231


Commandez-le
Numéro
02 Rencontre avec Mahmood et Blanco, le duo italien qui défend l'amour sous toutes ses formes

Rencontre avec Mahmood et Blanco, le duo italien qui défend l'amour sous toutes ses formes

Musique

Affichant aujourd'hui près de 60 millions de vues sur YouTube, leur chanson Brividi (frissons en italien) évoque une romance passionnée. Avec elle, les charismatiques Mahmood et Blanco ont défendu les couleurs de l’Italie au concours Eurovision, qui s'est tenu du 10 au 14 mai à Turin. Le duo qui incarne une masculinité délicate très contemporaine, misait sur l’émotion lors d'une performance qui a fait vibrer la corde sensible du jury. Le duo s'est ainsi hissé à la sixième place de la compétition remportée par l'Ukraine. 

© Bogdan “Chilldays” Plakov © Bogdan “Chilldays” Plakov
© Bogdan “Chilldays” Plakov

Spectacle télévisuel grand public, le concours Eurovision a longtemps été un équivalent déprimant des soirées d’élection de Miss France : un moment où se rassembler derrière un kitsch rassurant, des esthétiques d’arrière-garde, le tout sur fond de “variétoche” du pire acabit. En 2014, une première lueur d’espoir arrivait sous les traits de l’Autrichienne Conchita Wurst – la drag-queen rapidement surnommée “la femme à barbe” – qui remportait le concours et défilait plus tard pour Jean Paul Gaultier. Cinq ans plus tard, en 2019, la France était à son tour représentée lors de la finale, à Tel-Aviv, par Bilal Hassani, jeune artiste queer et idole des adolescents, plébiscitée via les réseaux sociaux. En effet, la nouvelle économie de diffusion de la musique, qui passe par ces réseaux et par les plateformes de streaming, a littéralement donné voix au chapitre à une immense quantité d’artistes qui communiquent directement avec leur public. Les nouvelles générations produisent des codes esthétiques, des préoccupations, des identités et des expressions de genre qui se reflètent désormais jusque dans les profils des candidats à l’Eurovision.

 

C’est ainsi que l’édition 2022, qui a eu lieu en mai à Turin, a notamment mis en exergue le duo constitué de Mahmood et Blanco. Lors du festival de la chanson de San Remo, début février, qui permet traditionnellement de sélectionner l’artiste ou les artistes qui représenteront l’Italie, leur performance avait offert un moment de beauté et de grâce absolues autour de leur titre Brividi [“frissons” en français]. Sur scène, Mahmood (29 ans), habillé par Prada, et Blanco (19 ans), par Valentino, incarnaient avec une intensité et une sensibilité inouïes toutes les nuances d’une histoire d’amour toxique. “Cette chanson parle de nos expériences, de nos sentiments et de nos peurs, nous expliquent les deux chanteurs. En réalité, elle est née d’un pur hasard. L’été dernier, nous nous sommes retrouvés dans le studio du producteur Michelangelo. Il jouait du piano et le refrain de Brividi est arrivé grâce à une fausse note. Nous avons ensuite composé les couplets séparément pendant le reste de l’été. Puis lorsque nous avons joué la chanson pour la première fois devant nos parents respectifs, ils nous ont dit de façon unanime : vous devez la présenter à San Remo.”

© Bogdan “Chilldays” Plakov © Bogdan “Chilldays” Plakov
© Bogdan “Chilldays” Plakov

Il y a trois ans déjà, en 2019, c’est lors de ce même festival que le potentiel de Mahmood a explosé au grand jour. Avec sa chanson Soldi, à rebours des canons lourdingues de la variété italienne, Alessandro Mahmoud de son vrai nom (né d’une mère sarde et d’un père égyptien), logiquement, n’aurait jamais dû triompher. Il provoquera pourtant un véritable raz-de-marée et une révolution dans ce festival plutôt traditionnel. Depuis, le chanteur n’a cessé de peaufiner son élégance discrète et son chant maîtrisé, nuancé, empruntant parfois à la culture arabe de son père, qu’il pose sur des productions inspirées des musiques urbaines contemporaines, twistées dans la direction d’une pop sophistiquée. Affichant dans ses morceaux, comme dans ses attitudes, une vulnérabilité assumée qui tranche radicalement avec les stéréotypes virils italiens, Mahmood prend cependant grand soin de ne pas revendiquer une quelconque étiquette ou une identité sexuelle que le public aimerait souvent lui associer, allant jusqu’à rétorquer que le simple fait de l’interroger à ce sujet est en soi une attitude discriminante et homophobe.

 

 

La mode me passionne, explique le chanteur. C’est un art qui se combine parfaitement avec ma musique. J’y vois une autre façon de m’exprimer et de promouvoir la liberté”

 

 

Blanco, de son vrai nom Riccardo Fabbriconi, s’est fait repérer sur Soundcloud en 2020. En deux ans de présence active dans l’industrie musicale, il collectionne déjà les disques de platine et les collaborations avec les rappeurs italiens les plus en vue, parmi lesquels l’incontournable Sfera Ebbasta, qui a également cosigné un titre avec Mahmood. L’un et l’autre chantent en italien – et c’est dans cette langue que les hits de Mahmood ont dépassé les frontières de son pays pour conquérir le monde, aujourd’hui décidément plus ouvert à la diversité et à l’authenticité des expressions culturelles. L’un et l’autre incarnent une fluidité et une subtilité très contemporaines, tant dans leurs productions musicales que dans leur masculinité sensible. Et si, avec Brividi, ils incarnent une romance passionnée et destructrice, c’est dans leur complicité que s’enracine la justesse émotionnelle de leur interprétation : “Malgré notre différence d’âge, une forte amitié nous lie, nous sommes toujours prêts à nous écouter l’un l’autre, à nous conseiller, et l’expérience que nous vivons avec ce duo nous apporte de nombreux enseignements, nous encourage à sortir encore davantage des sentiers battus. Tout ce que nous avons fait sur scène, à San Remo, était le résultat de choix instinctifs, spontanés. Nous ne nous sommes pas placés d’un point de vue politique. Pour les nouvelles générations, il est naturel de s’exprimer de façon plus libre, et l’encouragement à la liberté est le message sous-jacent de notre chanson.”

Même sans message politique ni revendication, le triomphe de Mahmood et Blanco est une bonne nouvelle dans un pays où de fortes crispations demeurent autour de la réécriture des rôles genrés traditionnels. Au-delà de ces questions, les deux artistes savourent leur succès et se réjouissent de représenter l’Italie lors de cette édition qui se tiendra justement dans leur pays. Leur beauté les destine également à une romance de longue durée avec la mode. Sur ce territoire encore nouveau pour lui, Blanco nous explique vouloir transmettre sa propre identité “avec un élément étrange ou qui crée un contraste”. Mahmood, pour sa part, défilait en mars sur le podium de Burberry à Londres. Le directeur artistique de la maison, Riccardo Tisci, l’accompagne déjà depuis plusieurs années : “La mode me passionne, explique le chanteur. C’est un art qui se combine parfaitement avec ma musique. J’y vois une autre façon de m’exprimer et de promouvoir la liberté.” Il est bien certain que la question de la liberté, sous toutes ses coutures, est au cœur des préoccupations du jeune artiste qui a entamé sa tournée européenne le 23 avril dernier dans un lieu hautement symbolique : le Bataclan. Avant de rallier Turin pour livrer, aux côtés de son partenaire Blanco, une nouvelle performance qui a fait frissonner des centaines de millions de personnes.

 

Brividi (2022) de Mahmood et Blanco, disponible sur toutes les plateformes.