Advertising
Advertising
09 Avril

La méga-galerie David Zwirner soutient les jeunes galeries

 

Dans un vent de solidarité entre les acteurs du monde de l'art, la méga-galerie David Zwirner propose, parmi l'ensemble de ses programme digitaux inédits, de soutenir à travers son site une sélection de galeries plus jeunes et indépendantes. Jusqu'au 1er mai, son programme “Platform” propose pendant un mois de visiter les expositions virtuelles de douze galeries new-yorkaises, tandis qu'un deuxième volet renouvellera l'expérience avec une dizaine de galeries basées à Londres à partir du 17 avril.

Par Matthieu Jacquet

Zsófia Keresztes, “Easy targets, heavy bites II” (2020). Photo: Philip Hinge/ Dávid Biró. Courtesy of the artist and Elijah Wheat Showroom
1/9
Lisa Alvarado, “Traditional object (Thalweg)” (2020). Photo: Tom Vaneynde. Courtesy the artist and Bridget Donahue
2/9
Elaine Cameron-Weir, “Snake 11” (2020). Courtesy the artist and JTT
3/9
Kyle Thurman, “Suggested Occupation 40 (the other rumor)” (2020). Courtesy the artist and David Lewis
4/9
Josh Kline, “Submersion” (2019). Photo: Joerg Lohse. Courtesy of the artist and 47 Canal, New York
5/9
Park McArthur, “PARA-SITES” (2018). Courtesy of the artist and Essex Street
6/9
Troy Michie, “Jimmy's Blues” (2019). Photo: Daniel Terna Courtesy the artist and Company
7/9
Keegan Monaghan, “Outside” (2019). Courtesy James Fuentes
8/9
Brandon Ndife, “Breeding Ground” (2020). Photo: Charles Benton. Courtesy of the artist and Bureau New York
9/9
Zsófia Keresztes, “Easy targets, heavy bites II” (2020). Photo: Philip Hinge/ Dávid Biró. Courtesy of the artist and Elijah Wheat Showroom
Lisa Alvarado, “Traditional object (Thalweg)” (2020). Photo: Tom Vaneynde. Courtesy the artist and Bridget Donahue
Elaine Cameron-Weir, “Snake 11” (2020). Courtesy the artist and JTT
 Kyle Thurman, “Suggested Occupation 40 (the other rumor)” (2020). Courtesy the artist and David Lewis
Josh Kline, “Submersion” (2019). Photo: Joerg Lohse. Courtesy of the artist and 47 Canal, New York
Park McArthur, “PARA-SITES” (2018). Courtesy of the artist and Essex Street
Troy Michie, “Jimmy's Blues” (2019). Photo: Daniel Terna Courtesy the artist and Company
Keegan Monaghan, “Outside” (2019). Courtesy James Fuentes
Brandon Ndife, “Breeding Ground” (2020). Photo: Charles Benton. Courtesy of the artist and Bureau New York
  • Depuis le début du confinement à l’échelle mondiale, nombreuses sont les galeries à lancer des initiatives en ligne afin d’entretenir les liens entre leur public, leurs clients et leurs artistes. Parmi elles, la méga-galerie David Zwirner est loin d’être à court d’idées pour renouveler en permanence son contenu : des vidéos et podcasts inédits, des textes et entretiens à télécharger gratuitement où encore la visite d’exposition virtuelles, que la galerie américaine l’une des premières à développer ces dernières semaines. Ainsi, il est désormais possible de parcourir actuellement une sélection des dernières œuvres du photographe américain James Welling ou du peintre coréen Yun Hyong-keun. Outre la dimension esthétique de l’expérience, l’activité mercantile de la galerie n’est pas pour autant laissée pour compte, avec la création d’un programme dédié en exclusivité à ses clients, qui permet de mettre en avant et en vente des œuvres ayant marqué l’histoire de l’art.

     

     

    Mais la période actuelle semble aussi avoir amenée avec elle un vent de solidarité dans le monde de l’art. Aussi, en plus de ces nombreux projets, la galerie David Zwirner a eu une idée originale : utiliser sa propre visibilité pour mettre en avant des galeries plus jeunes et indépendantes. À l’instar de ses autres expositions virtuelles, son programme intitulé “Platform” permet de visiter en ligne les œuvres proposées par une sélection de galeries, dont les douze premières sont basées à New York, où se trouve le siège de David Zwirner. Jusqu’au 1er mai prochain, le site web accueille donc les œuvres d’artistes représentés par 47 Canal, Bridget Donahue, Bureau, Company, David Lewis, Elijah Wheat Showroom, Essex Street, James Fuentes, JTT, Magenta Plains, Ramiken, et Queer Thoughts.

