De quoi les rêves de Solange sont-ils faits ? Dans ce nouveau clip, c’est à travers une musique superbement composée de répétitions en crescendo et decrescendo que la chanteuse nous emmène au sein d'un monde parallèle : celui des choses “qu’elle a imaginées”. 

 

Solange se montre d’abord dansante, envoûtée. Au sein d’une pièce sombre, elle se confronte à une figure de lumière couverte de paillettes qui semble nous ouvrir le passage vers ce nouvel univers onirique. On y remarque alors un cow-boy moderne et grandiose montant un cheval, des hommes et des femmes qui se regroupent au centre d’un espace naturel aménagé comme une agora, puis, dans une ville froide à l’architecture dépersonnalisée. 

 

D’une poésie rare, ce clip réalisé par la chanteuse elle-même s’appuie sur les jeux de contrastes entre naturel et urbain, mais également entre lumière et obscurité. Jouant sur les paradoxes, il renverse une fois de plus les codes pour valoriser la communauté afro-américaine. Ainsi, la figure du cow-boy - indissociable de l’homme blanc et des films westerns - est détournée par des hommes d'origine afro-américaine  ou encore par Solange qui emprunte à ce type hollywoodien les vêtements et les gestes qu'elle réinterprète de manière lente et gracieuse. Entraînant rapidement toute une communauté autour d'elle, qui célèbre par la danse cette liberté permise par le rêve.