de mode et vidéaste Jean-Baptiste Mondino et de Friquette Thévenet, la Parisienne de 31 ans est devenue auteure-compositrice- interprète comme on entre en religion. 

 

Mahaut Mondino, chanteuse R'n'B à la voix puissante 

 

Passionnée, elle a commencé à écrire ses premiers titres et à chanter adolescente. À 17 ans, elle compose la musique de publicités, notamment pour Cacharel, coécrivant une chanson avec Mirwais, ex-membre du groupe culte Taxi Girl et collaborateur de Madonna. La musique à l’image est traditionnellement un milieu d’“hommes”, mais Mahaut, qui a suivi des études d’ingénieure du son, est une guerrière. Farouchement indépendante, elle a même décidé de s’autoproduire. 

 

C’est en 2014 que le monde découvre Mahaut, dans le magnifique clip de son bien nommé Voodoo Me. Sur des sonorités à la fois pop, R’n’B et électro, sa voix puissante, entre chant magnétique et feulements, ensorcelle au rythme de ses déhanchés sensuels. Vêtue d’une minijupe et d’un haut en cuir noir signés Azzedine Alaïa, elle ondule de manière hypnotique en s’inspirant des dancehall queens, ces danseuses charismatiques qui embrasent les soirées des ghettos jamaïquains.

Mahaut - Temper Tantrum (2023).

Mahaut marche sur les pas de Rihanna et de FKA twigs

 

Une star est née, badass, excentrique, provocante et unique, et les comparaisons flatteuses pleuvent : Rihanna, Lauryn Hill, FKA twigs... Influencée par Aretha Franklin, Al Green ou encore Prince, Mahaut invente un univers sonore qui n’a pas de frontières. 

 

Adepte du syncrétisme, elle flirte autant avec le dancehall et le reggae qu’avec Bollywood. Et puise dans ses voyages : États-Unis, Inde, Bahamas. En découlent des chansons – en anglais – aventureuses, excentriques et avant- gardistes, collectionnées sur un premier EP intitulé Mahaut Mondino, sorti en 2015. Un an plus tard, suit Summertime, un titre envoûtant mêlant electronica et blues réalisé avec Dave Stewart, le producteur d’Eurythmics. 

Mahaut - Voodoo Me (2014).

Temper Tantrum, le morceau hédoniste de Mahaut Mondino alias Mahaut

 

Puis Mahaut, qui a dû vaincre sa timidité pour devenir une étoile de la pop, fait une pause. “Traverser des déserts et nager à contre-courant, ça fatigue mais ça muscle.” L’artiste confie avoir pris des chemins de traverse : “J’ai beaucoup flâné... travaillé ma tête et mon corps. Mon évolution musicale va vers quelque chose de plus simple et clair. Une voix de velours dans un corps de fer.” [Rires.] 

 

Cet été, c’est avec un tube instantané, l’hédoniste Temper Tantrum, entre “soul électrique et punk mélancolique”, que l’artiste revient. Un titre invitant au lâcher-prise, inspiré par “une envie de franc-parler et de m’amuser de mon époque, d’où le titre Temper Tantrum, les mots anglais qui désignent ces ‘crises de colère’ que piquent les enfants”. 

 

Dans le clip jouissif qui l’accompagne, Mahaut – qui vient d’enregistrer un nouveau mini album encore inédit –, danse avec sensualité, librement, face à la caméra. Elle explique : “J’avais en tête une vidéo décomplexée et joueuse, sur fond blanc, sans artifice. Je voulais prendre le contre- pied de tout ce qu’on peut voir de trop travaillé et truffé de concepts, qui pourrait virer au vulgaire. Finalement, c’est peut-être en en faisant moins qu’on en dit le plus...” 

 

Temper Tantrum (2023) de Mahaut, disponible.