244


Commandez-le
Numéro
05 SZA show bercy paris rnb

Comment SZA s'est imposée comme la plus grande star du R'n'B

MUSIQUE

Collaboratrice de Kendrick Lamar, Doja Cat, Cardi B ou Rihanna, la chanteuse SZA est devenue l’une des artistes R’n’B les plus respectées en trois EP et deux albums. Célébrée autant par la presse musicale que par le public, l’Américaine a remporté, le 5 février, trois Grammy Awards dont celui de la “Meilleure chanson R'n'B”.

SZA - “Good Days”

1. SOS : le sublime cri de détresse de SZA célébré aux Grammy Awards

 

En février 2023, la cérémonie des Grammy Awards a été marquée par le nouveau sacre d'une superstar. Beyoncé s’était imposée en décrochant quatre trophées sur neuf nominations, devenant ainsi l’artiste la plus récompensée de l’histoire de la cérémonie avec… 32 victoire. Un an après la victoire de Queen B, les Grammy Awards 2024 étaient encore dominés par des femmes. Si Taylor Swift, Olivia Rodrigo, Billie Eilish, Miley Cyrus ou Victoria Monét décrochent de nombreuses nominations, la grande favorite s'appelait SZA : la chanteuse de 34 ans était nommée dans neuf catégories différentes dont “l’enregistrement de l’année”, “la chanson de l’année”, “la meilleure performance R&B”, “l’album de l’année” et “le meilleur album R&B progressif”. Rarement un artiste aura connu pareille ascension… elle se produira en concert à Paris lors du festival We Love Green, du 31 mai au 2 juin.

À l’issue de la cérémonie, SZA a quitté la crypto.com Arena de Los Angeles avec trois trophées. Elle remporte ainsi le Grammy Awards de la “meilleure chanson R’n’B de l’année” pour le titre Snooze tout en étant sacrée dans deux autres catégories : “Meilleur album de R’n’B progressif” pour l’opus SOS et “Meilleure performance pop en duo” pour sa collaboration avec la compositrice et chanteuse Phoebe Bridgers sur le morceau Ghost In The Machine, également extrait de l’album SOS. Visiblement très émue, SZA a sauté dans les bras de son ami Lizzo, qui lui a d’ailleurs remis l’un de ses trophées.

Le 9 décembre 2022, ceux qui ne connaissaient pas encore SZA la découvrent juchée sur un plongeoir démesuré, le regard braqué sur l’océan qui s’étend à perte de vue sous ses jambes. La pochette de cet album est signée Daniel Sandwald et s’inspire directement d’une photographie volée de la princesse Diana Spencer, à Portofino, en 1997, un village de pêcheurs au sud-est de Gênes. Le disque s’intitule SOS… un signal de détresse en 23 titres qui parachève la mue de la jeune femme inconsolable en star du R’n’B respectée  – voire adulée – par ses pairs.

Chez Radio France, la journaliste Lucile Commeaux évoque “la densité d’un album longuement mûri, inégal et difficile à écouter d’une traite […], qui articule et multiplie les possibles de la pop et de la relation amoureuse tout en les épuisant.” Outre-Atlantique, le site Pitchfork décerne à SOS la note de 8,7/10 et souligne que “SZA maitrise à la perfection l’art du monologue intérieur. Son style rappelle la structure jazzy de Joni Mitchell et les prouesses techniques de Minnie Riperton.” Ce second album est tout aussi plébiscité que le premier – CTRL – sorti cinq ans auparavant.

Fragile, crue, érotique, frustrée, désespérée, mélancolique, sensuelle, anxieuse… SZA se livre dans ses œuvres musicales sans fioritures plutôt que dans les interviews qu’elle déteste allègrement. En évitant de s’exposer avec n’importe qui, elle s’est emparée du trône du R’n’B contemporain.

SZA - “Drew Barrymore”

2. Une ex-gymnaste devenue reine du R'n'B alternatif

 

Solána Imani Rowe nait en 1989 à Saint-Louis (Missouri) au bord du fleuve Mississippi mais grandit à Maplewood, dans le New Jersey, une ville proche de Philadelphie et de New York. Issue d'une famille plutôt aisée – son père est producteur exécutif sur la chaîne d’information CNN, sa mère cadre chez un fournisseur de téléphonie – la jeune fille est alors promise à un avenir de gymnaste professionnelle. Mais elle produit aussi de la musique seule… jusqu’à ce que les membres du label Top Dawg ne la repèrent au début des années 2010. Ils viennent peut-être de découvrir la nouvelle star de la neo-soul… 

 

C’est pourtant dans un R’n’B alternatif éthéré qu’elle s’épanouira, transformant les complaintes multicolores des années 90 en ballades bien plus mornes. Ici on danse en restant profondément triste, on récite les poèmes d’une princesse éplorée du hip-hop. Solána Rowe signe son contrat en 2013, deux ans après sa rencontre avec Top Dawg. Entretemps, elle est devenue SZA – prononcer “sizè” – hommage au rappeur RZA du Wu-Tang clan et référence à “l’alphabet suprême” de la Five-Percent Nation, une branche de la Nation of Islam militant pour les droits des Afro-Américains, fondée en 1964 par un certain Clarence 13X, vétéran de la guerre de Corée.

 

SZA a donc rejoint l’un des labels les plus prometteurs des États-Unis. Dans ses rangs : Kendrick Lamar, SiR, ScHoolboy Q ou encore Jay Rock… Elle sera la seule femme. Trois EP seront nécessaires avant la sortie de son premier album, CTRL, qui lui permet de décrocher quatre nominations aux Grammy Awards 2018 : See.SZA.Run en 2012, S en 2013 puis Z en 2014. Salué par la critique, son premier disque CTRL ne remporte aucun prix mais la déconvenue fait émerger une communauté de fans entièrement dédiés à la cause de l'artiste. Le lancement du hashtag “JusticeForSZA” quelques heures après la cérémonie en est la preuve irréfutable. Dès lors, la chanteuse fait salle comble et collabore avec les plus grands…

Doja Cat - “Kiss Me More” ft. SZA

3. Des références à la pop culture et des collaborations toujours plus prestigieuses

 

SZA reste une enfant de la pop culture. L’Américaine cite tour à tour Wes Anderson, Spike Lee, Quentin Tarantino – qu’elle évoque dans le titre Kill Bill (2022) – ou encore l'actrice Drew Barrymore, vedette emblématique des années 2000 révélée dans E.T et adorée dans Charlie et ses drôles de dames (2000) à qui elle dédie un morceau. En 2016, SZA compose le titre LouAnne Johnson, hommage à l’ancienne militaire de la Marine américaine devenue enseignante en Californie. 

Renommé finalement Consideration, le morceau est offert à Rihanna sur un plateau d’argent et SZA multiplie dès lors les collaborations les plus prestigieuses. On retient notamment I Do avec Cardi B (2018) ou encore le tube pop “Power Is Power” avec The Weeknd et Travis Scott extrait de la BO de la série incontournable Game of Thrones.

Mais deux collaborations transformeront réellement sa carrière : son duo avec Kendrick Lamar sur le titre All the Stars, extrait de la bande originale du long-métrage Marvel Black Panther en 2018 et son titre Kiss Me More (2021), avec la sulfureuse Doja Cat, qui cumule près d’un million de vues sur YouTube à peine cinq heures après sa sortie… contre 400 millions aujourd’hui…

SZA se produira en concert lors du festival We Love Green, à Paris, Du 31 mai au 2 juin.