À la Goutte-d'Or comme à Kinshasa, Faty, se balade en brisant le quotidien. De l’aube au crépuscule, on s’accorde sur les pas syncopés de la chanteuse du duo qui transforme la monotonie des pavés parisiens en lieu d’élection pour s’avancer vers des traversées dansantes et électrisées où elle croise la devanture de boutiques exaltant les merveilles de l’Afrique. Obsessionnel, le rythme de sa marche - rappelant les danses du clip Muanapoto paru l'an passé -  contamine peu à peu les autres passants infectés d’une hystérie collective, avant de rêver d’un ailleurs sous le soleil violacé. 

 

Tshegue se produiera le 24 mai prochain au Musée National de l'Histoire de l'immigration.