222


Commandez-le
Numéro
06

À combien s'est vendue la plus grande peinture du monde ?

Art

Elle avait déjà battu le record de la peinture la plus grande au monde. Voilà que la fresque “The Journey of Humanity“, dont la taille équivaut à la surface de six terrains de tennis, a été vendue aux enchères à au Palm Hotel à Dubaï, pour non moins de 52,5 millions d'euros. Son auteur, le Britannique Sacha Jafri, devient à cette occasion le quatrième artiste le plus cher de son vivant. 

“The Journey of Humanity“ de Sacha Jafri. Photo: Giuseppe Cacace/AFP via Getty Images.

En 2020, le confinement aura inspiré des activités bien variées. Tandis que certains se sont perdus dans la consommation avide de séries et de films, et d'autres se sont pris de passion pour la cuisine ou le jardinage, un homme a préféré… réaliser la plus grande peinture au monde. Son nom : Sacha Jafri, Britannique de 44 ans et artiste depuis une vingtaine d'années. L'automne dernier, sa fresque The Journey of Humanity est entrée aux fameux Guinness World Record, battant un record de dimension avec une surface totale de 1 579,3517 mètres carrés, soit à peu près six terrains de tennis, quatre terrains de basket ou deux terrains de foot. Il n'aura fallu que quelques mois pour que cet énorme chiffre ne trouve son écho dans le marché de l'art : le 23 mars dernier, l'œuvre s’est vendue aux enchères à 52,5 millions d’euros. Un chiffre impressionnant qui positionne Sacha Jafri comme le quatrième artiste vivant le plus côté, après Jeff Koons, David Hockney et l’artiste digital Beeple, battant quant à lui un record début mars dernier avec son œuvre NFT ajudgée à 58,4 millions d’euros chez Christie's

 

Aussi imposante en taille qu’en couleurs, la fresque s’inscrit dans la lignée de tout l'œuvre de Sacha Jafri, que l’on connaissait déjà pour ses paysages abstraits foisonnant de taches colorées et de traits de pinceaux énergiques. Véritable explosion de peintures et de pigments, The Journey of Humanity est là aussi une œuvre non-figurative et ses jets de peintures à l'horizontale évoquent par moment le travail du grand maître du dripping Jackson Pollock, qui avait révolutionné la peinture dans les années 40 en peignant pour la première fois sa toile directement sur le sol. Tout comme son aîné, Sacha Jafri a peint sa fresque debout, la toile posée sur le sol du Palm Hotel à Dubai, où il était confiné. Travaillant jusqu’à 20 heures par jour, le dos courbé, comme immergé dans sa création, l'artiste a fait preuve d'un acharnement qui lui valut une opération en urgence de la colonne vertébrale. Inspiré par des dessins d’enfants récoltés des quatre coins du monde (plus de 140 pays) pendant la pandémie, Sacha Jafri a cherché à retranscrire dans The Journey of Humanity les sentiments d’isolation et de connexion qui s'y lisaient.  “Je peins à partir du subconscient, confiait-il à la BBCIl n’y a pas de croquis, pas de dessins. Je versais littéralement de la peinture, puis j’ajoutais une nouvelle couche de peinture, et une autre couche, et une autre couche, je remplissais l’oeuvre jusqu’à ce que quelque chose de magique arrivait.“ Et c’est bien cette immersion de l’artiste dans la création de son œuvre qui transparait dans la fresque finale, si grande que la regarder ne laisse aucun autre choix que d’y plonger, de tout son regard si ce n’est de tout son corps. 

 

Bien que le transport de l’œuvre ne soit pas des plus aisés, on peut désormais espérer que 'Le Voyage de l’humanité’ arrive un jour à bon port dans l’Hexagone. C'est en effet le Français André Abdoune, un homme d’affaires qui a fait fortune dans la crypto-monnaie, qui en a fait l'acquisition le 23 mars dernier lors d'une vente aux enchères tenue au Palm Hotel à Dubaï. Fidèle à son engagement humanitaire – le journal émirati The National estime qu’en dix-huit ans de carrière, l’artiste a récolté à peu près 50 millions d’euros pour des œuvres caritatives –, Sacha Jafri a annoncé que les bénéfices colossaux de cette vente reviendraient à des associations d’aide sociale et humanitaire, dont Dubai Cares, Unicef, UNESCO, et Global Gift Foundation. De son côté, André Abdoune a déjà annoncé vouloir faire construire un musée pour exposer cette œuvre historique.