Advertising
20 Décembre

Mariah Carey : les secrets de son inusable chanson de Noël

 

Miracle des fêtes : le tube de Mariah Carey “All I Want for Christmas is You” vient de se hisser numéro 1 des charts américains 25 ans après sa sortie grâce à l'inclusion du streaming dans le billboard. L'occasion de se pencher sur les dessous d'une chanson aussi irrésistible qu'un thé à la cannelle dégusté devant un téléfilm de Noël.

Par Violaine Schütz

Mariah Carey - “All I Want For Christmas Is You”

1. Un hymne religieux ou amoureux pour la Vierge Mariah ?

 

Le disque sur lequel figure All I Want for Christmas is You est une idée du label Columbia. Ils voulaient imposer la jeune Mariah Carey comme une véritable artiste à la voix puissante et à la dimension familiale. Pour prouver que Mariah n'était pas qu'une chanteuse pop de plus, la maison de disques lui propose, au début des années 90, de sortir un album de Noël. Le genre a déjà réussi à Frank Sinatra, à Elvis ou encore aux Beach Boys. Mais au moment de l'offre de Columbia, le concept semble désuet. Après quelques hésitations, il séduit la jeune fille croyante et chrétienne qui accorde beaucoup d'importance à cette fête religieuse synonyme de tradition.

 

L'album Merry Christmas sort en novembre 1994 et incarne parfaitement l'esprit de Noël avec ses reprises de standards ancestraux comme Joy To The World  et Silent Night, ses tonalités gospel et sa pochette montrant une Mariah en robe rouge dans la neige. Mais la star ne parle ni de Dieu ni de Jésus dans All I Want for Christmas Is You, chanson originale imposée par la chanteuse et morceau le plus contemporain du disque. Carey a écrit le texte et sa mélodie en pensant à son mari et manager, Tommy Mottola. Ce dernier apparaît d'ailleurs déguisé en père noël dans l'un des deux clips du morceau résolument digne d'une carte postale. Dans les paroles, elle explique qu'elle ne veut pas de cadeaux mais seulement passer du temps avec son amoureux. Ce texte anti-matérialiste contraste avec l'idée qu'on se fait des fêtes comme un summum du consumérisme. À une époque où beaucoup veulent adopter un lifestyle plus minimaliste, ce vœu simple résonne toujours comme un cri du cœur universel.

2. Le morceau n'était pas un tube évident

 

Mariah Carey a plusieurs fois avoué en interviews adorer les fêtes, les vacances de fin d'année et chanter des classiques de Noël. Elle aime les rennes, les pères Noël, la neige et tout ce qui symbolise ce moment de l'année. Enfant, elle a grandi dans une famille dysfonctionnelle et démunie. Née d’un père d'origine vénézuélienne et d’une mère d’asendance irlandaise, la petite métisse a vécu dans un quartier WASP—blanc anglo-saxon et protestant — de New York qui voit d'un mauvais œil le mariage mixte de ses parents. Elle désire alors que tout soit parfait à la période des fêtes attendue comme le messie. Devenue une jeune artiste à succès, elle veut écrire une chanson de Noël joyeuse et rythmée, synonyme d'espoir, alors que la plupart des classiques du genre sont mélancoliques. Mariah dit que la mélodie de la chanson lui est venue alors qu'elle était seule chez elle à New York, et qu'elle regardait le film de Frank Capra It’s a Wonderful Life.

 

Selon son producteur, Walter Afanasieff, All I Want For Christmas Is You aurait été écrite au mois de juin 1994 dans une maison des Hamptons louée par Mariah et son mari. Pour s'imprégner de l'esprit des fêtes, la star la décora intégralement de guirlandes. Le producteur se concentra sur la structure de la chanson tandis que Mariah écrivait les paroles, assise au piano. Mais les premières tentatives de la chanteuse laissèrent son acolyte de marbre. Il raconta en 2013 dans une interview pour un journal de Seattle qu'il avait l'impression qu'elle faisait des vocalises. Un ping-pong de plusieurs heures se jouera même entre les deux artistes avant que la mélodie ne trouve grâce aux yeux d'Afanasieff. Il décida ensuite de l'enregistrer en Californie avec un groupe et de vrais instruments. Mais le résultat n'étant pas assez magique, il choisit finalement de tout produire seul, de la batterie aux synthés. Même quand la chanson commence à passer à la radio, le producteur doute de son potentiel. Quand on l'interroge sur ce succès, il l'explique par le sujet abordé et un caractère (plus adulte) que les autres titres de Noël : l'amour et la voix d'ange de Mariah. Un don du ciel pouvant couvir cinq octaves.

 

Mariah Carey - All I Want For Christmas Is You (Black & White Video Version)

3. Un pudding de Noël qui ne sent pas le sapin 

 

Le romantisme du Last Christmas de Wham !, le charme kitsch des productions des années 80, une harmonie à la Beach Boys, l'art de la mélodie de la Motown, la chanson de Mariah Carey puise dans différents styles et décennies. Résultat ? Un pudding d'influences épicé qui réussit le pari de ne pas frôler l'indigestion. Mieux, la ritournelle sonne à la fois rétro et nostalgique et donc instantanément classique. Dans un mini documentaire consacré au titre diffusé par Amazon Music en décembre intitulé Mariah Carey is Christmas, la chanteuse explique : “C'était vraiment inspiré par les chansons des années 50 et 60. En les entendant, on ne pouvait pas s'empécher d'être heureux. Je voulais faire ma version du Wall Of Sound ”

 

Le second clip tourné en noir et blanc, rend d'ailleurs hommage aux sixties et aux girls bands comme The Ronettes avec une Mariah vintage accompagnée de choristes. Osé, le tube marie des sons de cloches à des instruments synthétiques pour brouiller encore plus les pistes. Cela explique pourquoi All I Want for Christmas Is You traverse les époques, des remixes de 2000 et de 2009 en passant par la bande originale de Love actually (2003). Justin Bieber en a même enregistré une reprise en duo avec Mariah elle-même en 2011, se hissant à la tête des charts. Depuis sa mise en ligne en 2009 sur Youtube, All I want for Christmas is you, compte plus de 605 millions de vues. Le comble dans l'histoire, c'est que la chanteuse ne semble jamais avoir vraiment aimé cette chanson qui lui rapporterait, selon The Economist, rien qu'au Royaume-Uni, 500 000 dollars chaque année. Elle a confié au New York Times en décembre : “Avant, je la critiquais à chaque fois que je l’entendais, mais à ce stade, je sens que je suis enfin capable de l’apprécier.”

Advertising
Advertising

NuméroNews


Advertising