     

    Afin de continuer dans cette lancée, l’expérience “Platform” sera déclinée à partir du 17 avril avec douze galeries londoniennes, qui proposeront là aussi chacune les œuvres d’un de leurs artistes. Spots incontournables de l’art en devenir, indépendants et parfois émergents, les lieux sélectionnés seront les suivants : Arcadia Missa, Carlos/Ishikawa, Emalin, Herald St, Hollybush Gardens, Kate MacGarry, mother’s tankstation, Sid Motion Gallery, Soft Opening, Southard Reid, The approach et The Sunday Painter. Sur le même modèle que le premier, ce deuxième volet sera à visiter virtuellement durant presque un mois, et prendra fin le 15 mai.

     

     

    Visitez l'exposition virtuelle “Platform : New York” jusqu'au 1er mai ici.

  • Depuis le début du confinement à l’échelle mondiale, nombreuses sont les galeries à lancer des initiatives en ligne afin d’entretenir les liens entre leur public, leurs clients et leurs artistes. Parmi elles, la méga-galerie David Zwirner est loin d’être à court d’idées pour renouveler en permanence son contenu : des vidéos et podcasts inédits, des textes et entretiens à télécharger gratuitement où encore la visite d’exposition virtuelles, que la galerie américaine l’une des premières à développer ces dernières semaines. Ainsi, il est désormais possible de parcourir actuellement une sélection des dernières œuvres du photographe américain James Welling ou du peintre coréen Yun Hyong-keun. Outre la dimension esthétique de l’expérience, l’activité mercantile de la galerie n’est pas pour autant laissée pour compte, avec la création d’un programme dédié en exclusivité à ses clients, qui permet de mettre en avant et en vente des œuvres ayant marqué l’histoire de l’art.

     

     

    Mais la période actuelle semble aussi avoir amenée avec elle un vent de solidarité dans le monde de l’art. Aussi, en plus de ces nombreux projets, la galerie David Zwirner a eu une idée originale : utiliser sa propre visibilité pour mettre en avant des galeries plus jeunes et indépendantes. À l’instar de ses autres expositions virtuelles, son programme intitulé “Platform” permet de visiter en ligne les œuvres proposées par une sélection de galeries, dont les douze premières sont basées à New York, où se trouve le siège de David Zwirner. Jusqu’au 1er mai prochain, le site web accueille donc les œuvres d’artistes représentés par 47 Canal, Bridget Donahue, Bureau, Company, David Lewis, Elijah Wheat Showroom, Essex Street, James Fuentes, JTT, Magenta Plains, Ramiken, et Queer Thoughts.

     

    Afin de continuer dans cette lancée, l’expérience “Platform” sera déclinée à partir du 17 avril avec douze galeries londoniennes, qui proposeront là aussi chacune les œuvres d’un de leurs artistes. Spots incontournables de l’art en devenir, indépendants et parfois émergents, les lieux sélectionnés seront les suivants : Arcadia Missa, Carlos/Ishikawa, Emalin, Herald St, Hollybush Gardens, Kate MacGarry, mother’s tankstation, Sid Motion Gallery, Soft Opening, Southard Reid, The approach et The Sunday Painter. Sur le même modèle que le premier, ce deuxième volet sera à visiter virtuellement durant presque un mois, et prendra fin le 15 mai.

     

     

    Visitez l'exposition virtuelle “Platform : New York” jusqu'au 1er mai ici.

  • Depuis le début du confinement à l’échelle mondiale, nombreuses sont les galeries à lancer des initiatives en ligne afin d’entretenir les liens entre leur public, leurs clients et leurs artistes. Parmi elles, la méga-galerie David Zwirner est loin d’être à court d’idées pour renouveler en permanence son contenu : des vidéos et podcasts inédits, des textes et entretiens à télécharger gratuitement où encore la visite d’exposition virtuelles, que la galerie américaine l’une des premières à développer ces dernières semaines. Ainsi, il est désormais possible de parcourir actuellement une sélection des dernières œuvres du photographe américain James Welling ou du peintre coréen Yun Hyong-keun. Outre la dimension esthétique de l’expérience, l’activité mercantile de la galerie n’est pas pour autant laissée pour compte, avec la création d’un programme dédié en exclusivité à ses clients, qui permet de mettre en avant et en vente des œuvres ayant marqué l’histoire de l’art.

