S’il fallait choisir un endroit pour écouter le tout premier EP de Bruises, on craquerait sans doute pour un salon à l’ambiance feutrée, baigné dans d’épaisses fumées de cigarette, lovés dans des canapés de velours moelleux. Il suffirait de fermer les yeux pour accueillir les premières notes de piano du titre Sexymental, emblème d’une pop électronique et sensuelle. 

 

Il y a dix ans, la jeune Lizzie Grant, sous le pseudonyme Lana del Rey, ouvrait la voie à la dream pop, chantant la gloire de l’Amérique et ses amours violentes avec des sosies de James Dean, vestes en cuir et cheveux au vent. En 2020, Adah Dylan, voix du duo Bruises, s’inscrit dans la lignée de ces chanteuses dont le désir brûlant inspire les textes suaves : “We’re burning for each other / I’m trying to recover”. L’autre moitié de Bruises est incarnée par le musicien Max Sokolinski, frère de l’actrice et musicienne Soko, et ancien membre du groupe Hologram, qu’il formait avec la chanteuse Clara Luciani. Autant dire que depuis quelques années déjà, le Français est obnubilé par les mélodies venues d’un autre temps. Alors que Hologram empruntait aux années 50, Bruises fait plutôt revivre les sonorités des late eighties, comme avec le surprenant Tender Storm, hymne pop qui vient clôturer un premier EP velouté.   

 

Si l’obsession de Max Sokolinski pour les voyages temporels marque le premier disque de Bruises – son deuxième titre s’intitule Time Travels –, Sexymental demeure le produit de son époque. C’est en 2018 que le musicien et la chanteuse américano-autrichienne se rencontrent. Presque immédiatement, l’idée de faire de la musique ensemble surgit ; à peine un an plus tard, Bruises est né, et avec lui un premier single, 1992. Les mélodies feutrées du duo ne sont pas sans rappeler les créations de Johnny Jewel, leader de Chromatics et Desire, tout comme la voix de Adah Dylan fait écho à celle de la chanteuse Kristina Bazan. En cela, malgré ses explorations d’époques révolues, Bruises est un groupe bien ancré dans son temps. 

 

Sexymental, disponible.