Après une échappée dans un parking vaporeux, le rappeur londonien Stormzy, énorme doudoune en vinyle sur le dos, se met à rapper au cœur d’un sous-sol obscur. Il est rejoint par une vingtaine d’acolytes encapuchonnés, un foulard leur couvrant la moitié du visage. Moto en Y, majeur en l’air et traversé au sommet d’un poids lourd, Audacity de Stormzy et de son homologue britannique Headie One a tout d’un vrai clip de rap gangster. Flambant un gigantesque tas de dollars dans la fin de la vidéo, le duo qui ne jure que par le grime— style de rap londonien — parfait l’image trash de ce genre musical né au milieu des tours et des HML.

 

Sur un accord de violon synthétique un poil angoissant, Stormzy, connu pour ses freestyles démentiels, déverse un flow à l’accent si reconnaissable qu'il se suffit très bien à lui-même. Le rappeur Headie One lui emboite le pas, une fois sorti du camion il enchaine les références aux joueurs de football anglais puis cite Mahatma Gandhi et Ali G, un personnage de film incarné par Sacha Baron Cohen. Stormzy conclut le morceau en martelant “When Banksy put the vest on me, Felt like God was testin’me”, référence au gilet pare-balles décoré par le street artist Banksy d’un drapeau de l’Angleterre, que le rappeur portait fin juin lors de son concert au festival Glastonbury. Un hommage aux 22 adolescents londoniens morts poignardés cette année.