Advertising
914

Prince, la mort d’une légende

 

Ce n’est pas un petit prince mais un grand roi qui vient de disparaître, hier, à 57 ans. Prince Rogers Nelson (de son vrai nom) avait révolutionné le genre pop autant que le genre sexuel.

Un génie éclectique et aventureux

Il suffit de réécouter des disques majeurs comme Dirty Mind (1980), Controversy (1981) ou encore Purple Rain (1984) pour rester bouche bée devant leur modernité et leur ambition mélodique. Celui qui s’est surnommé lui-même “Love Symbol” ou encore “The Artist” était un des grands génies musicaux du siècle, qui n’hésitait pas à expérimenter et à repousser sans cesse ses limites. Mélangeant audacieusement R'n'B, funk, rock, pop et new wave, ce multi-instrumentiste –il sait en jouer une vingtaine selon la légende – a signé presque autant de tubes cultes que son rival, Michael Jackson. Prolifique, avant-gardiste et slasheur avant l'heure, l’auteur-compositeur-interprète-producteur-danseur-acteur aurait vendu plus de quatre-vingts millions de disques dans le monde, devenu son royaume peuplé de fidèles prêts à couronner son talent. Il avait aussi entrevu le pouvoir d'Internet et du streaming, confirmant ainsi son statut de pionnier.

Un provocateur

Comme Madonna (pour qui il a écrit), Prince savait choquer et porter violemment atteinte à l'Amérique puritaine de Ronald Reagan. Beaucoup de ses paroles de chansons peuvent être classées X, à l'instar de Darling Nikki sur Purple Rain. Le chanteur n’hésite pas à parler de ses nuits de débauche, de masturbation, d’adultère, de fellation, mais aussi d’inceste frère-sœur. Mais il savait aussi se montrer polémique, politiquement parlant (notamment en abordant des sujets épineux comme la guerre froide et la peine de mort). Sur Controversy, son quatrième album (et peut-être son plus touchant), il chante sur le morceau titre : “J'aimerais que nous soyons tous nus, qu’il n’y ait ni Noirs ni Blancs, qu’il n’y ait aucune règle.” Ni Dieu, ni maître, ni tyrannie. Un bon prince en somme.

La question du genre

À l'image de David Bowie, disparu lui aussi parmi les étoiles, des compagnes qui lui vont comme un gant, le caméléon dandy aimait semer le trouble concernant les genres. Sur la pochette de Controversy, il apparaît ainsi en dessous féminins. Il en va de même durant certains de ses concerts. Se maquillant outrageusement et arborant des tenues de scène androgynes, excentriques et bling, celui que les médias avaient renommé “Le Nain pourpre” mesurait moins d’un mètre soixante, mais compensait sa petite taille par un sex-appeal énorme. La bête de scène aux déhanchés sulfureux avait en fait autant de groupies hommes que femmes. 

Un pygmalion

Le Kid de Minneapolis, né le 7 juin 1958, ne s’est pas contenté de révolutionner la pop avec ses propres disques, à travers plus de trente disques studio parus depuis 1978. Pas bégueule, il a aussi prêté ses talents de producteur pour signer de petits chefs-d’œuvre de pistes de danse pour les autres. Il a ainsi écrit pour des femmes fortes comme les Bangles, Chaka Khan, Patti LaBelle ou Madonna. Son morceau de bravoure ? Le mélancolique, puissant et émotionnel Nothing Compares 2 U, de Sinéad O'Connor. Un hymne intense qui pourrait être joué telle une élégie à l'enterrement de ce Prince charmant aussi anticonformiste qu’unique. 

 

 

 

Par Violaine Schütz

Channel Tres danse en salopette de pêcheur
998

Channel Tres danse en salopette de pêcheur

Musique Après un audacieux remix du titre “EARFQUAKE” de Tyler, The Creator en décembre 2019 mais surtout un EP, “Black Moses” sorti en août, Channel Tres revient avec un morceau et un clip, “Weedman”, réalisé par Anthony Sylvester. Le rappeur prodige de la house music propose un titre minimaliste qui lui permet toutefois de se déhancher en salopette.     Après un audacieux remix du titre “EARFQUAKE” de Tyler, The Creator en décembre 2019 mais surtout un EP, “Black Moses” sorti en août, Channel Tres revient avec un morceau et un clip, “Weedman”, réalisé par Anthony Sylvester. Le rappeur prodige de la house music propose un titre minimaliste qui lui permet toutefois de se déhancher en salopette.    

