914

Prince, la mort d’une légende

 

Ce n’est pas un petit prince mais un grand roi qui vient de disparaître, hier, à 57 ans. Prince Rogers Nelson (de son vrai nom) avait révolutionné le genre pop autant que le genre sexuel.

Un génie éclectique et aventureux

Il suffit de réécouter des disques majeurs comme Dirty Mind (1980), Controversy (1981) ou encore Purple Rain (1984) pour rester bouche bée devant leur modernité et leur ambition mélodique. Celui qui s’est surnommé lui-même “Love Symbol” ou encore “The Artist” était un des grands génies musicaux du siècle, qui n’hésitait pas à expérimenter et à repousser sans cesse ses limites. Mélangeant audacieusement R'n'B, funk, rock, pop et new wave, ce multi-instrumentiste –il sait en jouer une vingtaine selon la légende – a signé presque autant de tubes cultes que son rival, Michael Jackson. Prolifique, avant-gardiste et slasheur avant l'heure, l’auteur-compositeur-interprète-producteur-danseur-acteur aurait vendu plus de quatre-vingts millions de disques dans le monde, devenu son royaume peuplé de fidèles prêts à couronner son talent. Il avait aussi entrevu le pouvoir d'Internet et du streaming, confirmant ainsi son statut de pionnier.

Un provocateur

Comme Madonna (pour qui il a écrit), Prince savait choquer et porter violemment atteinte à l'Amérique puritaine de Ronald Reagan. Beaucoup de ses paroles de chansons peuvent être classées X, à l'instar de Darling Nikki sur Purple Rain. Le chanteur n’hésite pas à parler de ses nuits de débauche, de masturbation, d’adultère, de fellation, mais aussi d’inceste frère-sœur. Mais il savait aussi se montrer polémique, politiquement parlant (notamment en abordant des sujets épineux comme la guerre froide et la peine de mort). Sur Controversy, son quatrième album (et peut-être son plus touchant), il chante sur le morceau titre : “J'aimerais que nous soyons tous nus, qu’il n’y ait ni Noirs ni Blancs, qu’il n’y ait aucune règle.” Ni Dieu, ni maître, ni tyrannie. Un bon prince en somme.

La question du genre

À l'image de David Bowie, disparu lui aussi parmi les étoiles, des compagnes qui lui vont comme un gant, le caméléon dandy aimait semer le trouble concernant les genres. Sur la pochette de Controversy, il apparaît ainsi en dessous féminins. Il en va de même durant certains de ses concerts. Se maquillant outrageusement et arborant des tenues de scène androgynes, excentriques et bling, celui que les médias avaient renommé “Le Nain pourpre” mesurait moins d’un mètre soixante, mais compensait sa petite taille par un sex-appeal énorme. La bête de scène aux déhanchés sulfureux avait en fait autant de groupies hommes que femmes. 

Un pygmalion

Le Kid de Minneapolis, né le 7 juin 1958, ne s’est pas contenté de révolutionner la pop avec ses propres disques, à travers plus de trente disques studio parus depuis 1978. Pas bégueule, il a aussi prêté ses talents de producteur pour signer de petits chefs-d’œuvre de pistes de danse pour les autres. Il a ainsi écrit pour des femmes fortes comme les Bangles, Chaka Khan, Patti LaBelle ou Madonna. Son morceau de bravoure ? Le mélancolique, puissant et émotionnel Nothing Compares 2 U, de Sinéad O'Connor. Un hymne intense qui pourrait être joué telle une élégie à l'enterrement de ce Prince charmant aussi anticonformiste qu’unique. 

 

 

 

Par Violaine Schütz

842

Rencontre avec Lasseindra Ninja, pionnière du voguing en France : “Les Blancs s'emparent d'un phénomène qu’ils ne connaissent pas.”

Culture Figure de proue de la culture ballroom en France, Lasseindra Ninja a contribué en quelques années, à faire de Paris la capitale européenne du voguing, cette danse très codifiée née de l'oppression de la communauté noire LGBT aux Etats-Unis dans les années 1970. Le 24 février, elle sera au Carreau du Temple pour un ball exceptionnel – événement où les danseurs s'affrontent en équipes – qui se prolongera jusqu'à minuit. Portrait.  Figure de proue de la culture ballroom en France, Lasseindra Ninja a contribué en quelques années, à faire de Paris la capitale européenne du voguing, cette danse très codifiée née de l'oppression de la communauté noire LGBT aux Etats-Unis dans les années 1970. Le 24 février, elle sera au Carreau du Temple pour un ball exceptionnel – événement où les danseurs s'affrontent en équipes – qui se prolongera jusqu'à minuit. Portrait. 

