Miley Cyrus ne cache pas son féminisme et son engagement pour les droits de la communauté LGBT+ (dont elle fait partie). Dans le clip qui accompagne la chanson Mother’s Daughter, elle célèbre la diversité des corps féminins, des femmes blanches cisgenres comme sa mère aux femmes afro-américaines transgenres en fauteil roulant, en passant par des femmes en surpoids. Appareils dentaires, tatouages ou chirurgie esthétique n’enlèvent rien à la féminité des artistes qui apparaissent dans le clip. Fières, la petite fille noire costumée en super-héroïne tout comme la mère allaitant son bébé n’hésitent pas à défier la caméra du regard.

 

Pour Mother’s Daughter, Miley Cyrus reprend des symboles et slogans du féminisme. Elle met ainsi en scène des femmes, torse nu, avec des messages peints sur le corps (“I am free” soit “je suis libre”) à l’image des actions de l’association FEMEN. Elle rend aussi hommage au mouvement musical féministe des Riot grrrls des années 1990, le punk rock de Bikini Kill. Elle prône la liberté d’assumer son corps et d’en disposer comme on le souhaite. “Ne déconne pas avec ma liberté” chante-t-elle dans une combinaison en latex rouge avant d’enlacer lascivement la mannequin Vendela. Alors que de nombreux politiciens des États-Unis cherchent à passer des lois pour restreindre le droit à l’avortement, Miley Cyrus disperse des messages féministes dans sa vidéo comme “mon corps, mes règles”, refrain de la lutte pour le droit à l’IVG, ou encore “pas un objet”.