227


Commandez-le
Numéro
13

Pourquoi le retour de Stromae émeut-il la France ?

Musique

Prestation coup-de-poing au 20 heures de TF1, nouveau clip ambitieux, paroles sans fard, Stromae est enfin de retour après une longue absence. Et sur les réseaux sociaux, l'opinion s'emballe, entre déluge d'émotions et interrogations sur l'aspect marketing de son univers. Mais pourquoi tant de réactions extrêmes et que penser de ce comeback aussi attendu que controversé ?

Il y a eu Serge Gainsbourg déchirant un billet de banque, Béatrice Dalle reprochant à PPDA de la harceler, Adèle Haenel quittant les César... Désormais, il y aura aussi Stromae chantant ses pensées suicidaires au 20 heures de TF1. La scène, du jamais-vu, s'est déroulée ce dimanche 9 janvier au fameux journal de la première chaîne et a été visionnée plus de 7 millions de fois. Stromae répond d'abord calmement aux questions de la présentatrice Anne-Claire Coudray et soudainement, il entonne, dans une mise en scène ingénieuse, une chanson en guise de réplique. Il s'agit de L’Enfer, nouveau titre de son futur album qui parle de dépression et d'envie d'en finir. La prestation choc n'est par encore terminée que déjà les réseaux sociaux s'emballent. Sur Twitter, on loue un moment de "génie pur", "un texte émouvant jusqu'aux larmes" ou alors, on s'insurge d'un mélange des genres entre information et promotion, journalisme et clip, interview et spectacle.

 

Franchir les limites ?

 

On pense alors à l'ère de l'"infotainment" si bien dépeinte par Bruno Dumont dans l'acerbe France (2021) ainsi que dans une séquence loufoque du film Don't Look Up (2021) prenant place sur un plateau télé. La critique aussi est divisée. Préparé en amont du 20 heures, durant trois semaines de réflexions, ce grand moment de télévision apparaît à certains confrères comme un coup marketing contraire à l'éthique. Dans Libération, Olivier Lamm "s’interroge sur les raisons qui ont poussé la rédaction de TF1 à passer cette ligne rouge et à accepter le détournement de son sommaire au profit d’une opération marketing instrumentalisant ouvertement l’émission, altérant par là jusqu’à l’essence éditoriale de son programme." Plus clémente, Sonia Devillers déclare dans un billet tendre réalisé pour France Inter que "jouer ainsi avec les codes du JT, c’est faire confiance au téléspectateur, à sa culture de l’image, à sa compréhension de l’information, à sa lucidité face à un artiste en promotion."

Briser les tabous

 

Une chose est sûre, le chanteur belge aux trois millions d'albums vendus a su faire naître l'émotion, même s'il a provoqué en même temps un torrent de remises en question. Celui qui s’est absenté de longues années de l'actualité musicale et a traversé un burn-out, avait déjà ébloui avec la sortie en octobre dernier de son single intitulé Santé, dédié aux travailleurs du quotidien souvent laissés-pour-compte. Le titre, rythmé, poétique et puissant, annonçait en grande pompe son prochain album, Multitude, prévu pour le 4 mars prochain. L'Enfer, dont le clip a été dévoilé ce mercredi 12 janvier, bouleverse encore plus. L’auteur-compositeur qui a déjà abordé dans ses textes imagés l'absence du père et les dérives de Twitter met au cœur du débat public un thème qui en est longtemps resté éloigné : la santé mentale. Comme Kanye West, Lady Gaga ou encore Mariah Carey, il fait partie de ces stars qui osent aborder des sujets tels que la bipolarité ou la dépression.

 

Remercié sur le réseau social à l'oiseau bleu par Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur de l’OMS, pour avoir abordé avec justesse l'idée difficile du suicide dans sa prestation sur TF1, Stromae frappe fort avec ses paroles sans tabou. "Du coup, j'ai parfois eu des pensées suicidaires. J'en suis peu fier. On croit parfois que c'est la seule manière de les faire taire. Ces pensées qui me font vivre un enfer", entend-on dans ce morceau-confession. Et Paul Van Haver (de son vrai nom) parvient, avec cette mélodie dépouillée, ce texte frontal et sa voix tremblante, à toucher en plein cœur. En avouant qu'il n'est pas fier de ses pensées noires, celui qui se produira cette année au festival de Coachella empêchera sans doute des millions d'auditeurs de culpabiliser à propos de leurs états-d'âme. L'Enfer est pavé de bonnes intentions, dit l'adage, et celui de Stromae, de sublimes sentiments.

 

Multitude de Stromae (2022), disponible le 4 mars prochain.