14


Commandez-le
Numéro
14 Spotify, Polémique, Neil Young, Augmentation des abonnements, Joni Mitchell

De Neil Young aux auditeurs, pourquoi la plateforme Spotify fait-elle polémique ?

MUSIQUE

Le musicien folk-rock culte Neil Young, qui boycottait Spotify depuis 2022 car la plateforme hébergeait un podcast controversé diffusant de fausses informations sur le Covid-19, a décidé de revenir sur sa décision. Pourtant, le service de musique numérique continue de faire polémique... Explications.

Neil Young - Hey Hey, My My (Live at Farm Aid 1985).

La querelle entre Neil Young et Spofity

 

Tout a commencé avec le puissant Neil Young, dont la discographie pléthorique est très écoutée. Le chanteur américano-canadien a exigé en 2022, dans une lettre adressée à son manager et à son label, que Spotify retire sa musique de son catalogue. "Ils peuvent avoir Rogan ou Young. Pas les deux", expliquait l’icône du rock. L’auteur du sublime Harvest (1972) reprochait au géant du streaming d’héberger un podcast à succès animé par l’ex-commentateur sportif Joe Rogan. Dans cette émission intitulée The Joe Rogan Experience que la plateforme s’est offerte pour 100 millions de dollars en 2020 et dont chaque épisode est suivi par plus de 11 millions d’auditeurs, Joe Rogan tient souvent des propos que ne renieraient pas les soutiens réactionnaires de l’idéologie Trump. 

 

L'animateur controversé Joe Rogan a aussi souvent donné la parole à des invités opposés au vaccin contre le Covid-19 ou diffusant des fake news sur le virus à tel point qu’en 2022, plus de deux cents professionnels du secteur médical américain qualifiaient The Joe Rogan Experience de "menace contre la santé publique." Un avis partagé par Neil Young, pour qui Spotify est devenu "un lieu de désinformation potentiellement mortelle sur le Covid-19 " ou encore un espace où "des mensonges sont vendus contre de l’argent."

 

Dans la foulée de ces propos véhéments, le chanteur retira, il y a deux ans, toute sa discographie de Spotify. Un acte fort qui a été suivi par Joni Mitchell, qui a supprimé son catalogue de la plateforme peu après lui. De son côté, James Blunt a soutenu, dans un tweet plein d’humour, la décision de ces artistes de ne plus figurer parmi ceux proposés par le géant suédois. Et Meghan Markle et le prince Harry, en contrat avec Spotify pour une série de podcasts, ont eux aussi fait part de leurs inquiétudes quant à la présence de fake news sur la plateforme. Les auditeurs boycottaient alors le leader du streaming en déclarant, toujours sur Twitter (devenu X) et en utilisant les hashtags #SpotifyDeleted et #DeleteSpotify, avoir désinstallé le service.

Joni Mitchell - Both Sides Now (2021 Remaster).

Face au déferlement de critiques, Spotify a choisi de conserver Joe Rogan sur son antenne. Mais le PDG et fondateur du numéro un du streaming, Daniel Ek, a déclaré en 2022 qu’il allait prendre d'autres mesures. Les podcasts évoquant le Covid devaient être accompagnés de liens vers des informations scientifiquement sourcées. Il admettait en effet, dans un communiqué : "Sur la base des retours que nous avons depuis ces dernières semaines, il est devenu clair pour moi que nous avions une obligation de faire plus pour fournir de l'équilibre et donner accès à une information largement acceptée des communautés médicales et scientifiques."  Sauf que l’épisode est loin d’être clos. Spotify fait partie des plateformes taxées de ne pas rémunérer suffisamment les artistes. Et ce n'est pas la vindicte d’artistes influents qui va aider à calmer les ardeurs.

 

Le retour de Neil Young sur le service de streaming

 

En mars 2024, Neil Young annonce sur son site revenir en arrière concernant Spotify. Même s'il déplore la qualité du son sur la plateforme, il a déclaré le 12 mars dernier : "Ma musique sera de nouveau présente sur Spotify, la première plateforme de streaming de musique en basse résolution au monde, où la qualité n’est pas la priorité." Ce revirement est motivé par le fait que "des plateformes comme Apple Music ou Amazon Music proposent désormais le même genre de podcasts qui font de la désinformation." 

 

Une augmentation des abonnements à Spotify Premium

 

Toujours en mars 2024, le géant du streaming Spotify s’est attiré les foudres des auditeurs. En effet, la plateforme a annoncé que les abonnés à Spotify Premium en France devraient payer plus cher leurs abonnements en raison de coûts supplémentaires imposés par la taxe streaming mise en place par le gouvernement. Le 13 mars dernier, Spofify annonçait également qu'il diffuserait des vidéos à ses abonnés Premium. Cela suffira-t-il à calmer les ardeurs ?