Virgil Abloh filme les rues de Paris pendant la Fashion Week
107

Virgil Abloh filme les rues de Paris pendant la Fashion Week

Musique Publié hier sur Youtube, le titre “Shake the Room” du rappeur décédé prématurément Popsmoke – en featuring avec Quavo – est assorti d'un clip tourné dans les rues de Paris en janvier dernier, à l'occasion de la dernière Fashion Week homme. Derrière la caméra, on retrouve pour la première fois le designer américain Virgil Abloh.  Publié hier sur Youtube, le titre “Shake the Room” du rappeur décédé prématurément Popsmoke – en featuring avec Quavo – est assorti d'un clip tourné dans les rues de Paris en janvier dernier, à l'occasion de la dernière Fashion Week homme. Derrière la caméra, on retrouve pour la première fois le designer américain Virgil Abloh. 

Advertising
Vladimir Cauchemar collabore avec un rappeur japonais
106

Vladimir Cauchemar collabore avec un rappeur japonais

Musique Du groupe Bagarre au rappeur Vald, le producteur Vladimir Cauchemar choisit ses collaborateurs avec soin. De passage au Japon pour le festival La Magnifique Society en 2019, le Français a pu y découvrir la scène rap nippone, à la fois inventive et foisonnante. Aujourd’hui, il revient avec “Born Winner”, un nouveau morceau sur lequel apparaît JP THE WAVY, l’une des plus grosses stars du genre. Du groupe Bagarre au rappeur Vald, le producteur Vladimir Cauchemar choisit ses collaborateurs avec soin. De passage au Japon pour le festival La Magnifique Society en 2019, le Français a pu y découvrir la scène rap nippone, à la fois inventive et foisonnante. Aujourd’hui, il revient avec “Born Winner”, un nouveau morceau sur lequel apparaît JP THE WAVY, l’une des plus grosses stars du genre.

998

L’interview FaceTime avec… Arielle Dombasle

Musique En période de confinement, Numéro continue à s'intéresser aux musiciens qui accompagnent nos journées avec leurs morceaux. Aujourd’hui, la chanteuse, actrice et vidéaste Arielle Dombasle évoque son nouvel album “Empire”, en collaboration avec Nicolas Ker, sa nostalgie du mouvement punk, son combat contre le plastique et sa nouvelle vie d’instagrameuse.   En période de confinement, Numéro continue à s'intéresser aux musiciens qui accompagnent nos journées avec leurs morceaux. Aujourd’hui, la chanteuse, actrice et vidéaste Arielle Dombasle évoque son nouvel album “Empire”, en collaboration avec Nicolas Ker, sa nostalgie du mouvement punk, son combat contre le plastique et sa nouvelle vie d’instagrameuse.  

Princess Nokia joue les martyrs dans un cirque de l'horreur
16

Princess Nokia joue les martyrs dans un cirque de l'horreur

Musique La rappeuse new-yorkaise dévoile un nouveau clip sanglant pour son titre “Gross”, extrait de son dernier album “Everything Sucks” dévoilé il y a quelques semaines. Ici, Princess Nokia se met en scène sur la piste d’un cirque aux allures de maison des horreurs.  La rappeuse new-yorkaise dévoile un nouveau clip sanglant pour son titre “Gross”, extrait de son dernier album “Everything Sucks” dévoilé il y a quelques semaines. Ici, Princess Nokia se met en scène sur la piste d’un cirque aux allures de maison des horreurs. 

Supernature : la 1ère playlist en ligne de Numéro
333

Supernature : la 1ère playlist en ligne de Numéro

Musique Numéro célèbre la nature, végétale, animale et sauvage, dans son édition d'avril, disponible le 30 mars, et partage pour l'occasion sa première playlist. Une sélection de 40 titres qui invite à voyager des paysages réconfortants de La Baie de Clara Luciani ou de Sea, sex and sun de Gainsbourg, aux contrées épiques du Crystal Lake de Grandaddy, à revisiter les thèmes éternels qui ont inspiré des générations de musiciens (la rose de Françoise Hardy à Abra, la mer pour Air, Flavien Berger ou La Femme), et à repenser une nature transformée par l'homme (Grimes, Cerrone et Anohni, ex-Anthony and the Johnsons), avant d'imaginer un retour à l'origine du monde avec le Prélude de l'Or du Rhin de Wagner ou Genesis de BFRND... Numéro célèbre la nature, végétale, animale et sauvage, dans son édition d'avril, disponible le 30 mars, et partage pour l'occasion sa première playlist. Une sélection de 40 titres qui invite à voyager des paysages réconfortants de La Baie de Clara Luciani ou de Sea, sex and sun de Gainsbourg, aux contrées épiques du Crystal Lake de Grandaddy, à revisiter les thèmes éternels qui ont inspiré des générations de musiciens (la rose de Françoise Hardy à Abra, la mer pour Air, Flavien Berger ou La Femme), et à repenser une nature transformée par l'homme (Grimes, Cerrone et Anohni, ex-Anthony and the Johnsons), avant d'imaginer un retour à l'origine du monde avec le Prélude de l'Or du Rhin de Wagner ou Genesis de BFRND...



Advertising