234


Commandez-le
Numéro
09 PinkPantheress

Rencontre avec PinkPantheress, le phénomène TikTok adulé par Billie Eilish et Lil Nas X

Musique

À 20 ans, l’Anglaise PinkPantheress a séduit les pointures de l’industrie musicale, dont Billie Eilish, Lil Nas X et Lizzo, avec son mix de drum’n’bass, de jungle et de garage très influencé par les années 90 et 2000. Elle a aussi récolté des millions de vues sur TikTok et YouTube, se hissant peu à peu en bande-son idéale de la Gen Z. Rencontre avec une jeune artiste aussi paradoxale que phénoménale, qui cultive le mystère pour s'inscrire en décalage total avec les plateformes qui ont fait son succès.

La chanteuse et productrice anglaise âgée de 20 ans PinkPantheress a 1 million de fans sur son compte TikTok. Plus de 2 millions de personnes ont utilisé sa chanson électro mélancolique Just for Me sur ce même réseau social et le morceau cumule 23 millions de vues sur YouTube. Billie Eilish, Lil Nas X, Grimes, Charli XCX, Lizzo et l’influenceuse Charli d’Amelio lui ont déclaré leur flamme. Et Marc Jacobs l’a choisie pour poser pour son label Heaven. Pourtant, la Londonienne originaire de Bath n’affiche que six photos sur Instagram, refuse de dévoiler son vrai nom et quand on arrive à caler une interview avec elle (elle n’accorde que peu d’entretiens à la presse), l’idole musicale de la Gen Z laisse la caméra éteinte sur l'application Zoom.

 

Avec une voix timide et un ton détaché, presque absent, l’étudiante en cinéma dans une université de Londres livre au compte-goutte des bribes d’informations laconiques. On a par moments la désagréable impression de lui arracher des réponses telles des épines dans une plaie encore fraîche. Celle qui chantait à ses débuts allongée dans sa chambre, par manque de confiance en elle, ne semble pas beaucoup aimer communiquer ou s'expliquer. Elle avoue : "je veux laisser parler ma musique pour moi, plutôt qu'attirer l’attention sur ma personne. J’aime l’intimité, que les gens ne ne regardent pas."

Pêle-mêle, la Britannique nous confie : "j’aime les films d’horreur, les choses sombres" ; "j’apprécie qu’il y ait un contraste, un oxymore entre des paroles tristes et une musique dansante" ; "mes paroles viennent de choses que j’ai lues dans des livres, ado ou que j’ai vues dans des films." Autant dire qu’il faudra plutôt se tourner vers les paroles de la première mixtape de la jeune artiste sortie en octobre, To Hell with it, si on veut en savoir plus sur elle. PinkPantheress, fille d’une soignante d’origine kényane et d’un universitaire installé aux États-Unis, y parle surtout d’histoires d’amour contrariées comme si elle avait extrait des lignes de ses journaux intimes pour les transformer en hymnes d'une génération.

 

Mixant la drum and bass, la jungle et le garage à une esthétique pop-punk gothique, la musicienne semble obsédée par les années 90 et 2000. PinkPantheress a débué dans la musique à 14 ans, officiant dans un groupe de rock reprenant des tubes de la formation américaine My Chemical Romance. À 17 ans, elle commence à produire ses propres morceaux sur le logiciel GarageBand. La jeune fille produit des chansons comme on épinglerait de belles images sur Pinterest, en jouant à fond la carte de la nostalgie. On y entend un peu de tout en termes de genres musicaux et beaucoup de samples issus de la dance des nineties. Concernant ses influences, la "panthère rose" cite Lily Allen, Michael Jackson, la K-pop, Paramore, Blink-182, Good Charlotte, Green Day, Panic! at the Disco ou encore Linkin Park.

 

Mais ses chansons émotionnelles et accrocheuses ressemblent plus à un mix entre Clairo, Erika de Casier et TLC qu'au rock pour adolescents qu'elle affectionne. Si les mélodies et la voix de PinkPantheress s'avèrent envoûtantes, l'artiste doit aujourd'hui parvenir à sortir les griffes et à affronter sa timidité afin de défendre au mieux ses morceaux sur scène et dans ses clips. Délaissant tout juste la pénombre de sa chambre tapissée de photos de Dracula, de Jean-Paul Goude et d'Oasis pour donner quelques concerts, la productrice aux airs de geek ne dégage en effet pour l'instant pas le charisme d'une Billie Eilish ou d'une Grimes, ses premières fans. Reste que son art de la composition, son univers ténébreux et son charme DIY nous laisse espérer une durée de vie du phénomène PinkPantheress bien plus longue qu'un challenge TikTok à la mode...    

 

To Hell with it de PinkPantheress, [Parlophone/Elektra/Warner], disponible sur toutes les plateformes.