     

     

    Mais la période actuelle semble aussi avoir amenée avec elle un vent de solidarité dans le monde de l’art. Aussi, en plus de ces nombreux projets, la galerie David Zwirner a eu une idée originale : utiliser sa propre visibilité pour mettre en avant des galeries plus jeunes et indépendantes. À l’instar de ses autres expositions virtuelles, son programme intitulé “Platform” permet de visiter en ligne les œuvres proposées par une sélection de galeries, dont les douze premières sont basées à New York, où se trouve le siège de David Zwirner. Jusqu’au 1er mai prochain, le site web accueille donc les œuvres d’artistes représentés par 47 Canal, Bridget Donahue, Bureau, Company, David Lewis, Elijah Wheat Showroom, Essex Street, James Fuentes, JTT, Magenta Plains, Ramiken, et Queer Thoughts.

     

    Afin de continuer dans cette lancée, l’expérience “Platform” sera déclinée à partir du 17 avril avec douze galeries londoniennes, qui proposeront là aussi chacune les œuvres d’un de leurs artistes. Spots incontournables de l’art en devenir, indépendants et parfois émergents, les lieux sélectionnés seront les suivants : Arcadia Missa, Carlos/Ishikawa, Emalin, Herald St, Hollybush Gardens, Kate MacGarry, mother’s tankstation, Sid Motion Gallery, Soft Opening, Southard Reid, The approach et The Sunday Painter. Sur le même modèle que le premier, ce deuxième volet sera à visiter virtuellement durant presque un mois, et prendra fin le 15 mai.

     

     

    Visitez l'exposition virtuelle “Platform : New York” jusqu'au 1er mai ici.

  • Depuis le début du confinement à l’échelle mondiale, nombreuses sont les galeries à lancer des initiatives en ligne afin d’entretenir les liens entre leur public, leurs clients et leurs artistes. Parmi elles, la méga-galerie David Zwirner est loin d’être à court d’idées pour renouveler en permanence son contenu : des vidéos et podcasts inédits, des textes et entretiens à télécharger gratuitement où encore la visite d’exposition virtuelles, que la galerie américaine l’une des premières à développer ces dernières semaines. Ainsi, il est désormais possible de parcourir actuellement une sélection des dernières œuvres du photographe américain James Welling ou du peintre coréen Yun Hyong-keun. Outre la dimension esthétique de l’expérience, l’activité mercantile de la galerie n’est pas pour autant laissée pour compte, avec la création d’un programme dédié en exclusivité à ses clients, qui permet de mettre en avant et en vente des œuvres ayant marqué l’histoire de l’art.

     

     

    Mais la période actuelle semble aussi avoir amenée avec elle un vent de solidarité dans le monde de l’art. Aussi, en plus de ces nombreux projets, la galerie David Zwirner a eu une idée originale : utiliser sa propre visibilité pour mettre en avant des galeries plus jeunes et indépendantes. À l’instar de ses autres expositions virtuelles, son programme intitulé “Platform” permet de visiter en ligne les œuvres proposées par une sélection de galeries, dont les douze premières sont basées à New York, où se trouve le siège de David Zwirner. Jusqu’au 1er mai prochain, le site web accueille donc les œuvres d’artistes représentés par 47 Canal, Bridget Donahue, Bureau, Company, David Lewis, Elijah Wheat Showroom, Essex Street, James Fuentes, JTT, Magenta Plains, Ramiken, et Queer Thoughts.

     

    Afin de continuer dans cette lancée, l’expérience “Platform” sera déclinée à partir du 17 avril avec douze galeries londoniennes, qui proposeront là aussi chacune les œuvres d’un de leurs artistes. Spots incontournables de l’art en devenir, indépendants et parfois émergents, les lieux sélectionnés seront les suivants : Arcadia Missa, Carlos/Ishikawa, Emalin, Herald St, Hollybush Gardens, Kate MacGarry, mother’s tankstation, Sid Motion Gallery, Soft Opening, Southard Reid, The approach et The Sunday Painter. Sur le même modèle que le premier, ce deuxième volet sera à visiter virtuellement durant presque un mois, et prendra fin le 15 mai.