Du rap au graff, que nous réserve le premier musée du hip-hop ?
823

Du rap au graff, que nous réserve le premier musée du hip-hop ?

Musique Il faudra attendre encore quelques années avant de découvrir l’Universal Hip-Hop Museum. Ce musée dédié à la culture afro-américaine née dans les années 70 ouvrira ses portes en 2022 dans le Bronx, à New York. Il faudra attendre encore quelques années avant de découvrir l’Universal Hip-Hop Museum. Ce musée dédié à la culture afro-américaine née dans les années 70 ouvrira ses portes en 2022 dans le Bronx, à New York.

The 1975: le groupe qui a enflammé les Brit Awards
836

The 1975: le groupe qui a enflammé les Brit Awards

Musique Grand-messe musicale annuelle, la cérémonie des Brit Awards récompense les meilleurs artistes pop du Royaume-Uni. Ce mercredi 20 février, c’est le groupe The 1975 qui a survolé la cérémonie : il remporte le trophée du meilleur album britannique et celui du meilleur groupe. Retour sur l’ascension de la formation made in Manchester. Grand-messe musicale annuelle, la cérémonie des Brit Awards récompense les meilleurs artistes pop du Royaume-Uni. Ce mercredi 20 février, c’est le groupe The 1975 qui a survolé la cérémonie : il remporte le trophée du meilleur album britannique et celui du meilleur groupe. Retour sur l’ascension de la formation made in Manchester.

“Je calque ma symphonie sur un orgasme féminin.” Le top 10 de Chilly Gonzales
874

“Je calque ma symphonie sur un orgasme féminin.” Le top 10 de Chilly Gonzales

Musique Compositeur, chanteur, producteur et pianiste de haut vol, le truculent iconoclaste, dont les prestations sont qualifiées de “cabaret dada”, a élaboré pour Numéro une “symphonie en dix mouvements”. Retour sur le top 10 de Chilly Gonzales. Compositeur, chanteur, producteur et pianiste de haut vol, le truculent iconoclaste, dont les prestations sont qualifiées de “cabaret dada”, a élaboré pour Numéro une “symphonie en dix mouvements”. Retour sur le top 10 de Chilly Gonzales.

666

Billie Eilish, nouvelle reine de la pop arty

Musique Billie Eilish n’a que 17 ans, mais on la compare déjà à Nirvana. La compositrice américaine ne dévoilera son premier album qu’en mars, pourtant, son clip glauque “Bury a Friend” subjugue Internet depuis sa mise en ligne. Armée d’une esthétique lugubre, cette bonne élève en pleine rébellion donne un nouveau souffle creepy à la pop .   Billie Eilish n’a que 17 ans, mais on la compare déjà à Nirvana. La compositrice américaine ne dévoilera son premier album qu’en mars, pourtant, son clip glauque “Bury a Friend” subjugue Internet depuis sa mise en ligne. Armée d’une esthétique lugubre, cette bonne élève en pleine rébellion donne un nouveau souffle creepy à la pop .  

Une superstar de la soul rejoint le festival We Love Green
874

Une superstar de la soul rejoint le festival We Love Green

Musique Pour sa huitième édition, les 1 et 2 juin 2019, le festival écolo We Love Green s’installe au cœur du bois de Vincennes. Après l’annonce des participations de Tame Impala, Chris, Booba ou encore Future, de nouveaux noms s’ajoutent à la liste des invités. Parmi eux, la superstar de la soul : Erykah Badu. Pour sa huitième édition, les 1 et 2 juin 2019, le festival écolo We Love Green s’installe au cœur du bois de Vincennes. Après l’annonce des participations de Tame Impala, Chris, Booba ou encore Future, de nouveaux noms s’ajoutent à la liste des invités. Parmi eux, la superstar de la soul : Erykah Badu.