244


Commandez-le
Numéro
29 Le jour où Michael Landy fut élu au sein d'une Académie royale de “crétins”

Le jour où Michael Landy fut élu au sein d'une Académie royale de “crétins”

Numéro art

Le 29 mai 2008, l’artiste britannique Michael Landy (né en 1963) fut élu au sein de l’Académie royale des arts à Londres, et commenta l’événement comme suit : “L’Académie royale ne symbolisait vraiment rien pour moi. Je pensais qu’elle n’abritait qu’une bande de vieux crétins aux cheveux gris.”

Illustration par Soufiane Ababri. Illustration par Soufiane Ababri.
Illustration par Soufiane Ababri.

Classé parmi les Young British Artists, il se fit connaître sept ans auparavant, par une exposition-œuvre qui eut lieu du 10 au 24 février 2001, dans un magasin C&A désaffecté du 499-523 Oxford Street à Londres. Intitulée Break Down, elle commença par un inventaire exhaustif et minutieux de tout ce que l’artiste possédait : vêtements, livres, disques, œuvres d’art, victuailles, veste ayant appartenu à son père, passeport, grenouille en plastique vert et jusqu’à sa voiture, une Saab rouge. Ces possessions furent numérotées, pesées et classées en dix catégories : œuvres d’art, vêtements, équipement, meubles, cuisine, loisirs, véhicule à moteur, denrées périssables, matériel de lecture et matériel d’atelier.

 

Dans l’immense espace de l’ancien magasin C&A, une sorte de chaîne de démontage fut installée, avec plusieurs postes de travail reliés entre eux par des tapis roulants et toutes sortes de machines-outils. Durant quatorze jours, dix ouvriers en bleu de travail, munis de lunettes de protection et de casques antibruit, démontèrent et réduisirent en morceaux la totalité de ces objets (7 226 au total) en public. Ses disques et assiettes furent cassés en petits morceaux, sa voiture entièrement désossée, ses livres et ses vêtements furent réduits en lambeaux, un ours en peluche vidé de son matériau de rembourrage, les œillets de ses Converse dissociés du tissu sur lequel ils étaient cousus, le coton de ses Coton-Tige fut séparé de leur petit bâton de plastique (coton et plastique étant ensuite déposés dans des bacs différents, à la manière d’un absurde tri sélectif). À l’opposé d’un saccage punk, ce fastidieux et scrupuleux travail eut lieu sans désordre aucun, avec rigueur et concentration. On entendait parfois de la musique : Love Will Tear Us Apart de Joy Division et Breaking Glass de David Bowie notamment. Les 5,75 tonnes constituées par le démantèlement de toutes ses possessions furent ensuite enterrées dans un site d’en- fouissement de déchets. Qu’il ait, à cette occasion, détruit, respectueusement certes, mais enfin détruit quand même, des œuvres d’autres artistes lui appartenant joua un rôle, semble-t-il, dans son éviction du Turner Prize l’année suivante, en 2002.

 

Le 30 décembre 2020, l’annonce fut faite de sa nomination en tant que commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique dans les honneurs du Nouvel An 2021 pour ses services rendus aux arts.