     

     

    Visitez l'exposition virtuelle “Platform : New York” jusqu'au 1er mai ici.

  • Depuis le début du confinement à l’échelle mondiale, nombreuses sont les galeries à lancer des initiatives en ligne afin d’entretenir les liens entre leur public, leurs clients et leurs artistes. Parmi elles, la méga-galerie David Zwirner est loin d’être à court d’idées pour renouveler en permanence son contenu : des vidéos et podcasts inédits, des textes et entretiens à télécharger gratuitement où encore la visite d’exposition virtuelles, que la galerie américaine l’une des premières à développer ces dernières semaines. Ainsi, il est désormais possible de parcourir actuellement une sélection des dernières œuvres du photographe américain James Welling ou du peintre coréen Yun Hyong-keun. Outre la dimension esthétique de l’expérience, l’activité mercantile de la galerie n’est pas pour autant laissée pour compte, avec la création d’un programme dédié en exclusivité à ses clients, qui permet de mettre en avant et en vente des œuvres ayant marqué l’histoire de l’art.

     

     

    Mais la période actuelle semble aussi avoir amenée avec elle un vent de solidarité dans le monde de l’art. Aussi, en plus de ces nombreux projets, la galerie David Zwirner a eu une idée originale : utiliser sa propre visibilité pour mettre en avant des galeries plus jeunes et indépendantes. À l’instar de ses autres expositions virtuelles, son programme intitulé “Platform” permet de visiter en ligne les œuvres proposées par une sélection de galeries, dont les douze premières sont basées à New York, où se trouve le siège de David Zwirner. Jusqu’au 1er mai prochain, le site web accueille donc les œuvres d’artistes représentés par 47 Canal, Bridget Donahue, Bureau, Company, David Lewis, Elijah Wheat Showroom, Essex Street, James Fuentes, JTT, Magenta Plains, Ramiken, et Queer Thoughts.

     

    Afin de continuer dans cette lancée, l’expérience “Platform” sera déclinée à partir du 17 avril avec douze galeries londoniennes, qui proposeront là aussi chacune les œuvres d’un de leurs artistes. Spots incontournables de l’art en devenir, indépendants et parfois émergents, les lieux sélectionnés seront les suivants : Arcadia Missa, Carlos/Ishikawa, Emalin, Herald St, Hollybush Gardens, Kate MacGarry, mother’s tankstation, Sid Motion Gallery, Soft Opening, Southard Reid, The approach et The Sunday Painter. Sur le même modèle que le premier, ce deuxième volet sera à visiter virtuellement durant presque un mois, et prendra fin le 15 mai.

     

     

    Visitez l'exposition virtuelle “Platform : New York” jusqu'au 1er mai ici.

  • Depuis le début du confinement à l’échelle mondiale, nombreuses sont les galeries à lancer des initiatives en ligne afin d’entretenir les liens entre leur public, leurs clients et leurs artistes. Parmi elles, la méga-galerie David Zwirner est loin d’être à court d’idées pour renouveler en permanence son contenu : des vidéos et podcasts inédits, des textes et entretiens à télécharger gratuitement où encore la visite d’exposition virtuelles, que la galerie américaine l’une des premières à développer ces dernières semaines. Ainsi, il est désormais possible de parcourir actuellement une sélection des dernières œuvres du photographe américain James Welling ou du peintre coréen Yun Hyong-keun. Outre la dimension esthétique de l’expérience, l’activité mercantile de la galerie n’est pas pour autant laissée pour compte, avec la création d’un programme dédié en exclusivité à ses clients, qui permet de mettre en avant et en vente des œuvres ayant marqué l’histoire de l’art.

     

     

    Mais la période actuelle semble aussi avoir amenée avec elle un vent de solidarité dans le monde de l’art. Aussi, en plus de ces nombreux projets, la galerie David Zwirner a eu une idée originale : utiliser sa propre visibilité pour mettre en avant des galeries plus jeunes et indépendantes. À l’instar de ses autres expositions virtuelles, son programme intitulé “Platform” permet de visiter en ligne les œuvres proposées par une sélection de galeries, dont les douze premières sont basées à New York, où se trouve le siège de David Zwirner. Jusqu’au 1er mai prochain, le site web accueille donc les œuvres d’artistes représentés par 47 Canal, Bridget Donahue, Bureau, Company, David Lewis, Elijah Wheat Showroom, Essex Street, James Fuentes, JTT, Magenta Plains, Ramiken, et Queer Thoughts.

