358

Prequell, une révélation musicale

 

Entre musique électronique et orchestration classique, Prequell s'impose comme l'une des révélations françaises de 2015 avec son style organique et puissant. Rencontre.

Les cinq premiers morceaux que propose le Français Prequell avec son premier EP sorti en septembre, sont comme cinq comètes sillonnant la Galaxie, chacune à son allure, guerrière, paisible, furieuse ou sereine. Chacune n’est qu’émotion pure – peur, angoisse, désir, joie –, incarnée dans des envolées galactiques mêlant musique électronique et orchestration classique, tambours, cordes, guitares électriques et synthétiseurs vintage. C’est d’une ambition folle. Et Prequell ne déçoit pas. Sa musique instrumentale aux sonorités organiques troublantes est digne de devenir la bande-son de l’Univers tout entier. Chaque morceau suscite ses propres images, sa propre histoire, celles d’un univers post-apocalyptique où se mêlent science-fiction et poésie.

Illustration Violaine et Jérémy

Numéro : Pour un premièr opus, votre EP semble à la fois très ambitieux et maîtrisé. Quel a été votre parcours ?

Prequell : Je travaille en réalité depuis quinze ans à Paris sous mon vrai nom, Thomas Roussel. J'ai une formation ultra classique. Au Conservatoire, j'étais boulimique : je participais à toutes les classes d'orchestration, de direction, de violon, de piano, d'orgue. Ensuite, j'ai notamment collaboré avec Jeff Mills dès 2004, sur différentes bandes-son de films, ou encore sur l'opéra “Cellar Door” de l'artiste contemporain Loris Gréaud, à l'occasion de son exposition au Palais de Tokyo en 2007. Mais, il y a un an et demi, j'ai ressenti le besoin de me réaliser dans un projet plus personnel. Je ne voulais plus être au service des autres (réalisateurs ou artistes) mais défendre une ambition artistique qui m'était propre. Je m'en suis donné les moyens en enregistrant avec une soixantaine de musiciens.

 

Pourquoi avoir choisir comme nom Prequell ?

C'était pour moi un retour aux sources, à mon identité propre, après toutes les collaborations auxquelles j'avais participé. Je n'avais pas pour objectif de copier les artistes qui m'avaient marqué dans ma jeunesse (Massive Attack, Craig Armstrong, John Barry ou Björk), mais plutôt de susciter avec ma musique les émotions qu'ils avaient éveillées en moi à l'époque. C'est au souvenir des sensations que j'avais ressenties que je me suis référé plutôt qu'à la musique elle-même. Pour le morceau “Part 1” par exemple, qui conclut l'EP, je souhaitais retrouver l'émotion que me procurait l'adagio de Barber, ou encore la sensibilité à fleur de peau de la composition de Craig Armstrong pour le film “Romeo + Juliet”.

 

 

J'espère que ma musique sera pour certains un accélérateur de particules d'émotions

Votre musique est très visuelle et cinématographique. Elle convoque de nombreuses images, de science-fiction ou fantastiques.

Pour composer, je me suis entouré d'œuvres d'art contemporain très visuelles. Je pense notamment aux œuvres de Daniel Arsham, que j'avais croisé à l'occasion d'une collaboration pour Dior Homme. Ses appareils photographiques ou autres objets brûlés mêlent à la fois design, science-fiction post-apocalyptique et poésie onirique… tout en restant très pop. Je ne pourrais mieux définir ma musique. La pochette de l'EP, réalisée par Violaine et Jérémy, s'inspire quant à elle de la scène finale de “La Planète des singes”...

 

L'un des morceaux (“Part 4”) est-il réellement construit autour d'un sample fourni par la NASA ?

Il s'agit en effet d'une boucle sonore, mise à disposition par la NASA, qui correspond aux fréquences émises par les planètes du système solaire. Pour ce morceau, je me suis servi comme point de départ du "son" émis par la Terre qui, étrangement, est le seul qui soit naturellement harmonieux. L'espace tout comme la technologie sont d'intarissables sources d'inspirations. Je voue une véritable passion à l'accélérateur de particules installé en Suisse par exemple. J'espère que ma musique sera pour certains un accélérateur de particules d'émotions...

 

 

“Debut EP” de Prequell (Sequell/Idol/Warner Chappell Music France), Disponible.

 

www.prequell.fr

 

Propos recueillis par Thibaut Wychowanok

Camélia Jordana dénonce les violences policières dans son nouveau clip “Freddie Gray”
850

Camélia Jordana dénonce les violences policières dans son nouveau clip “Freddie Gray”

Musique Dans son nouveau clip, Camélia Jordana rend un hommage vibrant à Freddie Gray, jeune afro-américain de 25 ans disparu tragiquement en 2015. Il avait été grièvement blessé par la police de Baltimore avant de perdre la vie à l’hôpital. Dans son nouveau clip, Camélia Jordana rend un hommage vibrant à Freddie Gray, jeune afro-américain de 25 ans disparu tragiquement en 2015. Il avait été grièvement blessé par la police de Baltimore avant de perdre la vie à l’hôpital.

Le Wu-Tang Clan célèbre ses 25 ans avec un documentaire inédit sur son histoire
850

Le Wu-Tang Clan célèbre ses 25 ans avec un documentaire inédit sur son histoire

Musique Groupe de hip-hop mythique du New York des années 90, le Wu-Tang Clan célèbre les 25 ans de son tout premier album avec un documentaire qui retrace sa grande histoire. Groupe de hip-hop mythique du New York des années 90, le Wu-Tang Clan célèbre les 25 ans de son tout premier album avec un documentaire qui retrace sa grande histoire.

Park Hotel, la révélation pop de l’automne
861

Park Hotel, la révélation pop de l’automne

Musique Mélange décapant de plusieurs genres musicaux – du funk au rock – Park Hotel est le nouveau duo à découvrir de toute urgence. Bonne nouvelle, ils viennent de sortir “Nothing To Lose”, extrait de leur premier EP.  Mélange décapant de plusieurs genres musicaux – du funk au rock – Park Hotel est le nouveau duo à découvrir de toute urgence. Bonne nouvelle, ils viennent de sortir “Nothing To Lose”, extrait de leur premier EP. 

The Chemical Brothers fait son grand retour avec le clip de “Free Yourself”
869

The Chemical Brothers fait son grand retour avec le clip de “Free Yourself”

Musique Absent des ondes depuis 2016, The Chemical Brothers, duo électronique emblématique des années 1990, revient avec le clip énervé “Free Yourself”. Les robots n'ont jamais été aussi humains. Absent des ondes depuis 2016, The Chemical Brothers, duo électronique emblématique des années 1990, revient avec le clip énervé “Free Yourself”. Les robots n'ont jamais été aussi humains.

Björk annonce “Cornupcia”, son nouveau concert performance
874

Björk annonce “Cornupcia”, son nouveau concert performance

Musique La chanteuse islandaise revient en 2019 avec “Cornupcia”, un show ultra élaboré à mi-chemin entre le concert et la performance, prévu pour le printemps 2019.   La chanteuse islandaise revient en 2019 avec “Cornupcia”, un show ultra élaboré à mi-chemin entre le concert et la performance, prévu pour le printemps 2019.