     

    Afin de continuer dans cette lancée, l’expérience “Platform” sera déclinée à partir du 17 avril avec douze galeries londoniennes, qui proposeront là aussi chacune les œuvres d’un de leurs artistes. Spots incontournables de l’art en devenir, indépendants et parfois émergents, les lieux sélectionnés seront les suivants : Arcadia Missa, Carlos/Ishikawa, Emalin, Herald St, Hollybush Gardens, Kate MacGarry, mother’s tankstation, Sid Motion Gallery, Soft Opening, Southard Reid, The approach et The Sunday Painter. Sur le même modèle que le premier, ce deuxième volet sera à visiter virtuellement durant presque un mois, et prendra fin le 15 mai.

     

     

    Visitez l'exposition virtuelle “Platform : New York” jusqu'au 1er mai ici.

  • Depuis le début du confinement à l’échelle mondiale, nombreuses sont les galeries à lancer des initiatives en ligne afin d’entretenir les liens entre leur public, leurs clients et leurs artistes. Parmi elles, la méga-galerie David Zwirner est loin d’être à court d’idées pour renouveler en permanence son contenu : des vidéos et podcasts inédits, des textes et entretiens à télécharger gratuitement où encore la visite d’exposition virtuelles, que la galerie américaine l’une des premières à développer ces dernières semaines. Ainsi, il est désormais possible de parcourir actuellement une sélection des dernières œuvres du photographe américain James Welling ou du peintre coréen Yun Hyong-keun. Outre la dimension esthétique de l’expérience, l’activité mercantile de la galerie n’est pas pour autant laissée pour compte, avec la création d’un programme dédié en exclusivité à ses clients, qui permet de mettre en avant et en vente des œuvres ayant marqué l’histoire de l’art.

     

     

    Mais la période actuelle semble aussi avoir amenée avec elle un vent de solidarité dans le monde de l’art. Aussi, en plus de ces nombreux projets, la galerie David Zwirner a eu une idée originale : utiliser sa propre visibilité pour mettre en avant des galeries plus jeunes et indépendantes. À l’instar de ses autres expositions virtuelles, son programme intitulé “Platform” permet de visiter en ligne les œuvres proposées par une sélection de galeries, dont les douze premières sont basées à New York, où se trouve le siège de David Zwirner. Jusqu’au 1er mai prochain, le site web accueille donc les œuvres d’artistes représentés par 47 Canal, Bridget Donahue, Bureau, Company, David Lewis, Elijah Wheat Showroom, Essex Street, James Fuentes, JTT, Magenta Plains, Ramiken, et Queer Thoughts.

     

    Afin de continuer dans cette lancée, l’expérience “Platform” sera déclinée à partir du 17 avril avec douze galeries londoniennes, qui proposeront là aussi chacune les œuvres d’un de leurs artistes. Spots incontournables de l’art en devenir, indépendants et parfois émergents, les lieux sélectionnés seront les suivants : Arcadia Missa, Carlos/Ishikawa, Emalin, Herald St, Hollybush Gardens, Kate MacGarry, mother’s tankstation, Sid Motion Gallery, Soft Opening, Southard Reid, The approach et The Sunday Painter. Sur le même modèle que le premier, ce deuxième volet sera à visiter virtuellement durant presque un mois, et prendra fin le 15 mai.

     

     

    Visitez l'exposition virtuelle “Platform : New York” jusqu'au 1er mai ici.

  • Depuis le début du confinement à l’échelle mondiale, nombreuses sont les galeries à lancer des initiatives en ligne afin d’entretenir les liens entre leur public, leurs clients et leurs artistes. Parmi elles, la méga-galerie David Zwirner est loin d’être à court d’idées pour renouveler en permanence son contenu : des vidéos et podcasts inédits, des textes et entretiens à télécharger gratuitement où encore la visite d’exposition virtuelles, que la galerie américaine l’une des premières à développer ces dernières semaines. Ainsi, il est désormais possible de parcourir actuellement une sélection des dernières œuvres du photographe américain James Welling ou du peintre coréen Yun Hyong-keun. Outre la dimension esthétique de l’expérience, l’activité mercantile de la galerie n’est pas pour autant laissée pour compte, avec la création d’un programme dédié en exclusivité à ses clients, qui permet de mettre en avant et en vente des œuvres ayant marqué l’histoire de l’art.

     

     

    Mais la période actuelle semble aussi avoir amenée avec elle un vent de solidarité dans le monde de l’art. Aussi, en plus de ces nombreux projets, la galerie David Zwirner a eu une idée originale : utiliser sa propre visibilité pour mettre en avant des galeries plus jeunes et indépendantes. À l’instar de ses autres expositions virtuelles, son programme intitulé “Platform” permet de visiter en ligne les œuvres proposées par une sélection de galeries, dont les douze premières sont basées à New York, où se trouve le siège de David Zwirner. Jusqu’au 1er mai prochain, le site web accueille donc les œuvres d’artistes représentés par 47 Canal, Bridget Donahue, Bureau, Company, David Lewis, Elijah Wheat Showroom, Essex Street, James Fuentes, JTT, Magenta Plains, Ramiken, et Queer Thoughts.

     

    Afin de continuer dans cette lancée, l’expérience “Platform” sera déclinée à partir du 17 avril avec douze galeries londoniennes, qui proposeront là aussi chacune les œuvres d’un de leurs artistes. Spots incontournables de l’art en devenir, indépendants et parfois émergents, les lieux sélectionnés seront les suivants : Arcadia Missa, Carlos/Ishikawa, Emalin, Herald St, Hollybush Gardens, Kate MacGarry, mother’s tankstation, Sid Motion Gallery, Soft Opening, Southard Reid, The approach et The Sunday Painter. Sur le même modèle que le premier, ce deuxième volet sera à visiter virtuellement durant presque un mois, et prendra fin le 15 mai.

     

     

    Visitez l'exposition virtuelle “Platform : New York” jusqu'au 1er mai ici.

  • Depuis le début du confinement à l’échelle mondiale, nombreuses sont les galeries à lancer des initiatives en ligne afin d’entretenir les liens entre leur public, leurs clients et leurs artistes. Parmi elles, la méga-galerie David Zwirner est loin d’être à court d’idées pour renouveler en permanence son contenu : des vidéos et podcasts inédits, des textes et entretiens à télécharger gratuitement où encore la visite d’exposition virtuelles, que la galerie américaine l’une des premières à développer ces dernières semaines. Ainsi, il est désormais possible de parcourir actuellement une sélection des dernières œuvres du photographe américain James Welling ou du peintre coréen Yun Hyong-keun. Outre la dimension esthétique de l’expérience, l’activité mercantile de la galerie n’est pas pour autant laissée pour compte, avec la création d’un programme dédié en exclusivité à ses clients, qui permet de mettre en avant et en vente des œuvres ayant marqué l’histoire de l’art.

     

     

    Mais la période actuelle semble aussi avoir amenée avec elle un vent de solidarité dans le monde de l’art. Aussi, en plus de ces nombreux projets, la galerie David Zwirner a eu une idée originale : utiliser sa propre visibilité pour mettre en avant des galeries plus jeunes et indépendantes. À l’instar de ses autres expositions virtuelles, son programme intitulé “Platform” permet de visiter en ligne les œuvres proposées par une sélection de galeries, dont les douze premières sont basées à New York, où se trouve le siège de David Zwirner. Jusqu’au 1er mai prochain, le site web accueille donc les œuvres d’artistes représentés par 47 Canal, Bridget Donahue, Bureau, Company, David Lewis, Elijah Wheat Showroom, Essex Street, James Fuentes, JTT, Magenta Plains, Ramiken, et Queer Thoughts.

     

    Afin de continuer dans cette lancée, l’expérience “Platform” sera déclinée à partir du 17 avril avec douze galeries londoniennes, qui proposeront là aussi chacune les œuvres d’un de leurs artistes. Spots incontournables de l’art en devenir, indépendants et parfois émergents, les lieux sélectionnés seront les suivants : Arcadia Missa, Carlos/Ishikawa, Emalin, Herald St, Hollybush Gardens, Kate MacGarry, mother’s tankstation, Sid Motion Gallery, Soft Opening, Southard Reid, The approach et The Sunday Painter. Sur le même modèle que le premier, ce deuxième volet sera à visiter virtuellement durant presque un mois, et prendra fin le 15 mai.

     

     

    Visitez l'exposition virtuelle “Platform : New York” jusqu'au 1er mai ici.

Advertising
Advertising
Advertising

NuméroNews